Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Les mystères de Toutankhamon dévoilés

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les mystères de Toutankhamon dévoilés

toutankhamon_3dQue ce soit pour les touristes ou les passionnés d’histoire antique,  l’Egypte des pharaons comptent parmi ses souverains deux stars championnes toutes catégories confondues : Ramsès II, pour son long et fastueux règne et ses innombrables et splendides monuments, et Toutankhamon pour sa tombe, mise à jour en 1922 par Carter, et qui est aujourd’hui encore la plus fabuleuse découverte de l’archéologie. Si on connaît presque tout de la vie du premier, on ne sait pas grand-chose de celle du second, tant ses successeurs se sont acharnés à effacer toute trace de son règne comme de celles de son prédécesseur Akhenaton. Une partie du mystère qui entoure les origines et la mort prématurée de Toutankhamon vient d’être dévoilée par une équipe égyptienne, avec le concours de procédés scientifiques dernier cri.

Toutankhamon est un modeste roi de la prestigieuse XVIIIe dynastie, mort à l’âge d’environ dix-huit ans et qui a régné une dizaine d’années, par l’intermédiaire de ses ministres et successeurs. Ses origines étaient obscures, certains spécialistes supposant qu’il était le fils d’Akhenaton et de sa célèbre épouse Néfertiti. Il tire sa notoriété de la découverte de sa tombe, du fabuleux trésor qu’elle contenait, de son masque mortuaire d’une beauté incomparable et de sa momie qui est l’objet depuis presque un siècle de nombreuses études et questionnements. Retrouver une tombe royale quasi intacte est un événement exceptionnel, qui aurait du nous éclairer grandement sur la vie et la mort de son propriétaire. Ce ne fut pas le cas.

Une demeure d'éternité usurpée

Et pour cause, cette tombe n’est probablement pas celle que le jeune roi s’était destiné. D’une taille et d’un plan inhabituels pour un souverain de la XVIIIe dynastie, cette tombe ressemble plus à celle d’un personnage important, en l’occurrence probablement celle que s’était fait construire Aÿ, successeur de Toutankhamon et à l’époque son principal ministre. Un personnage représenté d’ailleurs sur les peintures murales de la chambre funéraire, présidant à la cérémonie de l'ouverture de la bouche. du pharaon défunt  Il est fort possible qu’Aÿ, devenu pharaon à un âge avancé et disposant de peu de temps pour faire construire son propre caveau, ait fait recycler à la hâte sa tombe originelle de notable pour y faire inhumer Toutankhamon, subtilisant au passage son tombeau, construit non loin de celui d’Amenhotep III, le grand père du jeune roi dépouillé.

carterCe personnage sans scrupules ne s’est d’ailleurs pas contenté d’un échange de demeures d’éternité. On le soupçonne fortement d’avoir déménagé le contenu des tombes de la famille royale précédente, pour garnir celle de Toutankhamon. C’est ainsi que des éléments du mobilier entassé à la va vite dans la tombe découverte par Carter n’étaient pas originellement destinés au jeune roi. Ainsi le célèbre et magnifique trône, vestige de l’époque amarnienne, était plus surement celui d’Akhenaton. De même l’un des sarcophages qui renfermait la momie de Toutankhamon semble avoir été réalisé … pour une reine (1). On estime que plus de 80% du contenu de la tombe du jeune roi ne lui était pas destiné.

Une mort prématurée qui pose bien des questions

A propos de momie, celle de Toutankhamon a fait l’objet de nombreuses spéculations et … autopsies. La mort prématurée du jeune pharaon est longtemps restée un mystère non élucidé. Les nombreuses fractures constatées sur son squelette ont longtemps alimenté la possibilité d’une mort non naturelle, les égyptologues regardant à nouveau d’un œil soupçonneux en direction d’un instigateur potentiel, le fameux Aÿ, successeur de Toutankhamon. L’hypothèse du meurtre a été écartée en 2005 par des études au scanner. En fait la momie a été la victime … de Carter et de son équipe, qui a l’époque de la découverte ont du la chauffer à plus de 500° à l’aide de lampes a pétrole pour la dégager de son cercueil, endommageant ainsi gravement le squelette.

Difficile donc pour les égyptologues de s’y retrouver dans ce capharnaüm et de reconstituer la vie et le règne de Toutankhamon, pas plus que sur sa mort et sa généalogie. Et il ne faut pas compter sur les innombrables autres vestiges de l’Egypte antique pour en savoir plus. Successeur d’Akhenaton, le pharaon, qui avait tenté d’instaurer un culte monothéiste solaire, celui d’Aton, Toutankhamon est une victime collatérale de la restauration de la traditionnelle religion aux multiples divinités, qui avait pourtant été initiée sous son règne. Martelant le nom et les représentations du pharaon hérétique, détruisant et recyclant leurs monuments, les pharaons postérieurs à cette « époque honnie » se sont méthodiquement appliqués à effacer toute trace d’Akhenaton  et de Toutankhamon.

Et le second a partagé le sort qui a été réservé au premier parce qu’ils étaient père et fils ! Ce qui était jusqu’à présent qu’une hypothèse parmi d’autres est désormais une certitude. Et c’est une vaste étude scientifique et médico-légale, conduite par le directeur des antiquités égyptiennes Zahi Hawaas et menée sur les momies de Toutankhamon et de sa famille présumées qui l’affirme. Annoncée dans un plan média digne d’une nouveauté « Apple », les résultats de ces analyses génétiques et radiologiques lèvent le voile sur la généalogie et les causes de la mort de Toutankhamon., qui sont d’ailleurs étroitement liées.

Le coupable démasqué : l'inceste

L’omniprésent et parfois exaspérant docteur Hawaas est un récidiviste. Depuis plusieurs années, il s’est tourné vers les techniques et technologies modernes réservées à la police scientifique pour élucider certains des nombreux mystères qui entourent l’histoire des pharaons, avec une prédilection pour l’authentification des momies. C’est ainsi qu’il a pu récemment donner un nom célèbre, celui d’Hatchepsout, sur une momie jusque là encore non authentifiée. Excellent communicant, ses découvertes sont annoncées dans des documentaires à faire pâlir les séries policières américaines.

toutankhamonSe désolant qu’aucun archéologue d’origine égyptienne ne soit à l’origine d’une découverte majeure, Hawaas s’était mis en tête depuis deux ans de percer le mystère des origines et de la mort de Toutankhamon. Avec succès. La science et l’ADN sont formels, le pharaon au masque d’or était bien le fils d’Akhenaton, dont la momie est désormais elle aussi identifiée avec certitude par ces analyses. Et sa mère une sœur du pharaon hérétique, une tante donc, ce qui semble écarter l’hypothèse Néfertiti (2). En fait c’est tout le puzzle de l’arbre généalogique de Toutankhamon qui est ainsi authentifié jusqu’à ses arrières grands parents (voir illustration ci-dessous).

Et ce sont bien les mariages consanguins, pratique courante chez les pharaons de la XVIIIe dynastie qui ont entrainé l’infortuné souverain vers sa célèbre tombe. Il portait tous les signes de la consanguinité : maladies rares, un nombre anormal d'orteils au pied droit et un pied-bot à gauche, une sur sensibilité aux parasites dont le paludisme... Une blessure à la jambe et une crise de paludisme, qui lui rongeait les os, lui auraient été fatals. Le dernier des Thoutmosides était l’involontaire héritier de toutes les tares génétiques de ses prestigieux ancêtres, tout comme sa descendance potentielle, les deux fœtus découverts dans la tombe de Toutankhamon, qui présentent les mêmes syndromes (3).

La présence de cannes et d’une trousse de pharmacie dans la tombe de Toutankhamon corroborent les affirmations de l’équipe égyptienne, rendant encore plus touchante et fascinante l’improbable postérité de ce pharaon dont le destin était scellé dès la naissance et qui avait été condamné à errer dans les oubliettes de l’histoire. Un archéologue et le progrès technique l’en ont fait sortir, et il faut bien le dire, le second avec un peu moins de charme que le premier. Une partie du voile a été levée, mais le jeune homme au masque d’or et au fin sourire n’a pas fini de nous surprendre. Et il a l’éternité devant lui pour nous raconter son histoire.

(1) Il s'agit probablement d'un sarcophage destiné à Merytaton, soeur de Toutankhamon et fille d'Akhenaton, et qui aurait bièvement succédé à ce dernier.
(2) Il s'agit de la momie KV35YL, non identifiée à ce jour.
(3) la paternité semble bien être celle de Toutankhamon, mais le matériel génétique, très abimé, ne permet pas d'être affirmatif.


Le nouvel arbre généalogique de Toutankhamon

genealogie-toutankhamon