Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Biographies Jean de La Fontaine (1621-1695) - Biographie courte

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Jean de La Fontaine (1621-1695) - Biographie courte

Jean_de_La_FontaineJean de La Fontaine est universellement connu pour ses Fables. Mais il fut aussi l’auteur de Contes, de Poèmes, de Comédie, d’Epitre et de Discours, ce qui ne lui valut pas toujours que de l’admiration et des amitiés. Ecrivain, poète légèrement libertin, il accèdera au fauteuil de l’Académie Française, sa plus chère ambition à la fin de sa vie, mais il devra renier ses premiers contes et sera ainsi « en règle » avec Dieu !

 

 

 

Les débuts de la Fontaine

Il nait début juillet 1621 à Château Thierry, d’un père maître des Eaux et Forêts, Capitaines des Chasses et d’une mère originaire du Poitou. Débutant son éducation dans sa région en y apprenant le latin, mais pas le grec - peut être par manque d’envie, il entre à l’Oratoire de Paris à l’âge de vingt ans mais quittera cette école dix-huit mois plus tard. Pourtant, il apprécie le calme et la tranquillité de l’endroit, passe son temps à lire, malheureusement ce ne sont pas les lectures prônées par ses maîtres.

Après un malheureux mariage de complaisance en 1647 durant lequel un enfant nait en 1653, il entreprend des études de droit et obtient en 1649 un diplôme d’avocat au parlement de Paris. Héritant de la charge de maître des Eaux et Forêts à la mort de son père en 1652 (qu’il revendra en 1672), et malgré le lourd travail, Jean de La Fontaine commence à écrire. Il rencontre à Paris des anciens amis comme Maucroix, puis des nouveaux tels Furetière, les frères Tallemant de Réaux. Attiré par les écrits de Malherbe, Benserade et Voiture, il s’exerce d’abord aux vers, épîtres et ballades, puis rédige l’Eunuque en 1654, une comédie Clymène en 1659 et un poème Adonis qui lui vaudra la protection de Fouquet, surintendant des Finances. Pour le remercier, La Fontaine lui dédie « le Songe de Vaux », « l’Ode au Roi » et « l’Elégie aux Nymphes de Vaux ». Mais…Fouquet est disgracié, La Fontaine lui reste fidèle et Colbert lui marque sa haine, entrainant même celle de Louis XIV. Perdant ainsi son protecteur, il se fait oublier un temps dans le Limousin.

Ses Contes et Fables

De retour à Paris en 1664, il se lie d’amitié avec Molière, Boileau et Racine. Il en profite pour publier jusqu’en 1674 ses Contes et Nouvelles (à tendance libertine) écrits pour la duchesse de Bouillon, devenue sa protectrice, en s’inspirant de Boccace et de l’Arioste, puis ses Fables à partir de 1668. Basées sur Esope, Epicure et Phèdre, Jean de La Fontaine a remanié ces nombreuses Fables représentant douze mille vers… Il instaure le genre populaire et rustique en disant « Je me sers des animaux pour instruire les hommes ». Après la duchesse de Bouillon, il passe chez la duchesse d’Orléans jusqu’en 1673, puis chez Mme de la Sablière pendant vingt ans.

Son fauteuil à l’Académie

La-fontaine_leLoup_Et_Le_ChienEnfin Jean de La Fontaine est élu à l’Académie en 1684, au fauteuil de Colbert ! Trois ans plus tôt, il avait déjà postulé, sans résultat. A la mort de Colbert en septembre 1683, deux prétendants sont en lice : Boileau et La Fontaine. Arrivé à l’âge de soixante deux ans, c’est l’ambition de sa vie. Mais pour prendre un fauteuil, il faut faire l’éloge du détenteur précédent : comment faire si « on a une dent contre un homme » ? Les Académiciens trouvent de meilleures qualités à Jean de La Fontaine par rapport à Boileau, les premiers votes sont en faveur de La Fontaine, mais le roi Louis XIV ne l’aime pas. Du coup, il ne donne pas son accord pour cette élection. Le roi avait pourtant décidé : ils entreraient tous les deux en même temps à l’Académie, mais comment y arriver ? Heureusement pour tous, un nouveau fauteuil est vacant en avril 1684. Boileau et La Fontaine entrent à l’Académie. L’éloge de Colbert fut rapide ! A cette même occasion, il est obligé de renier devant l’assemblée ses contes et œuvres licencieuses en reconnaissant être allé un peu trop loin. Il prend à cœur cette nouvelle fonction, présent à toutes les séances…un bon élève. Il retrouve dans cet environnement Boileau, Perrault, Furetière et fréquente les salons et les écrivains renommés comme Mme de Sévigné, Mme de La Fayette. Il participe aussi très activement à la Querelles des Anciens et des Modernes, défendant avec acharnement les Anciens.

Sa fin de vie

Il n’a que soixante et onze ans lorsque la maladie l’atteint. Perdant sa plus précieuse amie Mme de la Sablière en janvier 1693, son moral est au plus bas, il perd le goût des plaisirs mais surtout le goût de la vie. Il passe son temps à lire, se plonge dans les Evangiles et entame des discussions avec les prêtres. L’abbé Pouget, à force de persuasion, arrive à faire confesser La Fontaine. Il insiste aussi sur une confession publique et un reniement de ses contes…ce qu’il fait dans sa chambre en présence d’académiciens. L’abbé lui fait promettre de n’écrire que des textes religieux et pieux. Il peut enfin recevoir l’extrême onction.

Allant mieux, il se rend à nouveau aux séances de l’Académie et publie en 1694 le livre XII des Fables. Mais un soir de février 1695, il est pris de malaise et s’éteint le 13 avril 1695.

 

Bibliographie

- La Fontaine : Fables de Jean de La Fontaine. Poche, 2002.

- Jean de La Fontaine, le laboratoire des fables. Collectif, Puf 2011.

Pour aller plus loin

- Site Officiel du Musée Jean de La Fontaine.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire