Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Histoire des courses automobiles

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Histoire des courses automobiles

course_automobileJusqu'à la fin de la saison du Championnat du Monde de Formule 1, épreuve reine dans le sport automobile, l’engouement des spectateurs qui ont la chance d’être en direct et téléspectateurs qui se contentent d’être devant leur poste, est toujours le même. Mais que sait-on de ces voitures ? Comment sont-elles devenues des bolides ? Quels sont les grands noms qui ont marqué l’Histoire de la Course Automobile ?


 

La permière course automobile

10 ans après l’apparition de la 1ère automobile, une 1ère course est créée en 1894 allant de Paris à Rouen, d’une distance de 130 kms, avec pause pour le déjeuner. Dans l’esprit des rallyes, les voitures partaient individuellement et le gagnant était celui qui mettait le moins temps en additionnant toutes les étapes. 102 concurrents étaient inscrits, seuls 32 furent au départ et uniquement des gentlemans !

L’esprit de compétition toujours présent, la mode étant à la vitesse et la technologie, les fabricants commençaient à mettre au point des moteurs plus puissants à partir de 1897. Différentes des voitures de tourismes, ces nouvelles voitures se conduisaient soit avec un levier, soit avec un guidon, avec des pneus pleins, les garde-boue et les coussins avaient disparu.

Mais la population devint inquiète à la vue de ces bolides fonçant sur les routes peuplées de curieux. Le premier accident eut lieu sur la course Paris-Nice en 1898. Le pilote de Benz M. de Montariol, fit un signe de la main à son ami le marquis de Martaignac. Ce dernier lâcha le gouvernail pour répondre, sa voiture fit un écart et projeta celle de M. de Montariol dans le fossé qui eut la chance d’être éjecté mais le mécanicien mourut d’un traumatisme crânien. Le marquis de Martaignac vit l’accident avant que sa voiture ne se retourne et disparaît également.

La même année, la course prévue entre Paris et Amsterdam eut bien lieu, même si le préfet de police s’est battu pour l’interdire.

Les premières compétitions internationales

course_automobileAu début du XXe siècle, John Gordon Bennet, directeur de journaux britanniques organisa une course entre les équipes des pays, mais les français s’y opposèrent car le nombre de participant était limité pour chaque pays. C’est ainsi qu’en 1904, la 1ère course Gordon Bennet eut lieu en Allemagne et connut deux années de succès. Mais en 1906, la France refusa de l’organiser car elle préparait le Grand Prix de l’ACF (Automobile Club de France). Il faut mentionner aussi que la France a dû faire face à plusieurs catastrophes, dont le Paris-Bordeaux-Madrid, organisé par l’ACF en 1903, qui a été annulé à Bordeaux : 3 millions de personnes se massaient au bord des routes, des bolides s’encastraient dans les arbres, les pilotes étant aveuglés par la poussière, ou d’autres non habitués à la vitesse (M. Renault fit 105 km/h lors de la première étape). Les 2 gouvernements français et espagnol firent donc arrêter la course à Bordeaux.

Devant cet engouement toujours croissant, le gouvernement français autorisa à nouveau les courses, à condition que les routes soient fermées par des barrières et qu’elles se passent dans des lieux pratiquement inhabités : c’était le début des circuits fermés. Les Grands Prix étaient nés. D’autres courses voyaient le jour notamment le raid Pékin-Paris, peu de temps après le Rallye Monte-Carlo en 1911 créé à l’origine pour attirer une foule de gens riches. Cette course ralliait la ville d’origine du participant à la principauté de Monaco, pendant l’hiver. Un peu plus tard, la célèbre course d’endurance les 24 Heures du Mans naîssait en 1923, course dédiée aux progrès techniques et à l’essor de la voiture.

La France domina les courses jusqu’à son retrait en 1909 pour cause de crise économique, ainsi que des règlements instaurés lors des manifestations.

Par contre aux Etats Unis, le succès est grandissant, l’Amérique ne voulant pas rester en reste par rapport à la montée en puissance des voitures européennes. De cette période date la construction de l’Indianapolis Motor Speedway en 1909 avec la célèbre course les 500 Miles d’Indianapolis ou Indy-car, devenant la référence en Amérique, sur un circuit en forme de quadrilatère de 2.5 miles recouvert de briques. Puis, dans le reste des Etats-Unis furent créées des routes ou pistes de préférence ovales de 1 ou 2 miles, rapidement construites et attirant du monde à un endroit précis. En 1917, le Championnat National de l’AAA (American Automobile Association) voit le jour sur une piste ovale en bois, ce genre de piste étant très prisée, mais aussi très meurtrière. Beaucoup plus tard, apparaîtra le Daytona 500 ou Nascar, course réservée aux voitures de style stock-car, toujours sur une distance de 500 miles.

premier_grand_prixLa course automobile put vraiment s’épanouir entre les deux guerres, les circuits devinrent plus sinueux, les moteurs plus puissants et les freins plus performants. Lors du Grand Prix de l’ACF en 1921, les Américains réussirent à battre les Européens. Ces derniers se mirent à travailler d’arrache-pied, en particulier les Italiens : Fiat élaborait un moteur à haute vitesse, les voitures dépassaient les 170 kms/h et la marque dominait les courses. Alfa Roméo ne voulant pas se laisser distancer, créa également une voiture et gagna en 1925 le championnat du monde des Constructeurs. Mais on sentait déjà la crise de 1929. Pour faire des économies et éviter la mort inutile de beaucoup de pilotes, les organisations décident d’imposer des règlementations de sécurité, ainsi aux USA naissent les courses de Stock-car à Indianapolis à partir de 1930.

En Europe, plus particulièrement en Italie, de grands noms de pilotes sont au rendez-vous : Nuvolari, Varzi, Caracciola, Chiron. Ils vont tous se battre pour gagner des courses. Après tous ces exploits, Alfa Roméo se retirait et passait le flambeau à la Scuderia Ferrari…

En Allemagne, en 1933, les constructeurs Mercedes et Auto Union, reçurent des subventions du gouvernement d’Hitler, afin d’augmenter la puissance, la vitesse et le spectacle des courses. De ce fait, les équipes allemandes dominèrent les courses et la réputation du Nurburgring fut faite, avec 300 000 visiteurs, mais les pilotes italiens étaient là. La domination allemande se termina avec la 2è guerre mondiale.

Il a fallu attendre 1948 pour voir à nouveau une course automobile. Entre temps, les meilleurs coureurs disparaissaient : Nuvolari avait les poumons détruits par l’inhalation des gaz toxiques, Varzi se tua lors d’une séance d’essai sur piste humide au Grand Prix de Berne. Un nouveau coureur apparut cette même année, un argentin qui remporta le Grand Prix de Pau : Juan Manuel Fangio.

La naissance des Championnats du monde

Le début des championnats du monde date de 1950. Au départ, il ne s’agissait que de celui des pilotes, puis 8 ans plus tard, celui des constructeurs. Ces compétions étaient organisées en Grands Prix dans 6 pays européens. Le 1er Grand Prix fut celui de Silverstone en Grande Bretagne en mai 1950, circuit construit sur une ancienne base aérienne de la Royal Air Force. Alfa Roméo dominait, mais Ferrari attendait son heure. Les 6 années suivantes virent le duel de Ferrari et Maserati. Un champion sort du lot : Juan Manuel Fangio avec 5 titres.

FangioCertains Grand Prix ont marqué l’histoire, tandis que certains circuits sont mythiques comme celui de Spa-Francorchamps en Belgique qui est le préféré des pilotes. En Italie, Monza est le plus rapide, les pilotes arrivant à faire des pointes de 365 km/h. Le circuit du Canada se court autour d'un lac. Celui de Monaco reste le plus prestigieux, se déroulant en ville avec ses rues étriquées.

Côté pilotes, de grands noms sortent du lot. Juan Manuel Fangio fut le premier à remporter des courses et des titres et restera le plus grand champion de l’Histoire de la Formule 1. Argentin d’origine, il gagnait 5 championnats et 24 courses sur les 51 où il fut présent. François Cevert, décédé en plein Grand Prix des Etats Unis en octobre 1973, aurait pu être le premier champion du monde français... une distinction qui reviendra finalement à Alain Prost. Jim Clark a autant de notoriété que Fangio, mais il disparaît sur le circuit de Hockenheim en avril 1968. Jackie Stewart, écossais, a marqué par sa finesse de conduite. Il s’engage aussi pour une plus grande sécurité sur les circuits. Graham Hill surnommé Mr Monaco est le seul à avoir gagné les 3 grandes courses prestigieuses : la Formule 1, les 500 Miles d’Indianapolis et les 24 Heures du Mans. Il meurt tragiquement à bord de son avion, au retour d’essai sur le circuit Paul Ricard pour rentrer en Angleterre. Ayrton Senna, le prodige surnommé « Ayrton Magic », se tue en mai 1994, sa voiture percutant un mur en béton au Grand Prix de Saint Marin. Plus près de nous, on n'oubliera pas Michael Schumacher et ses sept couronnes mondiales - record absolu.

Pour aller plus loin

- Histoires secrètes des courses automobiles, de Bernard Spindler. Editions du Rocher, 2005.

- La grande encyclopédie de la Formule 1, de Pierre Ménard. 2006.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire