Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Les grandes batailles Le siège de Turin (1706)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le siège de Turin (1706)

siege turinLa guerre de Succession d'Espagne est l'un des plus longs conflits du règne de Louis XIV. L'évènement à l'origine de cette guerre est la mort de Charles II le 1er novembre 1700. Il n'avait pas d'héritier. Cette guerre va durer treize ans, occasionnant des victoires et des défaites. Parmi celles-ci, il y a le siège de Turin, qui dura de mai à septembre 1706.

 

Le contexte

Louis XIV avait épousé Marie Thérèse, fille du roi d'Espagne Philippe IV. Ce roi épousait en secondes noces Marie Anne d'Autriche, dont un seul enfant est encore en vie : Charles II. Puis à sa mort, sans héritier, le royaume d'Espagne devrait revenir à la France, mais plusieurs prétendants se présentent face au Roi Soleil. Léopold Ier empereur du Saint Empire et fils de l'infante Marie Anne d'Autriche, veut le trône d'Espagne pour son fils Charles né d'un troisième mariage. Le duc de Savoie Victor Amédée II est sur les rangs, invoquant le non paiement de la dot à l'épouse de Charles Emmanuel Ier son ancêtre.

Victor Amédée de SavoieCharles II a rédigé son testament en faveur de Philippe duc d'Anjou, neveu de Louis XIV. La France et l'Espagne constituent ainsi une grande puissance. C'est un danger pour la Savoie, puisque le Milanais qui est proche devient espagnol. Le duc de Savoie, allié des Français depuis trente ans, négocie un renversement des alliances : Angleterre, Pays-Bas, Autriche, Portugal et Danemark contre la France et l'Espagne.

A la fin de l'été 1703, on informe Louis XIV que le duc de Savoie change de camp, d'autant plus facilement que le commandant des troupes est le prince Eugène de Savoie-Carignan fils d'Olympe Mancini. Après la bataille de Crémone en février 1702, le duc de Vendôme est expédié en Italie afin de prendre les troupes piémontaises au camp de San Benedetto Pô, d'en incarcérer une partie dans des prisons espagnoles et d'envoyer l'autre partie en Allemagne. Victor Amédée II déclare la guerre à la France et à l'Espagne.

La guerre débute bien

En 1704-1705, tout va bien pour les armées françaises, emmenées par le duc de Vendôme vers Turin, avec les victoires de Cassano d'Adda, puis de Calcinato. Le maréchal de la Feuillade remplaçant le duc de Vendôme, se présente devant Turin en mai 1706 avec 44000 hommes dont 5000 espagnols, 110 canons de gros calibre et 59 mortiers à grenade et pierriers. L'ennemi n'a que 10000 hommes et 200 pièces d'artillerie, mais pendant l'hiver précédent, les soldats ont construits d'énormes remparts pour protéger la citadelle.

siège de TurinLa Feuillade commet dès le début des erreurs en ne faisant pas de reconnaissance des lieux et en attaquant directement la citadelle, malgré les conseils de Vauban. La citadelle est attaquée le 27 août 1706 « à une heure du matin, cinq coups de canon annoncent l'attaque. S'ensuivent les décharges de nombreux mortiers qui lancent une pluie de pierres et de bombes, tandis que des galeries sortent en courant des centaines de fantassins français munis de fascines et d'échelles ». Les Français s'installent sur les remparts et la couronne extérieure, protégés par des sacs de terre et de laine. Attaqués par les canons et la mousqueterie, ils ripostent à la baïonnette. Ils sont vite repoussés dans le fossé ; assaillis de partout, ils ne peuvent même pas profiter de l'explosion d'un stock de munitions.

Lorsqu'ils repartent à l'assaut, c'est trop tard. Les pertes sont lourdes : 2000 Français tués ou blessés contre seulement 450 chez les Piémontais. La demande de trêve pour récupérer les blessés et tués, est refusée par le prince Eugène ; il ne veut pas que les Français viennent voir de près leur défense, surtout que la poudre va bientôt manquer chez les Piémontais. Le prince Eugène ordonne de jeter le maximum de bois sur les blessés dans le fossé et deux heures avant la nuit « un rideau de feu entre les positions des défenseurs de la citadelle et les tranchées d'assaut des Français s'élève ». Le 30 août, alors que les Français ne sont plus que 26000, Philippe d'Orléans arrivent de Lombardie avec 18000 hommes supplémentaires. Mais plus le temps passe, plus les pertes sont importantes du côté français.

La défaite des Français

Eugène de Savoie-CarignanAu 116è jour de siège le 6 septembre 1706, Victor Amédée arrivent avec une armée de secours, totalisant ainsi 24 000 hommes. Il se place sur l'aile gauche, le prince Eugène au centre et sur l'aile droite et prépare le plan d'attaque pour le lendemain « demain, si Dieu le veut, on marchera contre les lignes ennemies de la manière prescrite et dans l'ordre suivant : une heure avant le jour, la cavalerie scellera les chevaux sans y avoir été invité par la sonnerie, l'infanterie sans le roulement de tambour, se disposera sans autre pour la marche, de telle sorte qu'au lever du soleil toute l'armée soit prête à marcher ; l'infanterie en huit colonnes ; tous les grenadiers marcheront devant l'infanterie prussienne ; les pièces de campagne seront entre les bataillons de première ligne ; personne ne tirera sans un ordre précis de son officier. Après que l'infanterie aura pris place sur la ligne ennemie, la cavalerie passera par les ouvertures que l'infanterie aura laissées, chargera immédiatement et poursuivra les ennemis avec l'infanterie pour leur enlever le temps et les moyens de se regrouper. Les hussards marcheront devant l'aile gauche et auront déjà l'ordre de ce qu'ils devront faire... »

Le matin du 7 septembre, les 22 bataillons et 54 escadrons français doivent faire face à 52 bataillons et 99 escadrons de cavalerie. Après deux heures de tir, l'aile gauche de l'ennemi attaque, lorsque Victor Amédée fait une diversion sur la droite. Le dispositif français est disloqué, l'assaut général pousse les Français à une première retraite ; et lorsque le gouverneur de la ville décide de laisser sortir 1500 soldats et 500 cavaliers supplémentaires, les troupes françaises se replient. L'arrière garde française se fait attaquer par 1500 chevau-légers à Marsaille, laissant 2000 morts, blessés et prisonniers. Lors du regroupement des forces françaises à Pignerol, il manque 14 000 hommes...les ennemis comptent 3246 morts ou blessés !

Les conséquences

Le traité d'Utrecht, signé en avril 1713, met fin à ce conflit. Louis XIV cède à Victor-Amédée le val de Suse, les vallées d'Oulx et de Bardonnèche, le district de Briançon, la vallée du Queyras. Victor Amédée retrouve donc la Savoie qui lui avait été prise au début du conflit.

D'après un article de Lionel Marquis – revue Château de Versailles.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire