Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Ragnarr Lodbrok, entre légende et réalité

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Ragnarr Lodbrok, entre légende et réalité

Vikings Evariste-VitalLuminaisRagnarr Loðbrók, Ragnarr aux Braies Velues, est le héros de la série télévisée « Vikings », créée par Michael Hirst, et il est interprété par l'acteur Travis Fimmel. Dans cette série, Ragnarr, simple fermier, se rebelle contre les plans de son jarl et décide de se lancer dans l'attaque des riches terres de l'Ouest plutôt que de poursuivre les expéditions vers les pays baltes. Avec ses compagnons, son frère, sa femme Lathgertha, il monte une expédition clandestine, part et atteint l'île de Lindesfarne dont il pille le monastère... C'est la première de multiples attaques... Mais que sait-on en réalité de Ragnarr Loðbrók?

Une figure légendaire

Ragnarr est un jarl danois, une figure semi-légendaire qui vécut probablement dans les années 750 à 850. Il apparaît dans différents écrits tels que :

  • La Geste des Danois de Saxo Grammaticus, rédigé vers l'an 1200 au monastère de Sorø ;
  • Le poème islandais Krakumal du 12e siècle ;
  • Une saga portant son propre nom du 13e siècle, la Saga de Ragnarr Loðbrók.
  • La Saga, le « Dit des fils de Ragnarr ».

Ces écrits lui attribuent plusieurs épouses dont les principales sont Lathgertha, Thora et Aslaug. Chacune lui donne une large descendance : Björn Järnsida Côtes-de-Fer, Fridlev, Rathbarth, Dunwat, Sigurd Œil de Serpent, Agner Ragnarsson, Ívarr Beinlauss, dit « Ívarr le Désossé » Hálfdan, Regnald, Witherc, Eirik, Ubbi ainsi que deux filles.

Les épouses

Lathgertha

Valkyrie by ArboL'histoire de la rencontre de Ragnarr et Lathgertha figure dans le livre IX de la « Geste des Danois ». Frø, roi de Suède, envahit la Norvège et tue son roi Synardus. Il relègue les femmes proches du roi au bordel ou les force à se prostituer. Apprenant cela, Ragnarr fait voile vers la Norvège. Lorsqu'il arrive, il est accueilli par plusieurs de ces femmes habillées et armées comme des hommes qui combattent à ses côtés. Parmi ces femmes, Lathgertha est celle qui se montre la plus hardie. 

Parmi elles, il y avait Lathgertha, une combattante pleine de savoir-faire, au tempérament masculin malgré son corps de jeune fille et sa chevelure tombant sur les épaules. Lathgertha guerroya au front au milieu des plus braves, et tous admirèrent l'incomparable travail de celle dont les cheveux dans le dos ôtaient de leur esprit le doute qu'elle ne fût une femme. (La Geste des Danois, Saxo Grammaticus, L'aube des peuples, Gallimard)

Lathgertha est une skjaldmö viking. Dans le panthéon scandinave, elle correspond à une femme guerrière armée d'un bouclier, une amazone, semblable à une Walkyrie, dont l'exemple type est la Walkyrie Brünnhild.

Ragnarr, comme les autres, a été impressionné par le courage de Lathgertha. Quand il apprend qu'elle est de sang noble, il lui demande sa main. Elle feint d'accepter, puis elle fait enchaîner à l'entrée de sa maison un ours et un chien, afin d'empêcher Ragnarr de l'approcher. Mais cela n'arrête pas le prétendant : il tue l'un d'une flèche et étrangle l'autre.

Thora

Thora est la seconde épouse de Ragnarr et il est dit qu'il divorce de Lathgertha pour convoler avec elle. L'histoire de la conquête de Thora est racontée tout à la fois dans la Saga de Ragnarr Loðbrók et dans la Geste des Danois, avec quelques différences. C'est lors de cette rencontre que Ragnarr acquiert son surnom de « Braies Velues ».

Thora est la fille du roi de Suède, Herothus. Un jour qu'il rentre de la chasse, le roi rapporte à sa fille qu'il aime beaucoup et à laquelle il a l'habitude de faire de multiples cadeaux, deux petits serpents, capturés dans la forêt. La jeune fille prend soin d'eux et les nourrit, si bien qu'ils deviennent grands et forts et forment bientôt une menace pour le royaume, tant le venin qu'ils crachent est vénéneux. Le roi, désespéré, promet sa fille au valeureux qui pourra triompher des deux bêtes. Beaucoup s'y essayent sans succès et meurent. Ragnarr entend parler de ce défi et il fait voile pour les terres du roi de Suède. Avant de partir, il prend soin de se faire confectionner des braies et un manteau couverts de poils afin de se protéger des morsures et du sang empoisonné des serpents. Pour renforcer sa protection, il trempe les habits dans la poix (Saga de Ragnarr) ou plonge tout habillé dans l'eau glacée à l'approche de la Suède (Geste des Danois), si bien que les habits deviennent durs et forment comme une carapace. Le surnom provient donc de cet accoutrement.

Ragnarr attaque les deux serpents ; ceux-ci crachent leur venin sur lui, mais ses habits le protègent. Le héros triomphe donc des deux serpents qu'il transperce du fer de sa lance et il gagne la main de Thora.

Kráka ou Aslaug

Kung Heimer och AslögLe personnage d'Aslaug apparaît notamment dans la « Saga de Ragnarr ». Elle est la fille de la walkyrie Brünnhild et du héros Sigurd. A la mort de ses parents, le père adoptif de Brünnhild, le roi Heimer, craignant pour la vie de sa petite fille, fait fabriquer une harpe creuse, assez grande pour pouvoir y cacher l'enfant. Puis, il part, voyage jusqu'au jour où il parvient à la maison de deux paysans, Ake et Grima, et il demande hospitalité pour la nuit. Croyant la harpe emplie de richesse, Grima pousse son époux Ake à tuer leur visiteur. Puis, ils ouvrent la harpe et découvrent Aslaug. Ils décident d'élever l'enfant comme leur fille, la nomme Kráka (- la corneille - ), la vêtent de pauvres habits noirs. Afin de dissimuler sa beauté, ils coupent ses longs cheveux puis enduisent sa tête de goudron de sorte que sa chevelure ne puisse repousser.

Les années passent. Thora est emportée par la maladie et Ragnarr reprend ses expéditions guerrières. Alors qu'il mouille ses navires dans une petite baie, ses hommes cherchent un lieu où se procurer du pain et ils parviennent à la ferme d'Ake et Grima. La femme les accueille et demande à Kráka de préparer le pain. La jeune fille, partie garder les bêtes, a aperçu tous les navires et elle a pris soin de se laver et de coiffer ses cheveux, qu'elle a longs et beaux malgré les traitements infligés. Lorsque les hommes de Ragnarr la voient, ils sont subjugués par sa beauté, au point de laisser le pain brûler dans le four.

Ils reviennent aux navires et expliquent à Ragnarr mécontent de trouver le pain trop cuit pourquoi ils ont été distraits. Ragnarr charge d'autres hommes de retourner à la ferme et de juger de la beauté de la jeune fille. Si effectivement, ils la trouvent jolie, ils doivent lui laisser le message suivant :

« Priez-la donc de venir me voir ! Je la rencontrerai et je souhaite l'épouser. Mais j'exige qu'elle ne soit ni vêtue ni dévêtue, qu'elle n'ait le ventre ni plein ni vide, et qu'elle ne vienne pas seule, mais personne ne doit l'accompagner. (Saga de Ragnarr aux Braies Velues, Traduction Jean Renaud, Anacharsis)

Kraka by WingeLa jeune fille reçoit le message et promet de venir le lendemain rencontrer Ragnarr sur son navire. Pour répondre à ses exigences, elle s'enveloppe dans un filet de pêche en laissant retomber ses cheveux par-dessus. Ainsi, elle n'est ni vêtue ni dévêtue. Elle mange un simple oignon et se fait suivre par le chien de la ferme. Ainsi elle n'a pas le ventre plein, mais il n'est pas vide. Elle n'est pas seule, mais personne ne l'accompagne. Immédiatement, elle plaît beaucoup à Ragnarr qui la ramène avec lui.

Les autres épouses

La « Geste des Danois » prête deux autres épouses à Ragnarr dont on sait peu de choses et ne mentionne pas Kráka : Suanlogha et une autre fille, femme du roi Hesbern.

Les fils

Les épouses de Ragnarr laissent au guerrier une large descendance. Trois de ces fils sont plus particulièrement remarquables :

Björn Järnsida Côtes-de-Fer

Björn est l'aîné des fils de Ragnarr et le premier enfant que lui donné Lathgertha. Il est surnommé Côtes de Fer « non qu'il se couvrit le corps d'un bouclier, mais parce que, marchant au combat sans armes, il était invulnérable et bravait les efforts de toutes les armes, son corps ayant été violemment frotté par sa mère de toutes sortes de poison. » (Guillaume de Jumièges, Histoire des Normands, Paleo).

Sigurd Œil de Serpent

King Aellas messenger before Ragnar Lodbroks sonsUne première version du surnom « Œil de Serpent » est donnée dans la « Saga de Ragnarr ». Sigurd est un des fils engendrés par Kráka. Alors qu'il est marié toujours avec celle-ci, Ragnarr, parti en expédition, s'éprend d'une autre jeune femme, une fille de Jarl. Croyant que Kráka n'est qu'une simple servante, Ragnarr promet au Jarl de répudier son épouse actuelle afin d'épouser sa fille. Sur le chemin du retour, Ragnarr fait promettre à ses hommes de ne rien dire à Kráka, mais celle-ci est avertie par deux corbeaux du dessein de son époux, car elle a hérité de son père Sigurd le don de comprendre les animaux. Kráka révèle à son époux ses nobles origines afin de le conserver auprès d'elle : elle se nomme en vérité Aslaug, elle n'est pas une servante, mais la fille de la Walkyrie Brünnhild et du héros Sigurd. Mais Ragnarr ne la croit pas. Alors, Aslaug lui répond : « Je suis enceinte ; je porte un garçon ; il aura un signe particulier dans l'œil, comme un serpent lové dans celui-ci. » Si ce qu'elle dit s'avère vrai à la naissance de l'enfant, Ragnarr n'ira pas épouser cette autre femme. Sinon, il fera comme il voudra. Les mois passent ; l'enfant naît. Les servantes prennent l'enfant et m'amènent à Ragnarr. Celui-ci porte bien la marque du serpent dans l'œil et il est prénommé Sigurd, comme son grand-père.

« Ce garçon doit s'appeler Sigurd, il livrera des batailles, on dira qu'il ressemble fort à sa mère et au père de celle-ci ; il sera le meilleur de la lignée d'Odinn, il a dans l'œil le serpent que l'autre a mis à mort. » (Saga de Ragnarr aux Braies Velues, Traduction Jean Renaud, Anacharsis)

Une seconde version du surnom « Œil de Serpent » est donnée dans la « Geste des Danois ». Sigurd est cette fois un fils de Thora. Alors qu'il attaque avec son père les Jutlandais et les Scaniens qui se sont révoltés et ont choisi un nouveau roi, Sigurd est blessé. La plaie est mauvaise et aucun cataplasme ne parvient à la guérir. Alors un mage paraît ; il promet la guérison si Sigurd lui consacre les âmes de ceux qu'il vaincra au combat. Le mourant accepte ; le mage impose ses mains sur la blessure qui guérit aussitôt, puis il recouvre les pupilles de Sigurd de poussière. Alors mille taches éclosent au fond de ses yeux et prennent la forme de serpents. Ces marques sont, dit l'auteur, le présage de la cruauté du jeune homme.

Ívarr Beinlauss, dit « Ivar le Désossé »

Ívarr est un autre des fils engendrés par Kráka. Il naît sans os, ceux-ci étant remplacés par des cartilages et partout où il se rend, il se déplace à l'aide de béquilles. Sans doute est-il atteint d'ostéogenèse imparfaite, une maladie qui affecte l'ossification des membres. La raison de cette malformation est expliquée dans la « Saga de Ragnarr » : ce dernier est impatient de profiter charnellement de sa nouvelle épouse Kráka. La première nuit passée avec elle à bord du bateau, elle se dérobe et lui demande d'attendre qu'ils soient arrivés dans le pays de Ragnarr. Le guerrier accepte. Une fois qu'ils sont arrivés, une grande fête est célébrée et le soir, les deux époux s'allongent ensemble. Encore, Ragnarr tente d'approcher sa nouvelle épouse et elle lui demande d'attendre encore trois jours.

« Nous allons vivre séparément ces trois nuits dans la halle, tout en restant ensemble avant de sacrifier aux dieux ; ainsi mon fils ne subira-t-il pas de dommages, tu es trop pressé de concevoir celui qui naîtra sans os. » (Saga de Ragnarr aux Braies Velues, Traduction Jean Renaud, Anacharsis)

Ragnarr n'écoute pas. Ainsi naît Ívarr.

Un redoutable guerrier, secondé par ses fils

charleslechauveA la suite de la mort de l'empereur Louis le Pieux (778, †840), les dissensions entre ses fils Charles le Chauve (823, †877), Lothaire (795, †855), Louis le Germanique (806, †876) et Pépin d'Aquitaine (797, †838), dissensions qui aboutissent au traité de Verdun en 843, laissent l'Empire Franc sans défense. Les Vikings en profitent pour intensifier leurs raids. Ragnarr et ses fils apparaissent alors parmi les principaux meneurs de ces attaques, que ce soit dans l'Empire Franc, mais aussi en Angleterre et jusqu'en Espagne.

Ainsi, en 845, Ragnarr surgit sur la Seine. Rouen est dévasté, le monastère de la Celle est brûlé . Son armée parvient à Paris. Là, Ragnarr fait prendre plusieurs de ses prisonniers aux arbres et les troupes du roi Charles le Chauve refusent alors le combat. Le roi, réfugié dans l'abbaye de Saint-Denis, assiste, impuissant, à la prise des monastères Sainte-Geneviève et Saint-Germain et au pillage de l'île de la Cité, désertée. Finalement, Charles le Chauve verse la somme de sept mille livres d'argent pour acheter le départ de Ragnarr et de ses troupes.

En 856, Björn Järnsida surgit à son tour sur la Seine et prend ses quartiers dans l'île d'Oissel, un peu en amont de Rouen. De là, ils ravagent les deux rives de la Seine et lance une nouvelle attaque hivernale sur Paris, le 28 décembre 856. Plus tard, il fait alliance avec un autre chef viking nommé Hasteinn. Ceux-ci font voile vers l'Espagne, à la tête de 62 navires. Ils longent les côtes, passent le détroit de Gibraltar, pillent Algérisas, la Murcie et les Baléares. Puis ils ravagent Narbonne et hivernent en Carmargue. L'année suivante, ils remontent le Rhône, pillent Arles et Nîmes. Ils sont stoppés dans leur progression au niveau de Valence par Girard, comte de Vienne (†877), fidèle de Charles de Provence (855, †863), personnage à l'origine de plusieurs chansons de geste. Les deux alliés font alors voile vers l'Italie ; ils mettent à sac Pise et Luna. En 861, ils pillent Pampelune et refoulés d'Espagne par une flotte musulmane, ils regagnent en 862 l'embouchure de la Loire.

Edmundbeingmartyred05En 865, une grande armée menée par trois des fils de Ragnarr Loðbrók, Ívarr Beinlauss, Ubbi et Hálfdan attaque l'Est-Anglie. La paix est achetée par le versement d'un tribut en chevaux. Une année plus tard, cette armée se porte en Northumbrie, livrée à la guerre civile entre deux rois locaux Osbehrt et Ælla. Les trois frères pénètrent dans York ; les deux rois qui s'interposent sont tués et la Northumbrie devient un royaume viking. En 869, Ívarr et son frère Ubbi attaquent de nouveau l'East-Anglie. Ce raid est victorieux ; le royaume tombe dans leurs mains et le roi Edmund est tué. La « Passion latine du roi Edmund » rédigée par Abbon de Fleury rapporte qu'Edmund refuse de se soumettre et de devenir vassal d'Ívarr. Ce dernier le fait alors attacher à un arbre et cribler de flèches jusqu'à ce que mort s'ensuive.

L'année suivante, Hálfdan tente de s'emparer du Wessex, mais il se heurte aux rois Ethelred et Alfred, futur Alfred le Grand (846, †899). Ainsi, le 8 janvier 871, lors de la bataille d'Ashdown, l'armée du Wessex conduite par Alfred est victorieuse et repousse Hálfdan et ses alliés. Hálfdan hiverne dans Londres en 872.

Alfred the Great at the Battle of Ashdown by Morris Meredith WilliamsLe « Dit des fils de Ragnarr » dit que lorsque les fils de Ragnarr revinrent au Danemark, ils se partagèrent le royaume de leur père. Ce Dit ajoute qu' Ívarr Beinlauss mourut de vieillesse dans son royaume d'Angleterre.

Une mort mythique

La Saga de Ragnarr Loðbrók rapporte les circonstances de la mort du héros. Celui-ci monte une expédition pour aborder en Angleterre, et se porte vers la Northumbrie, gouvernée par le roi Ælla. Ce dernier est au courant de l'expédition menée par le chef viking ; il lève une grande armée et se porte contre lui en donnant ordre à ses hommes de capturer Ragnarr, mais de ne pas le tuer, car il redoute la réaction de ses fils en ce cas. Ragnarr se porte au combat, vêtu d'une tunique donnée par Aslaug et armé de l'épieu avec lequel il a tué les serpents, conquérant ainsi la main de Thora.

Je t'offre cette tunique qui n'est cousue nulle part, mais tissée de tout cœur de fil gris très fin ; aucune blessure ne saignera, aucune lame ne te mordra dans ce pourpoint sacré qui a été béni des dieux. (Saga de Ragnarr aux Braies Velues, Traduction Jean Renaud, Anacharsis)

L'armée de Ragnarr est défaite et celui-ci est fait prisonnier. Comme il refuse de révéler qui il est, le roi Ella le fait jeter dans une fosse emplie de serpents afin de le forcer à parler. Mais, à cause de la tunique donnée par Aslaug, les reptiles ne parviennent pas à le mordre. Le roi Ælla ordonne de dévêtir le prisonnier. Alors, les serpents se pendent de tous côtés à Ragnarr.

Ragnar Lodbroks död by Hugo HamiltonCelui-ci meurt et c'est alors que le roi Ælla comprend que c'est Ragnarr qu'il vient de tuer. Malgré son appréhension, il dépêche des messagers aux fils de celui-ci pour leur annoncer la nouvelle. C'est en représailles que ses fils Ívarr, Beinlauss et Ubbi lancent l'expédition rapportée plus haut, en 865, qui aboutit à la prise d'York et à la mise à mort du roi Ælla. La Saga rapporte que le roi Ælla est torturé et subit le supplice de l'« aigle de sang », supplice consistant à exciser le dos de la victime et à sortir les poumons par ce biais. La Saga du « Dit des fils de Ragnarr » rapporte que Sigurd Œil de Serpent épousa sa fille captive, Bælja.

Le poème, Krákumál ou « Chant de Kráka » a été écrit au 12e siècle. Dans ce monologue, Ragnarr qui est prisonnier dans la fosse aux serpents du roi Ælla revient sur sa vie passée et déclame les exploits qu'il a accomplis.

26 Nous avons frappé avec l'épée. Maintenant tous les fils d'Áslaug viendraient livrer bataille avec leurs lames acérées, s'ils savaient exactement de quelle façon nous sommes traités, que quantité de serpents venimeux s'acharnent sur moi ; mes fils sont d'une telle mère qu'ils ont tous le cœur vaillant.
27 Nous avons frappé avec l'épée. Ma vie s'en va cruellement, le venin de cette vipère est violent, le reptile loge en la halle du cœur Nous attendons que le bâton de Viðrir se plante au travers d'Ella ; le sort de leur père excitera la colère de mes fils ; ces valeureux gaillards ne pourront rester impassibles.
28 Nous avons frappé avec l'épée. À cinquante et une reprises le messager du þing des lances a conduit de grandes batailles. Jamais je n'ai imaginé qu'il puisse se trouver un autre roi plus capable que moi, qui tout jeune rougissais les pointes d'épieu ; les Ases nous accueilleront, il n'y a pas à se désoler de la mort.
29 Maintenant j'ai hâte d'en finir, elles m'appellent, les Dises qu'Óðinn m'a envoyées 208 depuis la halle de Herjan. Joyeux, je vais sur le haut siège boire la bière avec les Ases ; tout espoir de vie a disparu, en riant je mourrai.
(Krákumál, Traduction Jean Renaud, Anacharsis)

Bibliographie

- L'Europe des Vikings, Abbaye Daoulas, Hoëbeke.
- La Geste des Danois, Saxo Grammaticus, L'aube des peuples, Gallimard.
- Saga de Ragnarr aux Braies Velues, Traduction Jean Renaud, Anacharsis.
- Le Dit des fils de Ragnarr, Traduction Jean Renaud, Anacharsis.
- Krákumál, Traduction Jean Renaud, Anacharsis.
- Les Vikings, Régis Boyer, Plon
- Atlas des Vikings 789-1100, John Hawood, Collection Atlas/Mémoires, Autrement
- Les Vikings en France, Jean Renaud, Editions Ouest-France

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire