Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Les grandes batailles La bataille de la Somme (juillet-novembre 1916)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La bataille de la Somme (juillet-novembre 1916)

somme-bataille-1916Episode très meurtrier, la bataille de la Somme (1er juillet – 18 novembre 1916 ) est un moment charnière de l'engagement britannique dans la Première Guerre mondiale, dont le centième anniversaire a été marqué en 1916 par d'importantes commémorations.

Aux origines de la bataille : l'échec des offensives de 1915

En 1915, les offensives menées par les armées alliées achoppent, selon le haut-commandement, en raison d'un manque de moyens. En lien avec un accroissement de la production de canons et d'obus, les généraux imaginaient que la victoire viendrait de lourdes préparations d'artillerie, ouvrant la voie pour la progression des troupes. C'est dans cet esprit que les alliés se réunissent les 6,7 et 8 décembre 1915 à Chantilly, au Grand Quartier Général français commandé par le général Joffre. L'idée d'une offensive simultanée, sur plusieurs fronts, est partagée par les Français, les Anglais, les Italiens et les Russes : à l'est, une attaque générale de l'armée russe est prévue ; en Italie, une attaque sur l'Isonzo ; à l'ouest, Français et Britanniques lanceraient une vaste offensive sur la Somme, prévue pour la fin du printemps ou le début de l'été 1916. Au même moment, les Allemands adoptent sous l'influence de Falkenhyan la stratégie de l'usure, envisagent de « saigner à blanc » l'armée française, en menant un assaut sur un point névralgique : Verdun.

Un plan modifié par le déclenchement de la bataille de Verdun

carte bataille sommeLes planifications sont grandement perturbées par le déclenchement de la bataille de Verdun, le 21 février 1916. Tandis que l'offensive sur la Somme était initialement conçue comme une bataille franco-britannique à laquelle les deux alliés devaient participer de manière équitable, les Français demandent dès février, par l'intermédiaire du chef de la Mission Militaire française auprès de l'armée britannique, une augmentation de la participation britannique à l'offensive. De plus, le front d'attaque est largement réduit, passant de 70 kilomètres à 40 kilomètres, la part britannique atteignant 28 kilomètres : la bataille de la Somme allait devenir une offensive à dominante britannique.

L'opération aurait lieu entre la région d'Albert – contrôlée par les Alliés – et les environs de Péronne, contrôlés par les Allemands . Les objectifs étaient néanmoins relativement flous : selon Jean-Jacques Becker, il s'agissait autant d'user l'armée allemande que de rechercher la bataille décisive qui permettrait d'obtenir la victoire finale.

Une offensive meurtrière, pour une faible progression

Le 1er juillet 1916, après plusieurs jours d'intenses préparations d'artillerie, les armées britannique et française se lancent à l'assaut. Si, dans la partie sud la 6e français connaît quelques succès, le bilan est catastrophique pour l'armée britannique : 60 000 hommes (sur 120 000 hommes engagés) ont été mis hors de combat dès le 1er juillet, dont 10 000 morts. En dépit des nombreux bombardements préliminaires, les assaillants s'étaient heurtés à des défenses en partie intactes et aux tirs des mitrailleuses allemandes. La bataille, qui s'étala considérablement dans le temps, peut être divisée en trois phases : les premières offensives du 1er au 20 juillet ; une longue stagnation du 20 juillet au 3 septembre ; quelques progrès du 3 septembre au 18 novembre. Au total, pour une progression de quelques kilomètres seulement, les Britanniques perdirent 420 000 hommes, les Français 200 000, dont plus de 100 000 morts. Côté allemand, les pertes s'élevaient à après de 500 000 hommes.

British Mark I male tank SommeAu terme de l'année 1916, l'offensive de la Somme apparaît comme un échec. L'Allemagne occupe toujours la partie Nord-Est de la France, le rapport de force étant toujours favorable aux puissances centrales. Pire, aucune victoire décisive ne paraissait possible d'un côté comme de l'autre.

La bataille de la Somme , un tournant ?

A plusieurs égards, la bataille de la Somme peut être vu comme un épisode charnière de la Grande Guerre. Côté allemand, Gerd Krumeich a notamment montré que si Verdun est peu présent dans les récits des soldats, la bataille de la Somme occupe une place centrale. En position défensive, les soldats allemands identifiaient cette bataille comme un épisode de la défense de la patrie – bien qu'en territoire français – face à l'agresseur britannique.

Côté français, l'échec de la Somme a pu susciter un certain découragement et a nourri, selon Pierre Renouvin, une lassitude dès la fin de l'année 1916, exprimée avec plus de vigueur en 1917.

Pour les Britanniques, la Somme marque le déclin d'une armée de volontaires – qui ont constitué les principales troupes envoyées et décimées le 1er juillet 1916 – au profit d'une armée de conscrits, dont la formation avait commencé dès le début de l'année 1916.

La Somme est aussi un moment fort de la coopération franco-britannique durant la Grande Guerre. En effet, Français et Britanniques ont dû mobiliser de manière croissante des officiers de liaison afin de mieux articuler les relations entre les deux armées, les méthodes de liaison tendant lentement à se mettre en œuvre.

La mémoire de la bataille de la Somme

thiepvalLa bataille de la Somme a durablement marqué la mémoire britannique de la Grande Guerre. Jour le plus sanglant de l'histoire britannique, le premier jour de l'offensive a donné lieu à de nombreux récits témoignant du caractère très meurtrier de la bataille. Un lieutenant d'une unité écossaise atteignant les lignes allemandes avec seulement deux autres hommes se serait ainsi écrié : « Mon dieu, où est le reste des garçons ? ». Dans une réédition de 1984 de l'ouvrage de Martin Middlebrook, The First Day on the Somme – 1 July 1916, l'auteur souligne ainsi : « Le seul bien qui ressorte de ce jour est la débauche de patriotisme, de courage et d'esprit de sacrifice montrée par les soldats britanniques ».

Aussi la bataille de la Somme a fait rapidement fait l'objet de commémorations. A l'initiative du gouvernement britannique, fut érigé en 1928-1932 le mémorial de Thiepval (Somme) conçu par l'architecte Edwin Lutyens. Haut de 45 mètres et prenant la forme d'un arc de triomphe, le monument comprend les noms de 73 367 soldats britanniques et sud-africains tués sur les champs de bataille de la Somme. Devenu un véritable lieu de pèlerinage pour les Britanniques – accueillant chaque année près de 160 000 visiteurs – le monument jouxte un cimetière militaire répondant aux codes britanniques : les noms sont gravés sur des stèles uniformes, quelque soit le rang ou le grade.

De plus, l'aménagement d'un itinéraire, le « circuit du souvenir » de la bataille de la Somme, permet de visualiser les stigmates de la Grande Guerre sur les paysages, et de visiter les principaux monuments érigés en mémoire de la bataille : Ulster Tower (mémorial irlandais), mémorial ANZAC (australien et néo-zélandais), qui ont accueilli récemment les commémorations de la bataille de la Somme.

Bibliographie

La Bataille de la Somme. L'hécatombe oubliée, de de Marjolaine Boutet et Philippe Nivet. Tallandier, 2016.

La bataille de la Somme, d' Alain Denizot Poche. Tempus, 2006

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire