Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Métronome, Lorànt Deutsch

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Métronome, Lorànt Deutsch

metronome_deutschVéritable best-seller du livre d’histoire vulgarisé, Métronome de Lorànt Deutsch ne cesse de trôner en tête de gondole dans les librairies. Et après deux éditions papiers – classique et illustré –, c’est au tour de la télévision de s’emparer du phénomène avec une coûteuse série documentaire à venir très prochainement sur France 5. Revenons sur cet ouvrage figurant parmi les meilleures ventes – si ce n’est la meilleure – du livre d’histoire en France.

 

La balade d’un conteur passionné

Lorànt Deutsch est un passionné de l’histoire de France et un amoureux de Paris. C’est donc avec la plus grande des logiques qu’il nous entraine dans cette passion à travers le rythme du métro parisien : vingt et un chapitres correspondant chacun au nom d’une station de métro et racontant un siècle de notre histoire. Mais Métronome n’est pas seulement un livre de vulgarisation, c’est en même temps un recueil d’anecdotes et un petit guide touristique permettant de découvrir un Paris insolite et méconnu. C’est ainsi trois livres en un qu’il nous propose de partager avec son enthousiasme des plus communicatifs. Ludique, d’un langage simple et facile d’accès, Métronome a tout pour conquérir le béotien et le plonger dans une vibrante histoire de Paris. Car ne nous trompons pas, Lorànt Deutsch ne raconte pas l’histoire de France mais celle qu’il perçoit à travers l’histoire de la capitale et on ne saurait résumer l’histoire de France à celle d’une ville, si importante soit-elle.

Vingt et un siècles d’histoire de Paris, assortis d’atypiques visites guidées, tel se présente Métronome. D’aucuns pourraient d’ailleurs lui reprocher de traiter trop rapidement certaines périodes historiques, notamment dans les derniers chapitres. Mais bien au contraire, nous ne pouvons que louer la volonté de Lorànt Deutsch de mesurer le temps d’une manière homogène tel un « Métronome » : un siècle par chapitre. Et cette volonté permet par exemple de donner au Moyen Âge sa vraie teneur historique et de constituer le cœur de l’ouvrage avec sa durée millénaire. Il est donc particulièrement appréciable de voir cette période souvent sous-traitée dans les livres d’histoire exposée à sa juste valeur. Toutefois, reste à savoir comment exposer et conter l’histoire !

A l’ombre du roi, du péplum et de Michelet

Lorànt Deutsch se revendique de deux influences, nous lui en attribuerons une troisième. Quelles sont-elles ? Eddy Mitchell, Jules Michelet et la royauté ! Des deux premières provient sa passion pour l’histoire et de la troisième sa vision de l’histoire. En effet, les péplums de la Dernière Séance présentée par le rockeur des Chaussettes noires et la lecture de l’historien romantique, « père » de notre histoire nationale ont donné à Lorànt Deutsch la volonté de se faire « passeur d’histoires ». Mais quel passeur ? Car ses influences apparaissent omniprésentes dans son ouvrage et se ressentent avant tout dans le style. Certes bien loin d’avoir la plume lyrique de Michelet, Lorànt Deutsch n’en demeure pas moins un fier disciple. Il n’hésite pas à faire vivre l’histoire, à conter les légendes avec son cœur. Cela fait partie intégrante du charme du livre mais est-on toujours dans l’histoire quand mythes et réalité se confondent ? En effet, Métronome peut parfois être perçue comme une fresque historico-héroïque dont les parisiens seraient les héros éternels. Et à Lorànt Deutsch de nous plonger dans le roman national dont on se passerait bien, un roman qui outre les parisiens a pour personnage principal la royauté.

À la lecture de Métronome, nous sommes avant tout frappés par le fait que l’histoire ne cesse de graviter autour des rois, des reines et de leurs proches au point que nous avons parfois le sentiment que c’est à eux seuls que nous devons cette histoire. Lorànt Deutsch expose une vision bien conservatrice de l’histoire qui l’amène parfois à de profondes erreurs historiques qui dépassent de très loin les multiples et petites erreurs factuelles qui parsèment le livre. Nous reprendrons un exemple développé par nos amis des Goliard[s] où Lorànt Deutsch oppose à travers l’art gothique les cultures du nord et du sud de l’Europe. Mais plus que l’absurdité d’une opposition entre deux cultures dont l’art gothique serait la rupture représentative, Lorànt Deutsch semble faire fi des connaissances élémentaires en histoire de l’art et en architecture médiévales – ce qui est d’autant plus étonnant vu l’érudition certaine dont il peut faire preuve sur la capitale –. Car il est aujourd’hui communément admis que l’architecture gothique émergea et se développa dans la continuité de l’architecture romane sur le plan des techniques de construction. Et cet exemple est révélateur du principal problème de Métronome : Lorànt Deutsch annonce, affirme mais ne livre aucune vision critique. Prenons par exemple sa théorie comme quoi Jeanne d’Arc serait la demi-sœur du roi Charles VII. Donner son opinion est parfaitement normal, d’autant plus dans un ouvrage de vulgarisation. Avancer des hypothèses, c’est le b.a.-ba de tout livre d’histoire. Mais on ne peut pas se contenter de lancer un pavé dans la mare en quelques mots sans rien étayer ni justifier et passer ensuite au paragraphe suivant.

Quelle vulgarisation pour l’histoire ?

Nous comprenons et apprécions la passion de Lorànt Deutsch pour l’histoire de France et celle de Paris mais nous ne pouvons pas cautionner sa vision de l’histoire, une vision dépassée et erronée qui est avant tout révélatrice d’un autre problème : l’avenir de l’édition des ouvrages de vulgarisation. Car Métronome est loin d’être un exemple isolé – pensons aux Bern, Gallo et autres Minc, etc. – et de plus en plus, ce n’est plus la qualité intrinsèque d’un ouvrage qui prime mais simplement sa portée marketing. Bien loin des années soixante-dix où l’histoire faisait figure de reine dans le paysage français de l’édition en sciences humaines, le monde universitaire semble s’être aujourd’hui coupé du grand public et apparaît enfermé dans un élitiste mutisme. Nous nous retrouvons ainsi devant une réelle problématique : quelle vulgarisation demain pour l’histoire ?

 

Lorànt Deutsch, Métronome, l'histoire de France au rythme du métro parisien, Éditions Michel Lafon, Paris, 2009.

Lire aussi : Pour en finir avec Lorànt Deutsch et le Métronome.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire