Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France Petite histoire des bibliothèques du Moyen-âge à la Révolution française

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Petite histoire des bibliothèques du Moyen-âge à la Révolution française

biblio institut de franceRéservées au début aux érudits et aux personnes lettrées, les bibliothèques vont évoluer, se diversifier et s'ouvrir à un public plus nombreux et plus varié. De la bibliothèque de l'Eglise en passant par la bibliothèque du Roi jusqu'à la bibliothèque municipale, suivons son évolution.

 

Au Moyen-âge

Les bibliothèques existantes sont d'abord celles de l'Eglise qui proposaient la Bible, les livres liturgiques ainsi que des manuscrits antiques. Un peu plus tard, les universités et les collèges se munissent de bibliothèques. Les lecteurs érudits ont accès à des manuscrits très souvent anciens, difficiles à lire, précieux et couteux. Entreposés à plat, ils sont attachés à un pupitre par des chaines. Peu à peu, les rois et princes s'intéressent eux aussi aux livres et commencent à se constituer des bibliothèques. La première bibliothèque nationale est celle de Charles V, appelée « librairie ».

A la Renaissance

Grâce à l'invention de l'imprimerie et de la typographie, les bibliothèques se développent à partir du XVI è siècle, et sont aussi bien publiques que privées. Elles ne possèdent que quelques centaines de livres, mais le contenu et le nombre vont se modifier ; les bibliothèques vont compter des milliers d'ouvrages, voire des dizaines de milliers au XVIII è siècle.
La « librairie » de Charles V, considérée comme bibliothèque du roi, va se transmettre de monarque en monarque. En fonction des pertes ou des destructions, chacun la reconstituera. A la demande de François Ier, la bibliothèque du roi reçoit un exemplaire de chaque livre imprimé, augmentant ainsi le nombre d'ouvrages et va être progressivement ouverte à un public prestigieux.

Pendant le Grand Siècle

biblio mazarin rangement hauteurAu XVII è siècle, Gabriel Naudé attaché au cardinal en tant que premier bibliothécaire de la Mazarine, fait paraitre un « advis pour dresser une bibliothèque » en 1627. Il insiste sur l'orientation des bâtiments, la température des salles et l'éclairage. La bibliothèque va devoir s'agrandir. Composée d'une salle sous forme de galerie, elle peut être doublée ou quadruplée en fonction des besoins, par des galeries transversales, comme celle du collège de Clermont (futur collège Louis-le-Grand) ou encore celle de la Trinité à Lyon, longue de 50m munie d'une galerie perpendiculaire.

Afin d'augmenter la capacité de rangement des volumes, on joue alors sur la hauteur. La bibliothèque de la Trinité est un exemple type : large de 11m, elle a une hauteur de 13m. A mi hauteur, sont donc installées des galeries au mur. Cette solution, déjà utilisée en Italie depuis bientôt 50 ans, ne l'est en France qu'en 1650 à la bibliothèque Mazarine puis dans les collèges des régions de France. A côté de la galerie, il existe d'autres salles permettant de conserver des cartes, des médailles, des monnaies, ainsi que les réserves servant au fonctionnement de la bibliothèque.

BIBLIODans son traité, Gabriel Naudé mentionne aussi la transformation du mobilier. Les pupitres laissent la place aux armoires grillagées. Les ouvrages protégés de la poussière par des rideaux, sont rangés verticalement et non plus à plat, les chaines sont abandonnées. Mais tout ne va pas si vite, car au début du XVII è siècle, l'ancienne méthode des pupitres et des chaines est encore d'actualité, même au collège de la Sorbonne. Le mobilier change, le décor se transforme. Des globes terrestres ainsi que des portraits et bustes d'hommes célèbres sont présentés. On commence aussi à attacher beaucoup d'importance à la reliure des volumes : plusieurs cuirs différents sont utilisés, la reliure est ornée, décorée, dorée, gravée souvent avec les armoiries des propriétaires.

Pour terminer, il est de bon ton de peindre le plafond ainsi que la coupole reliant les galeries.

Sous la Révolution française

A la fin du XVIII è siècle, les bibliothèques évoluent très rapidement. Le nombre et la qualité des ouvrages augmentent considérablement, suite à la confiscation des biens de l'Eglise, des nobles qui ont émigré et des universités et collèges. Devenues bibliothèques de la nation, puis se nommant bibliothèques impériales, elles prendront plus tard le nom de bibliothèques municipales, très souvent installées dans les mairies.

La bibliothèque Mazarine : la plus grande de l'Europe

Comme nous l'avons vu plus haut, les bibliothèques de grands personnages portent leurs armoiries, aussi bien sur les bâtiments, dans les salles que sur les livres. Voici un exemple de bibliothèque privée qui deviendra nationale, grâce au propriétaire.

biblio mazarin bustesLe cardinal Mazarin s'était constitué une collection personnelle d'œuvres d'arts, de manuscrits et livres à partir de 1643. Avec l'aide de Gabriel Naudé, il installe ses ouvrages dans son hôtel particulier qu'il ouvre aux savants et aux lettrés. Après la Fronde, lorsque le cardinal a perdu une partie de ses livres, il fait déménager sa bibliothèque et l'inclus au Collège des Quatre-Nations dans son testament de 1661, afin que rien ne disparaisse à sa mort. Bibliothèque privée la plus riche d'Europe, grâce à des acquisitions de fonds de librairies et de collections entières, des prospections à l'étranger et l'intervention de diplomates, elle contenait environ 40 000 volumes au milieu du XVII è siècle.

bnf globe celesteAprès de nombreuses améliorations et d'années de travaux, elle rouvre au public en 1691. Cet ensemble et son contenu allaient devenir la plus ancienne bibliothèque publique, puis la Bibliothèque Nationale de France. Epargnée pendant la Révolution en raison de son utilité publique, et comme pour toutes les autres bibliothèques, elle augmente sa capacité de plusieurs dizaines de milliers d'ouvrages après le transfert des manuels confisqués. On y installe aussi des bustes en marbre représentant les grands personnages antiques et les savants du XVIII è siècle et on orne la grande galerie d'un globe céleste.

Sources

- L'ancienne France au quotidien, de Michel Figeac. Armand Colin,2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire