Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Patrimoine France : Nord-Ouest Le Domaine d'Harcourt (Eure)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le Domaine d'Harcourt (Eure)

ChâteletL'histoire du Domaine d'Harcourt commence avec l'Histoire de la Normandie. En 911, le Traité de Saint Clair sur Epte est signé entre le Roi de France Charles le Simple et Rollon, chef normand ayant envahi la France, donnant naissance à la Normandie. Selon la légende, Rollon aurait donné le territoire d'Harcourt, composé de terres agricoles à son bras droit, Bernard le Danois. C'est au XIe siècle qu'apparait le premier seigneur d'Harcourt, Anchetil de Harcourt. Au fil des siècles, l'histoire du château et de la famille d'Harcourt sera étroitement liée à celle du duché de Normandie et donc à celle de la France. Aujourd'hui, le Domaine d'Harcourt est composé d'un château médiéval, d'un arboretum bicentenaire et d'une forêt.

 

L'histoire de la construction du château

Le château visible aujourd'hui, avec son mur d'enceinte et ses fossés, date des XIIe et XIVe siècles, il ne reste pas de trace du château en bois et de la motte qui existait au XIe siècle, édifié par Errand d'Harcourt, compagnon de Guillaume le Conquérant lors de la bataille d'Hastings en 1066 (certains membres de la famille de Harcourt s'installèrent en Angleterre à la suite de cette bataille).

Il existe peu de traces mentionnant le château ou la famille d'Harcourt directement. Ainsi, la première mention écrite du château date de 1173, dans une charte de Robert II de Harcourt, compagnon de Richard Cœur de Lion, pour l'abbaye du Bec-Hellouin. C'est à cette époque que la tour carrée fut construite, ainsi que le mur d'enceinte flanqué de tours semi circulaires pour la protéger. Le domaine d'Harcourt va obtenir en 1339 un privilège important : les 6 châtellenies appartenant à Jean IV sont réunies pour former un comté. Cette évolution reflète la montée en puissance de ceux qui sont désormais les comtes d'Harcourt. Grâce à ce privilège, la famille d'Harcourt va réaliser des travaux d'agrandissement et de remaniement du château, abandonner la porte d'accès nord de la basse-cour et utiliser l'accès sud, le « châtelet ».

Château - rempartsDu fait de l'histoire particulière du duché de Normandie, durant la guerre de 100 ans, la famille Harcourt se battait aux côtés de l'Angleterre, puis dans un second temps, après l'exécution de Jean V de Harcourt, la famille s'est ralliée à la France. Le château a ainsi été le lieu d'un affrontement entre anglais et français, et la destruction d'une partie du mur d'enceinte en 1449 en est encore aujourd'hui le témoin. Peu après avoir repris le château aux mains des anglais, Jean VII va décéder sans descendance mâle. Le château va alors passer dans la famille de Lorraine par mariage et sera délaissé au profit du duché de Lorraine. En 1695, Françoise de Brancas, épouse d'un duc de Lorraine, hérite du château d'Harcourt. Familière de la cour de Versailles, confidente de Madame de Maintenon, elle fait partie de la haute aristocratie. Elle va alors tout faire pour transformer le vieux château fort en une résidence moderne, plus conforme à la mode classique du XVIIe siècle. Elle va ainsi combler les fossés et abattre les remparts à l'est pour construire une terrasse rectangulaire. En contre bas de cette terrasse, le grand parterre correspond au jardin à la française, probablement planté par la princesse d'Harcourt. Elle va également remanier la façade est avec des pierres calcaires, installer un parquet à la Versailles dans certaines pièces du château, un grand escalier en fer forgé, et d'immenses fenêtres pour aérer ce vieux château. Françoise de Brancas donne ainsi deux visages au château, effaçant à l'est le logis médiéval et conservant à l'ouest les vestiges féodaux. L'intérieur du château, non meublé, a aujourd'hui un aspect classique, de par les modifications de la fin du XVIIe siècle. Mais il subsiste au rez-de-chaussée les latrines et le dépotoir, datés du XIVe siècle.

Habité de façon épisodique et méconnue au XVIIIe siècle, le château s'efface et le jardin délaissé. En 1802, Louis-Gervais Delamare, avocat et arboriculteur, rachète le château hypothéqué afin d'exploiter les terres et d'expérimenter la culture de l'arbre.

L'arboretum

Arboretum automneLouis-Gervais Delamare, pionnier dans son domaine à l'aube du XIXe siècle, tente dans un premier temps à Harcourt la plantation de feuillus, sans succès. Il décide alors de planter des conifères comme les mélèzes, les épicéas ou les pins Weymouth. Les résultats remarquables de son expérimentation le poussent à la plantation basée sur la diversité.

A sa mort en 1827, il lègue le Domaine d'Harcourt à la Société Royale d'agriculture, par un testament humaniste et sylvicole, invitant à poursuivre ses expérimentations et à les partager. Les différents administrateurs successifs vont poursuivre son expérimentation, implantant chacun leur tour différentes variétés d'arbres, notamment grâce à cette faculté de voyager sur tous les continents afin d'aller chercher des arbres inconnus (pins Douglas, Ginkgo Biloba) mais aussi des feuillus européens par Maurice de Vilmorin (hêtres tortillards, chêne liège). François André Michaux créée ainsi l'arboretum de collection en 1833. En 1975, l'arboretum de peuplement est créé, devant accueillir uniquement des espèces aptes à prendre place dans les reboisements. Chaque espèce y est donc cultivée en bouquet de 25 à 30 sujets (merisiers, cormiers, érables...)

Château - façade classiqueEn 1999, l'Académie d'Agriculture de France cède, par donation, le Domaine d'Harcourt au département de l'Eure qui, depuis, s'occupe de sa gestion, de son entretien et de sa valorisation, notamment par une gestion différenciée des sols, ce qui permet un assainissement des sols et le développement de nouvelles plantes sauvages. Les intérêts de l'arboretum sont multiples : intérêt scientifique, documentaire, pédagogique et esthétique.

Les fouilles actuelles

Dans le cadre de son programme de conservation et de mise en valeur, le Conseil Général de l'Eure a engagé un vaste programme de fouilles et de restauration de la porte d'accès nord de la basse-cour, des fossés, de la charpente et des boiseries du château. Les fouilles révèlent régulièrement de nouvelles informations sur la vie au château et l'utilisation des différents espaces au fil des siècles, selon les évolutions architecturales.

Accès au Domaine d'Harcourt

Domaine d'Harcourt
13 rue du château
27 800 Harcourt
Le Domaine d'Harcourt est ouvert du 1er mars au 15 novembre.
Nombreuses animations tout au long de l'année : visites guidées, ateliers, journées à thème...
Pour plus d'informations : www.harcourt-normandie.fr

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire