Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire de France L’argot du grognard

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L’argot du grognard

argotIl y a les vers de Victor Hugo et ceux de Chateaubriand qui font vivre la légende impériale à travers l'excellence littéraire... Et il y a le parler vulgaire de la troupe qui fut l'acteur principal de cette légende... Marchant et bivouaquant le long des chemins boueux de toute l'Europe, le troupier avait développé cet argot imagé toujours caractéristique de la vie militaire. Car après tout mon gars, ce ne sont pas les chieurs d'encre qui s'allongent à coup de fourchette devant les Barbus les jours de Noce ! C'est ce parler authentique des soldats de la Grande Armée de Napoléon qui nous vous proposons de découvrir ici.

 Les chefs


Petit caporal : surnom donné à Napoléon après la bataille de Lodi

Tondu : surnom donné à Napoléon après qu'il se soit coupé les cheveux au début du Consulat.

L'enfant chéri de la victoire puis l'enfant pourri de la victoire : Masséna

Le Hibou : Gouvion-Saint-Cyr

Le Brigand : Augereau

Le Roi Franconi : Murat, du nom du plus grand cirque de l'époque...

Le Lion rouge / Le Rougeaud : Ney, par rapport à sa chevelure rousse. 

 

La troupe:

Grognards : surnom que Napoléon donne à ses soldats lorsqu'ils se présentent à lui à Pultusk en 1806

Les trompe-la-mort / les Carabins : les chirurgiens

Ripainsel / Céleris : l'intendanceargot grenadier
Les chieurs d'encres : les membres de l'administration

Les immortels : les Gendarmes, qui participent peu aux batailles...

Les loin-des-balles : les musiciens, qui ne sont pas dans la mêlée...

La bamboche : la Légion d'honneur

Les canaris : les Suisses du Bataillon de Neufchâtel en raison de la couleur de leur uniforme.

Les Charabias : les soldats italiens, et surtout florentins, qui parlent trop vite.

Les Godfredom : les Hollandais

Les Ecrevisses au beure : les Grenadiers saxons

Les Français du Nord : les Polonais

Les Diables verts : les Gendarmes d'ordonnance

Les Chevaux noirs / les Gros frères : les Grenadiers à cheval

Les Ecrevisses : les Lanciers rouges

Les Gardes douleurs / Les Mirlorès : Les Garde d'honneur

Les Gilets de fer / les Gros talons : les Cuirassiers

Les C.T.S : les Conscrits grenadiers de la jeune garde

Les cousins de l'Empereur / les Singes verts : les tirailleurs corses

Les oiseaux de paradis : musiciens des grenadiers de la Garde

Messieurs problème : les officiers du Génie

Magasin : les écoles de guerre

Chiens verts : officiers d'ordonnance

Les Godelureaux : jeunes officiers d'État-major

Les Marche-à-terre : surnom des fantassins donnés par les cavaliers

Un Dur à cuir / un Vrai bougre / une Vieille moustache / un Briscard / un Brave à Trois poils / un Grivier / un Fameux Lapin / une Veille culote / un Calin : un vieux soldat

Un Marche à regret : un conscrit réfractaire

Un Bêche : un poltron

Un Barbet : un déserteur

Une Puissance : un haut gradé

Un Vendu : un soldat remplaçant

Un Jean-Jean / Un Blanc-bec / Un Bec-à-sucre : un jeune conscrit

L'armement :argot voltigeur espagne

La Fourchette : la baïonnette

La Clarinette à cinq pieds : le fusil

Le Crucifix à ressort / la flute à bassinet : le pistolet

Le Brutal / le Bronze : le canon

Les filles chéries de l'Empereur : les pièces de 12 livres de la Garde

La côte de bœuf : le sabre

 

Marches et bivouacs :


Rubans de queues : colonnes de marche

Marcher à la Brune : marcher de nuit

Marcher à la queue au loup : marcher de nuit en se tenant à celui de devant

Marcher pour les capucins : marcher pour rien

Lâcher des coudes : quitter ses camarades pendant une marche

Un Amateur : un soldat qui s'éloigne de la colonne pendant la marche

Le jus de l'arbre tordu : le vin

Le Chasse-cousin : le mauvais vin

Le Rogomme / le Casse-poitrine /le Riquiqui : l'eau de vie

Avoir de la pente : avoir une bonne descente

Être brouillé avec l'équilibre : être saoul

Prouter : se fâcher

Avoir de la platine / Giberner : parler beaucoup

Faire des gazettes : colporter des informations douteuses

La chaude lance : Blennorragie, maladie vénérienne.

La charmante : la gale.

Le bouilli : le pot au feu

Un Engourdi : un soldat qui arrive en retard au bivouac

Un Blondin : un gars qui fait le fier

Un Soudrille : un soldat libertin

Un Enfant de la giberne : enfant d'un soldat et d'une cantinièreargot cuirassier
Faire le Faquin : se mettre en grande tenue

La Clique : groupe de mauvais sujets dans la cavalerie

Un Courte-botte : un soldat de petite taille

Un Loustic : un soldat très gai

Un Ours / un Grigou : un soldat solitaire

Un Mâtin : un soldat batailleur

Un Crâne : un soldat qui aime provoquer les autres en duel

Ferrailler / Se brosser à coups de sabre / Se rafraichir à coups de sabre / Se travailler le cuir / aller sur le pré / Se tâter : se battre en duel

Demander à quelqu'un de défendre sa queue : le défier en duel

Un Pitaud : paysan grossier qui arrive au régiment

Être heureux comme un poisson sur la paille / Se donner de la tablature: être malheureux

Faire le Chorus : chanter

Aller au bastringue : danser

Trouver son pain quotidien : trouver une femme

Une Rouleuse : fille facile

Les Grisettes / les Gibernes : prostituées

La Rue des poux volants : la rue des prostituées

Le Musikos : la maison close

Le tric-trac : coucher

Le brule-gueule : la pipe

Tirer une bouffarde : fumer la pipe

Prendre la schnouff : priser

Le Cabanon / l'Abbaye-de-Sot-Bougre : la prison

La Saligote : la salle de police

Se faire laver les cheveux avec du plomb : se faire fusiller

Le Pèse : l'argent

Les Jaunets : les pièces d'or

Le Coucou / l'Oiseau : l'Aigle du régiment

Fusiller son sac : passer officier quand on est sous-officier

Le Lampion : le chapeau de Napoléonargot chef escadron 5 hussard

Les Ruches à miel : les bonnets d'ourson des Grenadiers de la Garde

Les Coquerelles : les cocardes

Mettre sa vaisselle à l'air : porter ses décorations

Les Colbacks : conscrit ayant encore les cheveux longs

Coupe à la Titus / Coupe à la caniche : coupe réglementaire

Avoir de la garnison : être couvert de vermine

La Mie-de-pain : les poux

Les Sauterelles : les puces

Les Trottantes : les souris

Graisser la marmite : payer sa tournée quand on arrive dans une compagnie

Godailler : marauder pour se ravitailler

Gratter / Faire la guerre pour son compte : piller

Le nez : celui de la compagnie qui trouve le mieux de la nourriture

Noircir le bouillon : saler la nourriture avec de la poudre noire

La Fristouille : l'ordinaire

Faire fricot / Se faire une bosse / Faire bombance : manger

Un fripe-sauce : un goinfre

Avoir le ventre cassé / Être dans la débine / Mettre ses dents au crochet : ne rien avoir à manger

 

La bataille :

 

La Fête / la Noce / la Musique / le Bal / le Remue-ménage / le Revue sanglante / la Route de la boucherie: la bataille

Tousser : tirer au canon

Avoir des engelures aux yeux / Saigner du nez / Paumer l'atout / Tourner en eu de boudin: avoir peur

Jouer des jambes / Haper les taillis: s'enfuir

S'allonger : bien se battre face à l'ennemi

Donner un sacré coup de peigne : se battre durement

Strapasser : maltraiter de coups un adversaire

Être bien ficelé : être équipé sur le pied de guerre

Être refroidi / Perdre la mesure / Défiler la parade : être tué

Casser sa pipe : mourir pendant une opération chirurgicale

Être hypothéqué / Tourner de l'œil / Être abimé / Descendre la garde : être blessé

Etre embrassé par une demoiselle : être blessé par un boulet

Un quartier de noblesse : une blessureargot Moscow Olpochenie
Régler / Escoffier : tuer

Pousser la botte au cochon : dans la cavalerie, donner un coup de sabre à la gorge

Jouer des coudes : avancer en évitant de marcher sur les morts

Un Hurrah : une attaque de Cosaques

Une procession : une colonne qui bat en retraite

Être ab hac : être en déroute

Crosser : avoir une balle qui frappe la crosse de son fusil

Un Jambon : un fusil cassé au niveau de la crosse

 

L'ennemi :

Goddams / homards / Angluches: les Anglais, en raison de la couleur rouge de leurs uniformes.

Sans-culotte : les Écossais

Vilain jeton : Wellington

Kaiserlicks, Autres chiens, Soldats à la crème : les Autrichiens, en raison de la couleur blanche de leurs uniformes.

Cupidons : Baskirs, archers montés russes.

Barbus : Cosaques

Bandouliers : bandits espagnols.

 

La liste se veut représentative mais n'est bien entendu pas exhaustive, vous trouverez d'autes expressions argotiques dans le Dictionnaire de la Grande Armée d'Alain Pigeard, ainsi que dans ses articles dans la revue Tradition (n° 3, 7 et 25).

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire