Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Le mythe d’Hercule et ses douze travaux

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le mythe d’Hercule et ses douze travaux

Hercule_combattant_lHydre_de_Lerne_Cramique_VIe_sicle_av.J.CHercule, appelé aussi Héraclès, est un héros de la mythologie gréco-romaine. Demi-dieu, fils de Zeus et d’Alcmène, Héraclès est célèbre pour avoir accompli douze travaux, ses exploits les plus connus. Symbole de courage et de force, il combattra sans relâche des créatures fantastiques et subira tout au long de sa vie le couru de sa belle-mère : Héra. C’est ce que l’on retient principalement de lui mais qu’en est-il de sa part d’ombre ? Avidité, violence, intelligence modeste, accès de folie… Héraclès possède aussi les pires défauts.

 

 

Une vie mortelle tourmentée jusqu’à l’accession à l’immortalité

Selon Homère poète grec, Héraclès (Hercule en latin) est le fils de Zeus et d'une mortelle : Alcmène, princesse de Mycènes et descendante de Persée (fils de Zeus). Désireux de concevoir un fils mortel capable d’accomplir des exploits, Zeus séduit Alcmène en prenant l’apparence de son véritable mari : Amphitryon. Ce dernier, en revenant de guerre, conçoit aussi un enfant avec son épouse qu'il nommera Iphiclès. Ce « frère jumeau » naîtra trois mois avant Héraclès.

Héra, sœur et épouse de Zeus, folle de jalousie décide de priver Héraclès du trône d’Argolide, trône que lui confère son ascendance avec Persée. Elle retarde sa naissance et accélère celle d’un autre descendant : Eurysthée pour qu’il hérite du royaume. Peu après la naissance d’Héraclès, le dieu Hermès fait boire à Héraclès le lait d’Héra pour qu’il puisse devenir immortel. La déesse assoupie se réveille et repousse violemment l’enfant. Les éclaboussures blanchâtres créeront la voie lactée. Durant toute la vie mortelle d’Héraclès, Héra n’aura de cesse de lui tendre des pièges. Lorsqu’il n’a que huit mois, elle envoie deux serpents le tuer dans son berceau, reptiles qu’il finit par étouffer.

Les douze travaux d’Héraclès constituent une partie de ses aventures. On peut en citer d'autres, notamment son combat contre le voleur Cynos et le roi esclavagiste Sylée d’Aulis. Héraclès participe même à l’expédition de Jason et des argonautes qui sont à la recherche de la toison d'or.

C’est sa femme Déjanire, jalouse de sa relation avec Lolé, qui est responsable sans le vouloir de la mort d’Héraclès. Croyant fabriquer un philtre d’amour avec le sang du centaure tué par son époux, elle trempe sa tunique avec du sang en réalité empoissonné. En revêtant sa tenue, Héraclès est consumé par le poison. Il décide de se faire immoler sur le bûcher et demande à son ami Philoctète de l’allumer. C’est au moment où les flammes embrasent le bûcher qu’un nuage divin enlève Héraclès pour l’emmener sur l'Olympe. Héraclès, enfin en paix, accède à l’immortalité. Il se réconciliera avec sa belle-mère et épousera Hébé déesse de la jeunesse.

Les douze travaux d’Hercule / Héraclès

Les douze travaux sont ses exploits les plus connus. Pourquoi a-t-il dû les réaliser ? A cause d'un accès de folie provoqué par Héra, Héraclès tue sa première épouse : Mégare, et ses enfants. Effondré, il consulte la Pythie (l’oracle) qui l’envoie vers son cousin Eurysthée. Ce dernier lui impose les douze travaux, exploits réputés irréalisables.Hercule_terrassant_Diomde_-_Charles_Le_Brun_1619-90

- Le lion de Némée, frère du Sphinx : La première mission d’Héraclès l'amène à Némée. Il étrangle le lion dont la peau est insensible aux armes humaines et revêt sa peau.

- L’hydre de Lerne, serpent à neuf têtes : Monstre dont les têtes repoussent une fois tranchées. Héraclès réussit à tuer le serpent grâce à l’intelligence de son demi-frère qui cautérise chaque plaie.

- La Biche aux pieds d’airain et aux cornes d’or : Devant capturer l’animal sans le blesser, Héraclès poursuit la biche pendant une longue année jusqu’à ce qu’elle s’épuise.

- Le Sanglier d’Erymanthe : Après l’avoir fait sortir de sa tanière en imitant des cris, Héraclès ramène le sanglier vivant jusqu’à Mycènes.

- Les écuries d’Augias : C’est en détournant deux fleuves que notre héros réussit à nettoyer les écuries dont le fumier s’était accumulé depuis des années.

- Les oiseaux du lac de Stymphale : Les volatiles carnivores dotés d’un bec, d’ongles et des ailes de fer ont été éliminés à coup de cymbales et de flèches.

- Le taureau de crête : Héraclès capture le taureau de l’île de crête pour le ramener vivant à Tirynthe.

- Les cavales de Diomède : Charger d’apprivoiser les juments du roi Diomède, Héraclès donne leur maître en pâture avant de les ramener à Eurysthée.

- La ceinture d’Hippolyte : La ceinture récupérée appartenait à la reine des amazones.

- Les bœufs de Géryon : Le troupeau de bœufs est capturé après qu'il tue Géryon, le géant à trois têtes.

- Les pommes d’Or du jardin des Hespérides : Héraclès rapporte les pommes du jardin gardé par un dragon nommé Ladon.

- Le cerbère : Il s’agit du chien à trois têtes qui garde la porte des Enfers. Après une lutte acharnée, Héraclès le ramène à Eurysthée pour le terroriser.

La face obscure d’Héraclès : le mal-être d’un Héros

Hercule_et_Lichas_1815_Canova_Galerie_dart_moderne_Rome1Héraclès est un demi-dieu, ce qui lui confère des qualités exceptionnelles telles que la force et le courage mais aussi les pires défauts d'un mortel : avidité, violence, folie, intelligence modeste. Esclave de ses passions, il représente la part d’ombre qu'il peut y avoir en chaque homme.

Avidité et démesure

Héraclès illustre la démesure et son appétit est insatiable. Il est aussi dépeint comme un glouton amateur de bœuf et de banquets. Quant à son appétit sexuel, notre héros ne le contrôle pas plus. On lui prête de nombreuses concubines et épouses, notamment les cinquante filles du toi de Thespies. Sa descendance comprendrait plus de soixante enfants dont les cinquante Thespiades. C’est d’ailleurs sa passion pour les femmes qui le conduit à sa perte. Souvenez-vous, jalouse de sa relation avec Lolé, sa naïve épouse Déjanire, lui crée un philtre d’amour qui se révèle être un poison.

Une violence extrême liée à une identité confuse

Dans ses recherches intitulées « l’Epilepsie d’Héraclès », l’historien, Emmanuel Filhol, explique les causes psychologiques de la violence d’Héraclès. Il démontre qu’elle est liée à un cadre familial désordonné reposant sur un système de doubles : « Double mère, double double et double père, telle est la situation confuse dans laquelle s’insère Héraclès […]».

Le système se décompose de la façon suivante :

Les deux doubles : son frère jumeau Iphistes et son cousin Eurysthée qui a hérité du trône à sa place.

Les deux mères : Alcimène mère biologique et Héra dont il a en commun le nom.

Les deux pères : Amphitryon qui n’est pas son vrai père et Zeus qui le surveille de l’Olympe.

En fin d’article, Emmanuel Filhol résume cette situation chaotique en citant Euripide, poête grec : « Quand une famille est fondée sur une base mal assise, les enfants qui en proviennent doivent s'attendre au malheur ».

Héraclès s’est montré très violent au cours de sa vie. A plusieurs reprises, il assassine des êtres humains et ce dès son jeune âge. Elève indiscipliné et vexé des remarques de son professeur de musique : Linos, Héraclès, finit par le tuer d’un coup de Lyre. Autre exemple : refusant de se voir accorder la main de Lolé, fille du roi Eurytos qu’il avait gagnée à un concours de tir à l’arc, Héraclès tue l’un des fils du roi en les poussant du haut des remparts. Par la suite, voulant se repentir de cet acte, il menace la Pythie qui n’a pas souhaité l’écouter et se querelle avec Apollon. En punition de ces écarts de comportements, Zeus lui impose trois ans d’esclavage. Les exemples sont nombreux et sa folie peut être aussi très cruelle pour lui-même car elle a conduit Héraclès à assassiner sa famille.

Les symboles et la postérité

Hercule, qui est souvent représenté avec une massue, une peau de lion et un arc, a été une grande source d’inspiration pour les artistes. En effet, le mythe d'Hercule se retrouve dans de nombreux arts : cinéma, théâtre, peinture, sculpture, musique, ou encore la bande-dessinée. On retient davantage de lui ses exploits que ses débordements. Il symbolise la force et l’expression « fort comme Hercule » découle de sa puissance légendaire. Le chiffre douze est un chiffre riche en symboles : 12 titans, 12 apôtres, 12 heures du jour, 12 mois de l'année... C’est notamment la référence à l’antique (titans et travaux) qui peut expliquer les douze étoiles sur le drapeau européen.

Alcide, Héraclès ou Hercule ?

Le premier nom du héros est « Alcide » qui signifie en grec « descendant d’Alcée », le fils de Persée. Il s’agit d’un hommage à son grand-père. Héraclès, nom grec, lui sera attribué lorsqu’il ira consulter l’oracle et se verra confier les 12 travaux. Il est baptisé ainsi en référence à Héra : « A la gloire d’Héra ». Hercule est son nom romain.

 

Sources

- Frontisi-Ducroux Françoise, L'ABCdaire de la mythologie grecque et romaine, Flammarion, 1999

- Grimal Pierre, Dictionnaire de mythologie grecque et romaine; Préf. de Charles Picard. - P.U.F., 1999

- Filhol Emmanuel. Hérakleiè Nosos. L'épilepsie d'Héraclès. In: Revue de l'histoire des religions, tome 206 n°1, 1989. pp. 3-20. Article "L'épilepsie d'Héraclès" disponible sur Persée.

- Visite virtuelle du Louvre et des oeuvres consacrées à Hercule.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire