Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Seconde Guerre Mondiale 6 juin 1944: Opération Overlord, le débarquement en Normandie

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

6 juin 1944: Opération Overlord, le débarquement en Normandie

Soldats prêts à débarquer« Soldats, Marins et Aviateurs des Forces Expéditionnaires Alliées ! Vous êtes sur le point de vous embarquer pour la grande croisade vers laquelle ont tendu tous nos efforts pendant de longs mois. » Ainsi débutait, il y a 70 ans, le message du général Dwight D. Eisenhower à ses hommes, lançant la plus grande opération militaire de l'Histoire. En ce 6 juin 1944, l'opération Overlord est lancée : dès l'aube, les troupes américaines, britanniques et canadiennes débarquent sur les plages d'Omaha, Utah, Gold, Juno et Sword, en Normandie, inaugurant la Libération du territoire français, tenu par les Allemands depuis 1940. Afin de comprendre la signification et les enjeux des commémorations actuelles, il convient de revenir sur événement majeur de la Seconde Guerre mondiale.

 

Aux origines du débarquement : ouvrir un nouveau front

« Nous reviendrons » : malgré le désastre de Dunkerque, en juin 1940, alors que les troupes britanniques et françaises étaient contraintes, sous la pression allemande, de réembarquer pour l'Angleterre, Winston Churchill espérait bien voir un jour ses troupes refouler le sol français. Cela aurait pu être chose faite, en 1942 : le 19 août, un raid sur le port français de Dieppe est lancé. Le but de cette opération, qui fut un échec retentissant (près de 1200 soldat Alliés sont tués) était déjà de satisfaire les velléités de Staline, qui souhaitait l'ouverture d'un nouveau front à l'Ouest, afin de soulager l'Armée Rouge.

De cette opération, furent cependant tirés plusieurs enseignements : il était d'abord impossible de lancer une attaque directe contre les ports qui étaient trop bien défendus. Et ce d'autant plus, qu'à partir de mars 1942, Hitler ordonne la construction de gigantesques fortifications sur les littoraux depuis la Scandinavie jusqu'au golfe de Gascogne. La construction du « Mur de l'Atlantique », reposant sur la pose d'obstacles sur les plages et l'édification de bunkers pour canons et mitrailleuses, devait dès lors rendre très minutieuse toute opération de débarquement.

Canon allemand mur de latlantiqueL'ouverture d'un nouveau front faisait débat parmi les Alliés. Si Churchill avait choisi les Balkans et les Américains la France, une opération est finalement lancée en novembre 1942, par le débarquement des Alliés en Afrique Nord. Telle une répétition du débarquement en Normandie, deux débarquements sont ensuite lancés en Italie : en Sicile (juillet 1943), puis en Italie du Sud (septembre 1943). Si Mussolini est destitué puis arrêté, le théâtre italien, favorable à la défense, ne semble pas pouvoir offrir la victoire aux Alliés. Parallèlement, l'idée d'un débarquement en France fait son chemin : la nomination du général Morgan comme chef de l'état-major interallié, puis trois conférences (la conférence Trident en mai 1943, la conférence Quadrant de Québec en août, puis la conférence de Téhéran en novembre 1943) définissent la nouvelle stratégie alliée. Un assaut frontal va être donné en Europe : afin de profiter d'un effet de surprise, la Normandie est choisie, au détriment du Pas-de-Calais, plus proche de l'Angleterre. Une nouvelle structure est créée pour planifier et organiser l'opération prévue initialement pour mai 1944: le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF), dont le commandement est confié au général américain Dwhight D. Eisenhower.

rommel inspection mur atlantiqueAu même moment, Hitler, conscient qu'un débarquement se prépare et que la bataille décisive va être livrée, accélère la construction du Mur de l'Atlantique, en nommant le général Rommel inspecteur des fortifications côtières. Les généraux allemands ne s'accordent cependant pas sur la stratégie à adopter pour faire face au débarquement allié : pour Rommel, il faut positionner les divisions panzers au plus près des côtes, afin de repousser immédiatement les troupes ennemies vers la mer ; tandis que pour son supérieur, von Rundstedt, il est préférable de laisser les Alliés débarquer pour les vaincre à l'intérieur des terres. Hitler tranche, en laissant une partie des divisions près des plages, d'autres plus en retrait.

Au regard de l'intense propagande allemande autour du Mur de l'Atlantique, la grande confiance dans les fortifications côtières apparait démesurée. Si certains secteurs concentrent un nombre immense de troupes et de batteries côtières – ainsi dans le Pas-de-Calais –, les plages de la baie de Seine, situées entre Le Havre et Cherbourg, sont beaucoup moins bien défendues. Aussi les Alliés mènent-ils une série d'opérations d'intoxication afin de renforcer la conviction d'Hitler qu'un débarquement dans le Pas-de-Calais se prépare. Créant des tanks factices et de faux entrepôts, les Alliés feignent ainsi de concentrer leurs troupes dans le Sud-Est de l'Angleterre, alors qu'en réalité, les troupes alliées sont concentrées à l'Ouest de l'île. Les Allemands mordent à l'hameçon...

carte-plage-debarquement

6 juin 1944, le Jour J

Flotte américaine au large des plagesInitialement prévue le 5 juin, l'opération Neptune – qui est la première phase de l'opération Overlord – est reportée d'un jour en raison d'un temps exécrable. Le 5 juin 1944, 1200 navires de guerre, ainsi que 4000 navires amphibies, quittent leur port d'attache pour débarquer, le lendemain, 150 000 hommes sur les plages normandes. Ceux-ci sont répartis en 5 forces, chacune étant accompagnée d'une force de bombardement naval. Avant que Britanniques, Canadiens et Américains ne posent pied à terre, les appareils alliés, épaulés par les croiseurs et cuirassés, ont tiré, depuis 5h30 du matin, sur les principales batteries de défense. La force aérienne est également mobilisée : les intenses bombardements, près des côtes et sur les lignes arrières, coûtent la vie à 2200 civils. Durant la nuit du 5 au 6 juin, les 82e et 101e divisions aéroportées américaines sont larguées à la pointe Ouest de la zone de débarquement, avec pour mission de s'emparer des ponts et des routes autour des plages, afin de semer le désordre dans les lignes allemandes et de sécuriser le secteur. Entre les soldats noyés dans les marais, ceux tués avant même de toucher le sol, et ceux qui sont bien loin de leur zone de regroupement, l'opération aéroportée est loin d'être une réussite.

Soldats arrivant près des plagesA 5 heures du matin, les premières troupes débarquent sur la plage la plus à l'Ouest, Utah Beach, au pied du Cotentin. Les chars amphibies s'élancent, trouvant une faible résistance lorsqu'ils touchent terre : un courant marin les a déviés à 2 kilomètres de la zone prévue. Si l'avancée est satisfaisante à Utah Beach, le débarquement sur Omaha se révèle très sanglant. Avec des défenses installées en surplomb de la plage et peu abîmées par les bombardements, les mitrailleurs allemands fauchent les premières vagues d'assaut alliées. Tant et si bien que le général Bradley, menant l'opération sur Omaha, est prêt à retirer ses troupes. Les Britanniques, débarquant sur Sword Beach, ont pour mission de faire la jonction avec les Canadiens envoyés sur Juno, puis de foncer sur Caen. Les hommes du génie débarquent en premier, afin de sécuriser les accès pour l'infanterie et les véhicules. Si les troupes britanniques parviennent à franchir les barbelés, leur progression est bien en deçà des espérances : Caen est encore loin. Sur Juno, les Canadiens sont gênés par la marée montante : s'engorgent sur la plage de nombreux véhicules, ralentissant ainsi la progression. Sur Gold Beach, les Tommies ont pour mission de prendre la ville de Bayeux. En fin de matinée, la plage est sécurisée, par l'envoi précoce des blindés sur les plages. Le soir du 6 juin, les Britanniques sont aux portes de Bayeux.

Avancée des soldats sur Utah Beach150 000 hommes et 20 000 véhicules ont finalement débarqué dans la seule journée du 6 juin. Permise par l'absence de résistance navale allemande et la faiblesse de la Luftwaffe, l'opération Overlord est globalement un succès, même si les lignes ne sont pas aussi avancées que prévu. Les têtes de pont sont pour la plupart bien ancrées, excepté sur Omaha, où les Américains n'ont progressé que d'un kilomètre. Plus faible qu'envisagées, les pertes alliées s'élèvent à près de 10 000 hommes, dont un tiers de tués.

Les conséquences du Débarquement

Si la date du 6 juin est aujourd'hui retenue, les semaines qui suivent se révèlent cruciales. Il s'agit, pour les Alliés, de poursuivre l'opération Overlord, en consolidant les têtes de pont. Le renseignement joue un rôle non négligeable afin d'empêcher les renforts allemands de rejoindre la Normandie. Persuadés qu'une seconde attaque va intervenir dans le Pas-de-Calais, les commandants allemands restent prudents. D'autre part, l'application du plan de sabotages, supervisées par le BCRA (services secrets gaullistes), et les réseaux de Résistance, permettent de ralentir la progression des renforts. Parallèlement, tout en progressant à l'intérieur des terres, les Alliés continuent à débarquer des hommes en Normandie : ils sont près de 400 000 le 14 juin, contre 200 000 Allemands dans la région. A la fin du mois de juin 1944, les Alliés ont deux principaux objectifs : prendre Cherbourg et Caen. La première est prise le 27 juin ; les choses s'avèrent bien plus complexes pour Caen. Les bocages normands ralentissent considérablement la progression des Alliés. En deux semaines de combat, la 1ère armée américaine perd ainsi 40 000 hommes pour une progression d'une dizaine de kilomètres. Si l'on commence à croire à l'enlisement, les choses s'accélèrent à la fin du mois de Juillet, par le lancement de l'opération Cobra, pilotée par le général Bradley, afin de percer le front allemand avec l'appui de lourds bombardements aériens, en direction d'Avranches.

Photo aérienne des plages du débarquementLa libération de Caen, à la fin du mois de juillet 1944, est symptomatique de la reprise de la marche en avant pour les Alliés, et de l'état catastrophique de l'armée allemande. Au début du mois d'août, si von Kluge demande un repli, Hitler exige une reprise de l'offensive, en direction d'Avranches : celle-ci échoue. Le généra Model, remplaçant de von Kluge, exige alors à nouveau un repli, exécuté au terme du mois d'août. Mais, sur tous les fronts, la Wehrmacht s'écroule : le 25 août 1944, Paris est libérée ; début septembre, les Britanniques sont à Bruxelles ; enfin, la proche du Havre finit par tomber le 12 Septembre. La bataille de Normandie, inaugurée par le débarquement du 6 juin 1944, est close. Elle a durée près de cent jours, provoquant la perte de 200 000 soldats alliés, dont 40 000 morts. Côté allemand, les pertes s'élèvent à 250 000 hommes, dont 100 000 prisonniers.

Permise par une supériorité aérienne écrasante et par de considérables efforts logistiques, la victoire de la bataille de Normandie a été permise par la surprise qu'a constituée, côté allemand, le débarquement du 6 juin 1944. La topographie marécageuse et bocagère, alliée à une tenace résistance des troupes allemandes, ont néanmoins considérablement ralenti l'avancée alliée au lendemain du débarquement. Les civils ont aussi grandement souffert : près de 20 000 sont morts durant les 100 jours de la bataille de Normandie. Si le Débarquement ne marque pas la fin de la guerre — il faut attendre le printemps 1945 pour que les Alliés l'emportent définitivement —, elle constitue l'un des ultimes tournants de la Seconde Guerre mondiale. Par l'ampleur de la préparation logistique, afin de débarquer une quantité inédite d'hommes et de matériels, elle constitue indéniablement, l'une des plus grandes opérations militaires de l'Histoire. La dimension purement militaire et stratégique du Débarquement se double d'une portée très symbolique, qui explique le retentissement des commémorations actuelles : cette opération inaugure la Libération du territoire français, et contribue à la victoire finale des Alliés sur le nazisme.

Pour aller plus loin

- Yann Magdeleine, Atlas du Débarquement, Editions Ouest-France, 2013

- Isabelle Bournier, Le Débarquement et la bataille de Normandie, Editions Ouest-France, 2013

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire