Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle La fin du protectorat français au Maroc (2 mars 1956)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La fin du protectorat français au Maroc (2 mars 1956)

maroc_protectoratC'est le 2 mars 1956 que le Maroc alors protectorat de la France depuis 1912 redevient pleinement souverain et indépendant. Les rapports du sultanat  Alaouite avec la France, ont toujours été d'une grande complexité. Contrairement à l'Algérie, le Maroc n'a pas vocation à devenir une colonie de peuplement, et sa gestion par Paris reste largement influencée par son premier "résident général" Hubert Lyautey, devenu maréchal de France en 1921.

Contrairement à la Tunisie, où l'influence du Bey sur les mouvements nationalistes est relativement faible, les monarques marocains et notamment le futur Mohamed V, sont très impliqués dans le combat pour l'émancipation du pays. Le jeu politique marocain est encore compliqué par l'influence des tribus, qui se révolteront à plusieurs reprises contre les présences espagnoles et françaises.

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, la poussée nationaliste se fit plus pressante. Le sultan Mohammed Ben Youssef profita de la célébration du vingt-cinquième anniversaire de son accession au trône pour revendiquer l'indépendance du Maroc. Il manifesta sa volonté de résistance en refusant de signer un certain nombre de dahirs (textes de loi) alors que le poids de l'administration, placée sous l'autorité du général Juin, se faisait de plus en plus sentir. Les autorités françaises, en accord avec Hadj Thami el Glaoui, beau-frère du sultan et pacha de Marrakech, considéré comme l'un des plus puissants «féodaux» de l'époque, organisèrent, à l'issue d'un complot fomenté à Marrakech, un semblant de rébellion qui conduisit à la destitution du sultan en août 1953.

Celui-ci, exilé, fut remplacé à ce poste par une personnalité sans relief et âgée, Ibn Arafa. L'activisme nationaliste des «autorités» en place se doublait alors de celui de nouvelles formations, au premier rang desquelles l'Istiqlal. Cependant, la France, qui était engagée dans la guerre d'Algérie, devait également faire face à la révolte nationaliste en Tunisie et sortait à peine de la guerre en Indochine. Elle décida alors de s'orienter vers une solution politique : le sultan, dont l'exil n'avait fait que conforter la légitimité et grandir le prestige international, fut rappelé au Maroc. Revenu dans son pays, il fut reçu et acclamé par une foule de plus d'un million et demi de personnes. Le gouvernement d'Edgar Faure négocia les modalités de la déclaration de La-Celle-Saint-Cloud (novembre 1955), qui déboucha sur la fin du protectorat français le 2 mars 1956.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire