Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Moyen-âge Expansion et conquètes islamiques (1/3)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Expansion et conquètes islamiques (1/3)

cavaliers arabesEn un peu plus d'un siècle, parties de la péninsule Arabique, les armées islamiques ont conquis tout le sud du bassin méditerranéen, et une bonne partie du Moyen Orient. Au milieu du VIIIe siècle, l'empire musulman s'étendait de l'Espagne aux rives de l'Indus. Cette réussite est l'un des grands mystères de l'histoire, et continue de provoquer débats et fantasmes. Tout ne fut pas si facile pour autant, et les conquêtes ont rapidement montré les divisions au sein même de l'Islam. Quant aux populations conquises, leur réaction fut bien plus complexe qu'on le pense souvent.

 

Des conquêtes « islamiques »

La plupart des historiens aujourd'hui emploient plus volontiers le terme « islamique » que conquêtes « arabes » ou « musulmanes ». En effet, longtemps les débats entre spécialistes ont porté sur les raisons qui avaient conduit les Arabes à quitter la péninsule pour s'attaquer aux deux plus grands empires de l'époque, les Byzantins et les Sassanides. Certains ont évoqué des raisons démographiques, économiques et sociales : les Arabes souffraient de surpopulation et de famine, et auraient migré vers le nord pour trouver des terres fertiles. D'autres affirmaient que c'était par zèle religieux que les conquérants avaient lancé leurs forces, afin d'offrir à Allah un plus grand territoire et plus de croyants.

La réalité semble un peu plus complexe. Il se peut que les Arabes aient eu besoin de trouver des terres plus accueillantes que l'aride péninsule, mais pourtant les conquêtes ont bien été militaires, des opérations planifiées et à l'organisation centralisée, pas de grandes migrations de population. La religion a certes tenu un rôle, mais en rien dans le sens « jihad » ou « guerre sainte » comme on l'entend aujourd'hui. Le jihad n'a été codifié que bien plus tard, et avant tout pour des raisons défensives, une fois les frontières de l'empire relativement stabilisées. Lors des conquêtes, si les combattants se battaient – aussi- pour Dieu, ils ne se battaient pas pour punir des populations païennes, et encore moins les convertir de force. L'objectif était avant tout le butin, vu d'ailleurs comme une récompense offerte par Dieu au guerrier méritant et survivant, le guerrier mort allant au paradis.

Surtout, les conquêtes ont eu un rôle politique. Les objectifs donnés, puis la réussite des opérations, ont permis au tout jeune Etat formé par Muhammad et ses successeurs (califes) de souder les Arabes et de légitimer le pouvoir organisé à Médine. C'est en cela que les conquêtes sont « islamiques » : elles ont contribué à la naissance et à la consolidation d'un Etat, dont le fondement idéologique était la religion musulmane.

La première phase des conquêtes

Dès Muhammad, le regard des Arabes se porte vers le nord. En 629, soit trois ans avant la mort du Prophète, une petite armée conduite par son fils adoptif effectue un raid non loin de la mer Morte. L'objectif est probablement le butin, et une armée byzantine la met en fuite sans difficulté.C'est cependant à la mort de Muhammad que commencent véritablement les conquêtes. Il s'agit tout d'abord de soumettre les dernières tribus arabes qui n'obéissent pas aux ordres de Médine et du calife Abu Bakr. Certaines ne sont pas islamisées, et l'on voit apparaître de nouveaux prophètes autoproclamés. Cette « guerre de la Ridda » (apostasie) dure à peine deux ans, mais elle permet les premières incursions en Mésopotamie dès 633, quand le général Khalid ibn al-Walid défait les Lakhmides, alliés arabes des Perses, à al-Hira. Les Sassanides, même s'ils n'étaient pas visés par cette attaque, réagissent dès l'année suivante en battant une armée arabe à la bataille du Pont.

Parallèlement, bien plus à l'ouest, un raid est lancé près de Gaza et une armée byzantine battue à Dathin. Les conquêtes sont véritablement lancées, avec pour objectifs la Syrie/Palestine (importante notamment pour ses villes et en premier lieu Jérusalem) et la Mésopotamie/Irak, aux plaines riches en blé.

Les opérations sont menées quasiment dans le même temps, organisées depuis Médine par Abu Bakr et surtout le deuxième calife, 'Umar. Les armées sont commandées par de grands généraux, comme Al-Walid ou Amr ibn al-As. La conquête de la Syrie/Palestine se déroule en trois grandes phases : la première, entre 633 et 634, caractérisée par des engagements mineurs. La seconde, entre 634 et 636, durant laquelle les armées islamiques s'attaquent aux villes et s'engagent dans de grandes batailles, pour certaines décisives, comme celle du Yarmouk. Enfin, de 637 à 647, le moment de la consolidation des victoires, suite à la prise de villes majeures comme Jérusalem, Antioche ou Damas. En Mésopotamie, les combattants survivants de la bataille du Pont ont réussi à se retrancher dans le désert, et sont rapidement rejoints par des renforts envoyés de Médine. Les Arabes harcèlent les Sassanides par des raids de plus en plus aigus, mais c'est une autre grande bataille, celle d'al-Qâdisiyya, sur la rive droite de l'Euphrate, en 636-637, qui marque un tournant. Les Perses sont écrasés, et ne cessent alors de reculer devant l'avancée arabe. La capitale, Ctésiphon, tombe ensuite, puis les armées islamiques poussent vers le nord (Caucase et Arménie), et l'est (Khurâsân), où se sont retranchés les Perses et leur roi, Yazdgird III, après la défaite de Nihâwand (642, ou 644-645). Ils ne peuvent résister que quelques années et, en 651, l'empire sassanide disparaît avec son dernier roi.

L'Egypte est la dernière cible de cette première phase des conquêtes. Il faut moins de dix ans au général Amr ibn al-As pour conquérir cette riche province byzantine. Après avoir pillé la région du delta du Nil, il prend Babylone d'Egypte en 641, et soumet Alexandrie à la fin de la même année, grâce à un traité négocié avec le patriarche Cyrus. Les Arabes fondent ensuite leur capitale, Fustat, puis doivent repousser une contre-offensive byzantine à Alexandrie, en 645. Ils peuvent alors se tourner vers le Maghreb, mais une crise interne stoppe alors l'expansion de l'Islam, et ses conséquences sont décisives pour la suite.

Lire la suite

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire