Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Biographies Mazarin (Jules, cardinal de, 1602-1661) - Biographie

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Mazarin (Jules, cardinal de, 1602-1661) - Biographie

MazarinLe 9 mars 1661 s'éteint le cardinal Jules Mazarin principal ministre de Louis XIV. On a coutume de marquer de ce jour le début du règne personnel du Roi Soleil, c'est dire l'importance du prélat italien. Il y eut bien un avant et un après Mazarin. Fascinant personnage que ce cardinal-diacre, de son vrai nom Giulio Mazarini. Né dans les Abruzzes en 1602 d’une famille d'ascension récente (son père fut l’indentant du connétable du royaume de Naples), juriste de formation il a d’abord fait carrière comme officier dans les armées du Pape...

 

Le Diplomate de Sa Sainteté le Pape

Fascinant personnage que ce cardinal-diacre, de son vrai nom Giulio Mazarini. Né dans les Abruzzes en 1602 d’une famille d'ascension récente, il est le fils de Pietro Mazarini l'intendant du connétable du royaume de Naples. Autant dire que dés sa prime enfance le futur cardinal baigne dans un environnement ou le service de l’état est un idéal.  Elève prometteur il accomplit des études au sein du prestigieux collège romain des Jésuites, puis après un petit détour par l’Espagne revient à Rome pour y devenir docteur en droit.

Un temps capitaine dans les armées du Pape, il se fait rapidement remarquer par sa subtilité et son goût de l’intrigue ce qui lui vaut de devenir diplomate. L’Europe d’alors (nous sommes en 1630) est agitée par l’éternelle rivalité entre l’Espagne et la France qui s’exprime autour de l’affaire de la succession de Mantoue. Le Pape inquiet d’un possible conflit entre les deux grandes puissances catholiques, charge Mazarin de tempérer les ardeurs guerrières de Louis XIII et Richelieu.

L’ambitieux diplomate fera son entrée dans l’histoire devant la place de Casal où armées françaises et espagnoles s’apprêtaient à s’affronter. Mazarin surgissant au galop entre les deux lignes et criant « Pace, Pace » (Paix, Paix) un crucifix à la main, empêchera la confrontation et sera un des principaux artisans du traité de Cherasco (1631) qui réglera l’affaire.

C’est le début d’une ascension fulgurante. Doté d’une redoutable intelligence, le beau Giulio sait séduire qui de droit pour réussir. 4 ans après le traité de Cherasco le voilà déjà nonce apostolique à Paris soit représentant du Saint Siège auprès du Roi de France. Mazarin qui a endossé l’habit ecclésiastique est bientôt parrainé, par celui qui sera son mentor : Le Cardinal de Richelieu. Ce dernier fera de lui son éminence grise en matière de diplomatie et lui accordera la naturalisation.

Mazarin, de Richelieu à Anne d’Autriche

mazarin_anneMazarin est donc à l'origine une « créature » de Richelieu, soit son client. Il lui doit notamment son chapeau de cardinal obtenu en 1641. Néanmoins le rusé Jules qui sait se ménager plusieurs options entretient d’excellentes relations avec la reine Anne d'Autriche. Entre les partisans de la guerre contre l’Espagne (soit le parti gravitant autour de Richelieu) et ceux de la paix (dont la Reine fut un temps une figure), Mazarin fait figure d’intermédiaire. Et puis au-delà des manœuvres politiques il existe une certaine attirance entre Anne et Jules…

Le cardinal et la reine ont-ils été amants? La plupart des travaux récents répondent par la négative. Malgré leur correspondance enflammée, il est fort probable que leur relation soit restée platonique. Il ne faudrait pas négliger le poids du code moral de la reine, dont la piété toute espagnole l'avait déjà protégée des avances du beau Buckingham.

Quoi qu'il en soit sur le plan politique, Mazarin et Anne d'Autriche vont former un coupe politique exemplaire, se complétant à merveille. A la volonté et l’impétuosité de la reine, Mazarin apporte sa subtilité et ses talents de diplomate.

Lorsque Louis XIII décède en mai 1643, Anne d’Autriche devenue régente choisit à la stupeur générale Mazarin comme principal ministre. Ceux qui pensaient qu’avec la mort de Louis XIII, le temps des « Grands » s’en reviendrait, en furent pour leurs frais. Mazarin formé aux particularités de la politique française par Richelieu, partage globalement la même vision politique que ce dernier. L’autorité du Roi passera donc avant tout, même si le Roi n’est encore qu’un enfant de 4 ans…

Anne d’Autriche et Mazarin se donnent pour mission de protéger l'autorité du jeune Louis XIV et ce malgré les tourments de la Fronde (1648-1653). A sa manière, diplomatique et tortueuse, Mazarin prolonge la politique de Richelieu d'affirmation de la monarchie face aux Grands, aux Parlements et autres corps intermédiaires. Acquis à l'idée d'une monarchie française puissante il poursuit la guerre initiée par son mentor contre les Espagnols.

Mazarin, cardinal et éminence grise

Néanmoins si Mazarin sert la monarchie il sert aussi ses intérêts. Toujours à la merci d'une disgrâce et de divers complots, le cardinal fait montre d'un certain empressement à s'enrichir afin de se protéger. S'étant constitué une solide clientèle de serviteurs dévoués (comme un certain Jean Baptiste Colbert qui devient bien vite son intendant) il entreprend d'acquérir une immense fortune, certainement la plus importante de l'époque.

Mazarin apprécie le luxe, les œuvres d'arts mais fait aussi main basse sur de nombreuses seigneuries et terres. Se livrant à diverses opérations de spéculations financières, acceptant de nombreux pots de vins, il cumule les charges, titres et offices distribuant généreusement les prébendes à ses fidèles. Néanmoins il faut garder à l'esprit que le cardinal n'hésite pas à mettre sa fortune au service de l'Etat.

Quoi qu'il en soit cette rapacité, cette avarice, mêlées à sa politique d'autorité lui vaudront de son vivant une réputation détestable. Fustigé dans de nombreux pamphlets comme un "voleur sicilien", calomnié pour son soi disant statut d'amant de la reine Anne, il lui faudra éventer plusieurs complots et aller jusqu’à s’exiler en Allemagne à deux reprises au plus fort de la Fronde (1651 et 1652).

A sa mort, celui qui fut un des plus grands serviteurs de la monarchie française, sera certainement le personnage le plus détesté de France. Il n'en aura pas moins laissé derrière lui une œuvre ministérielle considérable, un legs politique précieux, dont Louis XIV (dont il eut la responsabilité de l'éducation) sera faire bon usage.

Bibliographie non exhaustive :

- Mazarin, de Claude Dulong. Edtions Perrin, avril 2010.

- Pour l'amour de l'enfant roi : Anne d'Autriche-Jules Mazarin de Alain-Gilles Minella. Perrin, 2008.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire