Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Le système Law et le krach de 1720

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le système Law et le krach de 1720

john_lawJohn Law de Lauriston fut un visionnaire au XVIIIe siècle, en créant des billets de banque, pour remplacer les pièces de monnaies trop encombrantes et peu pratique dans les échanges commerciaux, en instaurant des crédits, des comptes courants, en poussant le peuple à acheter des actions. Le monde entier de la finance repose sur ce système, les bases en sont les mêmes : achats et reventes d’actions, spéculations, investissements, intérêts, renflouement d’argent : rien n’a vraiment changé depuis …

 

La jeunesse de Law

John Law, cinquième enfant de William Law, nait à Edimbourg en avril 1671. Son père était un riche orfèvre de la ville et eut juste le temps d’acquérir des terres et un château, avant de mourir en 1683. Le nom de la famille devient alors Law de Lauriston et John hérite de la fortune paternelle. Doué pour les mathématiques et pourvu d’une mémoire « d’éléphant », John poursuit ses études à Edimbourg puis s’installe à 21 ans à Londres. Beau jeune homme plaisant aux dames, il dépense la fortune héritée en peu de temps et vit du jeu : paris et jeux de hasard, en utilisant la technique du calcul des probabilités. Condamné à mort à la suite d’un duel avec un jeune « dandy » londonien ami du roi, puis gracié, il s’évade de la prison, se réfugie dans le Sussex, puis quitte le continent. On le retrouve, après bien des allées et venues, en France, puis en Hollande et de retour en Ecosse où il implore sa grâce, sans succès. Entre temps, il rencontre Catherine Knowles qui lui donnera deux enfants.

L’idée de Law : des billets de banque

Son pays se trouvant dans une situation financière très compliquée, il rédige un document  « de la monnaie et du commerce » où il propose un plan pour sortir de la crise. Affirmant que la prospérité d’un pays dépend de l’abondance de ses moyens de paiement, il propose de créer une banque émettant des billets à ordre en échange de dépôts en monnaie. La garantie de ces billets serait les revenus des terres : le propriétaire foncier céderait en hypothèque son bien immobilier en échange d’une quantité de billets équivalent à vingt fois son revenu. L’Ecosse ayant tellement de terres, le projet est réalisable, la valeur des biens n’étant pas susceptible de baisser aussi rapidement que les espèces en monnaie. Mais le banquier Patterson, fondateur de la Banque d’Angleterre, suivi par le parlement écossais, refuse le plan de Law.

Toujours recherché par la police en vue de sa pendaison, il retraverse la Manche, arrive à Paris et là, rencontre du « beau » monde : Desmarets  contrôleur des finances de l’époque, le prince de Conti, etc… Appréciant la France et voulant s’y installer, il propose son idée pour sauver les finances du royaume, qui étaient au plus bas. En vain ! Il part pour l’Italie et fait part de ses idées au duc de Savoie Victor Amédée, mais personne n’ose se lancer dans l’aventure.

A Venise, il étudie les jeux d’argent, accumule une fortune, ainsi que des tableaux. Pour Law, ces œuvres ne vont pas se dévaloriser avec le temps. Il apprend aussi les différentes techniques bancaires, en voyant que les Vénitiens se séparent facilement de leur monnaie pour du papier afin de faciliter le commerce.

Ne trouvant pas d’appui en Italie, et de retour en Hollande, il se lance dans des parties de jeux et gagne gros dans les loteries hollandaises. Devenu riche, il s’installe définitivement en France en 1714, place Louis-Le-Grand (actuelle place Vendôme) et acquiert un hôtel particulier.

Le système « Law »

En 1715, Law propose à nouveau ses services au Roi, constatant que la France est au bord de la faillite (tout l’argent avait été dépensé pour les guerres et les constructions, le métal précieux manquait, l’Etat empruntait à des taux de 8.33%). Il prend comme exemple la Hollande, meilleure place financière de l’époque, disposant d’une Banque Centrale, lieu unique d’échange de monnaies et de billets… mais Louis XIV meurt. Appuyé par Philippe d’Orléans devenu Régent, il transforme son projet initial en créant une banque royale qui émettra de la monnaie-papier en échange de l’or et prêtera le métal reçu à l’Etat.

Le Régent le suit et Law crée la 1ère Banque Générale en 1716, ouvrant ses pemiers bureaux en juin, rue Saint Avoie, devant lesquels un superbe Suisse habillé de vert accueille les clients. Elle deviendra Banque Royale en décembre 1718, suivant le modèle des banques hollandaises, avec dépôt de monnaie contre remise de billets, sans prendre de bénéfice au passage ! Les bénéfices sont réalisés grâce au change et aux opérations d’escompte. Malgré le succès et l’augmentation du volume des émissions, le système reste fragile car la banque prête son or à l’Etat, et doit faire face à d’éventuels remboursements prématurés de ces billets puis à un nouvel édit : les billets peuvent être utilisés pour payer les impôts.

Dans sa lancée, Law crée la Compagnie d’Occident regroupant celle du Sénégal, de la Chine et des Indes Orientales, obtenant le monopole du commerce avec la Louisiane pour 25 ans. Pour la première fois en France, c’est l’apparition de titres au porteur négociables. En 1719, il transforme cette Compagnie d’Occident en Compagnie Perpétuelle des Indes, après avoir racheté la Compagnie du Mississipi au financier Crozat. La nouvelle Compagnie reçoit le monopole d’émission de la monnaie en France, une concession pour neuf ans.

A partir de ce moment, tout s’enchaîne à une allure où la faillite est inévitable : la Compagnie négocie, pour le compte du royaume, les rentes dont il est redevable et lui prête 1,2 milliard de livres nécessaires à cette opération de rachat, le tout en billets de banque. Les souscriptions sont bien accueillies, les nouveaux billets ont une valeur supérieure à la monnaie : le début de l’inflation. Les spéculateurs sont si nombreux que le cours des actions s’envole… La rue Quincampoix s’agite, dans tous les petits recoins on échange des billets, des actions, c’est le royaume des agioteurs. Mais les revenus des mines d’or du Mississipi n’existent pas encore. Affolés, les investisseurs vendent leurs actions et se font rembourser en espèces. L’action d’une valeur nominale de 500 livres se négocie alors à 3 000 livres en octobre, puis à 10 000 livres fin décembre !!!

En décembre 1719, Law prend des dispositions pour éviter la catastrophe, en annonçant une dévaluation, puis en octroyant une prime de 5% en faveur des billets et en limitant la quantité de monnaie autorisée pour les paiements (600 livres). Mais en cette fin d’année, le cours des actions de la Compagnie des Indes baisse.

Pour tenter de rétablir la situation, Law est nommé Contrôleur Général des finances, puis Surintendant Général des Finances et fait racheter une partie de ses propres actions pour enrayer la chute. Il ferme le bureau des achats de la Compagnie et en février la Compagnie des Indes absorbe la Banque Générale, permettant ainsi de récupérer 100 000 actions appartenant au roi. Mais les ennemis de Law (le duc de Bourbon, le prince de Conti, les financiers privés) poussent à la spéculation et à la hausse pour faire effondrer le système. Les actions passent à 20 000 livres ! Face à cela, Law fixe la valeur des actions à 9 000 livres début mars 1720, annonce une refonte des monnaies pour acheter les actions, ordonne d’apporter les monnaies à l’hôtel des Monnaies, interdit le transport d’or et d’argent, instaure une réduction fiscale à ceux qui payent les impôts en billets, interdit de détenir plus de 500 livres en espèces au domicile.

Le krach de 1720 et la chute du système Law

Fin mars 1720, c’est le début de la banqueroute du système. Les Grands (Prince de Conti et Duc de Bourbon) viennent en personne récupérer leur argent (25 millions pour l’un, 14 millions pour l’autre), les actionnaires se présentent en masse pour échanger les billets contre des espèces que la banque n’a pas et pour les convertir en bijoux, en pierreries et biens immobiliers ; plus personne n’a confiance, la France et l’Europe rentrent en pleine crise, des émeutes ont lieu, des valets et hommes de confiance des Grands sont tués.

diablerie_lawEn mai, Law réduit la valeur des actions à 5 000 livres et les billets de moitié. Fin mai, des écrits circulent, les commerçants ferment leurs boutiques, la population se révolte. Il faut réagir, le Régent se trouve seul et délaissé…il fait renvoyer Law et envisage de l’« embastiller ». Apprécié par d’Argenson, Law n’est mis qu’aux arrêts dans son hôtel. Pendant ce temps, une commission est chargée de vérifier les comptes de la banque, aucune fraude n’est trouvée, seule une trop forte émission de billet est découverte : le Régent émettra des édits à effet rétroactif pour couvrir Law. Law est libéré trois jours après, promu Surintendant du Commerce de France, directeur général de la Banque Royale et de la Compagnie des Indes, et reprend sa place au conseil de Régence.

Il a fort à faire pendant les six derniers mois de l’année :en juin il fait évincer plusieurs hauts membres de la finance et de la politique (Voyer d’Argenson père et fils, le prévôt des marchands, les financiers Pâris du Dauphiné) et fait revenir Daguesseau à ses côtés ; il fait brûler une grosse quantité d’anciens billets, imprime des nouveaux billets en quantité restreinte et ordonne une nouvelle émission de pièces ; en juillet, il monte un plan destiné à éponger 2 200 millions de billets en créant des rentes et instaurant des comptes courants. Malgré tout, le peuple s’affole et le 17 juillet, il y a au moins 8 morts lors d’une nouvelle émeute autour du Palais Royal et de la rue Vivienne ; le parlement qui se révolte est exilé à Pontoise le 20, l’armée vient se poster aux abords de Paris, les mousquetaires sillonnent les rues. L’ordre est donné à la banque de ne plus convertir de billets et une ordonnance interdit tout rassemblement de personne sur la voie publique. Les chansons circulent :

« François, la bravoure vous manque

Vous êtes plein d’aveuglement,

Pendre Law avec le Régent

Et nous emparer de la Banque

C’est l’affaire d’un moment »

La situation devient très tendue, le Régent ne quitte plus les Tuileries de peur d’un complot contre le jeune Louis XV. Des échauffourées ont lieu dans beaucoup de provinces françaises : les paysans stockent le grain, les marchands refusent de vendre… En août, il effectue une remise à niveau des espèces par rapport aux billets, supprime les avantages fiscaux accordés aux billets ; en septembre, les affaires de la Compagnie des Indes sont bonnes. Elle absorbe la Compagnie de Saint Domingue et reçoit le monopole de la traite des Noirs ; en octobre, l’utilisation des billets est différente : ils sont retirés de la circulation et les nouvelles espèces à recevoir sont payables un tiers en billet seulement. Law propose aux porteurs d’action de les convertir en comptes courants de la Banque, mais diminués de ¾ de la valeur. Malheureusement, l’effet n’est pas celui recherché : l’échange des actions contre des billets augmente considérablement, la banque n’en a plus. A la fin du mois d’octobre, Law perd le contrôle des décisions financières : il ne peut plus procurer au Trésor Public les fonds nécessaires, n’ayant plus de billets, ni monnaies et en décembre 1720, il donne sa démission. Law quitte Paris le 14, la France le 22 pour s’installer à Bruxelles.

Le système Law est liquidé par les frères Pâris : le système traditionnel des finances est rétabli, un arrêt du 28 octobre oblige les détenteurs d’actions à venir les faire « timbrer », ceux jugés « de bonne foi » reçoivent l’argent sous huit jours, les autres sous trois ans. Environ 3 000 000 de personnes, soit 15 % de la population sont concernés par cette liquidation ! Beaucoup, pourtant, ne se font pas connaître…Dernier point de la liquidation : sanctionner les agioteurs, ceux qui spéculaient fortement : 180 noms sont recensés, certains doivent s’acquitter d’une taxe allant de 60 000 à 7 millions de livres ! La Compagnie des Indes, réorganisée en 1722, disparait en 1769.

La France et le peuple n’étaient pas prêts à ces nouvelles monnaies, ces crédits, ces titres au porteur, cette spéculation en bourse ; tout était trop nouveau, trop rapide. Les rentiers et les prêteurs ont été ruinés, des congrégations religieuses n’ayant plus de patrimoine ont été dissoutes. Mais grâce au système de Law, le Régent a partiellement assaini les finances par rapport à 1715 et a pu reprendre la guerre d’Espagne. Des constructions ont vu le jour, des nouveaux bâtiments, le travail est en abondance, certaines couches de la population deviennent riches, il y eut de grands transferts de propriétés et biens fonciers, la campagne devenait florissante : d’avantage d’élevage et de cultures.

La fin de John Law

Après bien des boires et des déboires, extradé, n’ayant plus de protecteur après la mort du Régent en 1723, se retrouvant seul, abandonné, décrié, menacé de mort, sans ressources, il s’enfuit vers Venise et y vivra d’expédients (tables de jeux, etc …) . Il meurt en mars 1729 d’une pneumonie, ayant pris froid sur les bords du Rialto.

Bibliographie

- JC Petitfils : « Le Régent ». Fayard, 1986.

Claude Cueni : « Le Grand Jeu » . Pygmalion, 2008.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire