Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Toutankhamon : vie, mort et résurrection d'un pharaon

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Toutankhamon : vie, mort et résurrection d'un pharaon

Tte_de_Toutnkhamon_enfant_muse_du_Caire_EgypteToutankhamon (1345-1327 av. J.-C.), était un pharaon d'Égypte (1336-1327 av. J.-C.) de la XVIIIe dynastie, fils d’Akhenaton, à qui il succéda. Il accéda au trône vers l'âge de huit ans et régna jusqu'à sa mort, à l'âge de dix-huit ans. Sous son règne, la paix s'installa en Égypte tandis que le culte d’Amon, abandonné par Akhenaton, était rétabli et que Thèbes, la ville sacrée d'Amon, redevenait la capitale de l'Égypte. On sait peu de chose sur son règne et sa notoriété provient pour beaucoup de la découverte de sa tombe dans la Vallée des rois. Elle fut retrouvée quasi intacte, ainsi que ses magnifiques trésors, en 1922 par Howard Carter et son commanditaire, lord Carnavon.

 

Les « enfants du soleil »

Lorsque Toutankhamon accède au trône vers 1336 av. J.-C, l’Egypte est en proie aux troubles religieux déclenchés par la réforme instaurée par son père Amenhotep IV Akhenaton, qui visait à remplacer le culte des anciennes divinités au bénéfice d’un seul dieu : Aton, le disque solaire. Calfeutré dans sa nouvelle capitale située à Amarna, le pharaon « hérétique » vit coupé de son peuple, et a bien du mal à convaincre les égyptiens de se convertir à cette nouvelle religion solaire monothéiste. A la fin de son règne, Akhenaton se radicalise et les persécutions contre les prêtres et les représentations des anciens dieux se multiplient. N’ayant pas eu de fils de Néfertiti, il épousa sa sœur dont il eut Toutankhamon.

La fin du règne d’Akhenaton est marquée par une étrange épidémie qui endeuille la famille royale. Ce sont successivement trois filles d’Akhenaton, sa mère Tiyi puis son épouse Néfertiti qui décèdent en quelques années, puis le pharaon lui-même qui disparaît dans des circonstances encore obscures. Une des sœurs de Toutankhamon, Merytaton, éphémère épouse d’Akhenaton, exerce quelques années le pouvoir avant d’être brutalement emportée à son tour. L’époux de cette dernière, un possible prince hittite et qui aurait pris le nom de Smenkharê, est quand à lui éliminé, probablement par l’entourage royal, peut enthousiaste à l’idée de voir un étranger devenir pharaon.

Toutankhamon « restaure » l’ordre ancien

Toutankhamon3C’est donc sous de funestes augures et une situation intérieure précaire que celui qui se nomme encore Toutankhaton accède finalement au trône du pays des deux terres. Etant donné le jeune âge du pharaon, ce sont ses deux principaux ministres (et successeurs) Aÿ et Horemheb, deux personnages déjà en fonction sous Akhenaton, qui exercent la réalité du pouvoir.  A cette époque, la cour et l’administration ont déjà déserté la nouvelle ville d’Akhenaton pour regagner Thèbes, l’ancienne capitale des pharaons et siège depuis le Moyen-Empire du dieu dynastique Amon. La religion d’Aton, intimement liée avec la personnalité de son précurseur, ne lui survécut pas.

Pour assoir la légitimité du jeune pharaon, son entourage s’empresse de le marier à une de ses sœurs rescapée, et proclame le retour à la religion polythéiste. Amon et son clergé sont rétablis dans leurs prérogatives, au grand soulagement de la population majoritairement hostile à la réforme atonienne. Toutankhaton devient Toutankhamon, et sa titulature multiplie les références à l’ancien culte (Celui qui porte les couronnes, qui réjouit les dieux, Image vivante d'Amon, Celui dont les lois sont parfaites, qui pacifie les Deux Terres et satisfait tous les dieux). L’ordre ancien est clairement rétabli et dans un souci d’apaisement, le nouveau souverain et son entourage font procéder à la restauration des monuments malmenés par Akhenaton.

L’héritier d’une dynastie affaiblie… génétiquement

Comme l’atteste des cannes et une trousse de pharmacie découvertes dans sa tombe, la santé du jeune pharaon devait être chancelante. On le sait désormais grâce à une récente découverte scientifique, c’est une crise de paludisme combinée à une maladie des os, toutes deux d’origine génétique, qui ont emporté Toutankhamon à l’âge de dix huit ans, sans que le jeune souverain n’ait vraisemblablement eu le temps d’exercer la réalité du pouvoir.

Toutankhamon-troneCette même étude, qui a permis d’officialiser la parenté jusque là supposée de Toutankhamon, a confirmé le grave affaiblissement génétique de la lignée des Thoutmosides. Sous la XVIIIe dynastie, les mariages consanguins étaient devenus monnaie courante, et une forme de légitimation divine pour les pharaons. A force de liaisons incestueuses, le jeune pharaon avait hérité de toutes les tares génétiques accumulées par ses ancêtres. Une défaillance qui explique aussi sans doute qu’il n’ait pas eue de postérité (en témoigne les deux fœtus découverts dans sa tombe) et qui explique aussi peut-être la curieuse hécatombe qui a affecté la famille royale dès la fin du règne d’Akhenaton.

Le règne de Toutankhamon aurait pu être anecdotique s’il n’avait été le terme de la révolution religieuse instaurée par Akhenaton. Encore que, vu son jeune âge, on puisse avoir des doutes sur la part prise personnellement par Toutankhamon dans le chapitre qui a clos l’aventure monothéiste menée par son père. D’ailleurs, ses successeurs ont pris grand soin d’effacer toutes les représentations et mentions du père comme du fils, histoire d’être sûrs qu’il ne reste aucune trace du pharaon honni et de son fragile héritier. Une entreprise méticuleuse qui a réussi pendant plus de trois millénaires.

La découverte de la tombe de Toutankhamon

ouverture_sarcophageAprès dix ans de recherches, l’archéologue britannique Howard Carter découvrit le caveau du pharaon Toutankhamon le 4 novembre 1922, près de Louksor, dans la vallée des Rois. Par miracle, le tombeau avait échappé aux pilleurs, bien qu’ayant été brièvement visité peu après l’inhumation du jeune pharaon. C’est une découverte exceptionnelle et le grand public ne s’y trompe pas, se passionnant dès lors pour le jeune pharaon et le récit de la mise à jour de sa précieuse tombe.

Plus de deux mille objets sont extraits des quatre chambres, d’une valeur historique inestimable, et il faudra à Carter et son équipe de nombreux mois pour vider la tombe. Parmi le mobilier funéraire se trouvaient pêle-mêle des trônes, des lits, des étoffes, des bijoux, des vêtements, des armes, des sculptures, de la nourriture et des jarres de vin, des jouets… Tout ce qui avait accompagné la brève vie du pharaon et ce dont il avait besoin pour accomplir son dernier voyage vers l’éternité.

Le sarcophage jusque là inviolé du pharaon vaut à lui seul son pesant d’or, c’est le cas de le dire ! Les deux premiers cercueils emboîtés et qui protègent le pharaon sont en bois doré, richement ornés de pierre précieuses. Le troisième et dernier cercueil est en or massif, qui une fois ouvert dévoile enfin la momie de Toutankhamon dont la tête est parée du célèbre masque mortuaire de Toutankhamon, la plus prestigieuse pièce du musée du Caire. Sur la dépouille, qui a déjà bien souffert des affres du temps, a été déposé un bouquet de fleur étonnamment bien conservé, émouvant et probable ultime témoignage d’affection de sa veuve…

Bibliographie

- Le Trésor de Toutankhamon de Zahi Hawass. Imprimerie nationale, 2008.

- Toutankhamon de Christiane Desroches Noblecourt. 2004.

Pour aller plus loin

- Toutankhamon, sur Egyptos.net.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire