Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Franc-maçonnerie, Lumières et crise de l'Ancien Régime

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Franc-maçonnerie, Lumières et crise de l'Ancien Régime

franc_macon_1La Franc-maçonnerie véhicule tout un tas de fantasmes, en particulier celui du complot (associé aux Juifs), théorie  qui connait un nouveau succès. Mais nous n’allons pas à nous intéresser à cela ici ; nous allons examiner les rapports entre Franc-maçonnerie, Lumières et crise de l’Ancien Régime et par ce biais nous demander si la Maçonnerie est à l’origine, au moins en partie, de la Révolution française. Car, au-delà du fantasme du complot mondial, la Franc-maçonnerie est aussi « accusée » d’être derrière la Révolution


Des origines lointaines ?

Même si nous allons surtout nous concentrer sur celle du XVIIIè siècle en France, nous pouvons quand même dire qu’elle a pour origine, au-delà de profondes racines au Moyen-Age (certains parlent même des Templiers), l’Angleterre du XVIIIè siècle. Elle naît dans les années 1712-1718, et son acte fondateur est la Constitution dite « d’Anderson » qui date de 1723 et qui a été en grande partie rédigée par Jean-Théophile Désaguliers ; celui-ci, émigré de la Rochelle depuis 1685, grand scientifique et ami de Newton est le Grand Maître de la Loge de Londres.

La Franc-maçonnerie a tout d’abord des influences religieuses : Réforme, judaïsme, et même catholicisme en France, et surtout déisme. Les athées sont refusés. Ensuite, elle est influencée par les milieux scientifiques, philosophiques, en particulier la « philosophie naturelle » de Newton.

Très rapidement mal vue par la papauté, elle est condamnée par la bulle « In Eminenti » du pape Clément XII en 1738, qui excommunie tout Franc-maçon. Mais cette décision papale n’est guère reprise, la Maçonnerie a déjà de l’influence et en France et surtout on refuse de prendre le risque d’une autre crise janséniste…

La Franc-maçonnerie en France : une vision d’ensemble

La Maçonnerie est arrivée en France probablement par le biais des Jacobites, les partisans de Jacques II d’Angleterre. La légende va même jusqu’à parler d’une Loge en France dès 1688 : « la Parfaite Egalité » à St Germain-en-Laye. Les premiers Maçons en France sont écossais, anglais, irlandais.

La première Loge officielle date de 1731, c’est celle de Saint Thomas, menée par Charles Radcliffe ; mais dès 1737, le lieutenant de police Hérault s’intéresse aux pratiques secrètes des Maçons et apparaissent les premières tensions avec le cardinal de Fleury. La Franc-maçonnerie est moins tolérée en France (où le droit d’association n’existe pas) qu’en Angleterre. Pourtant, la pression est relative à cause des leçons de la crise janséniste et Fleury ne pousse pas les Parlements à imposer la bulle In Eminenti. Et, surtout, les Loges sont fréquentées autant par les protestants, les juifs que les catholiques…

Tableau_GLEIntervient à ce moment la figure du chevalier Ramsay (1686-1743), un Ecossais converti au catholicisme piétiste, éditeur de Fénelon, proche de Rousseau, et qui tente de rapprocher Fleury et la Maçonnerie. Son « discours » reprend le programme des Franc-maçons anglais (la constitution d’Anderson) et tente également de faire le lien entre Maçonnerie et Templiers (une référence au chevalier St Jean de Jérusalem). Il devient la base de la Franc-maçonnerie française. En 1738, le duc d’Antin devient le premier Grand Maître français et on commence à évoquer une « Loge Royale ».

De 1744 à 1751, la Franc-maçonnerie devient une « affaire publique », son existence est connue même si ses pratiques restent toujours secrètes, et se développe une littérature et des chansons sur le sujet, très souvent moqueuses. En 1771, Louis Philippe d’Orléans (1747-1793), futur Philippe Egalité, devient Grand Maître ; en 1773 est fondé le Grand Orient de France pour tenter de résoudre les premières dissensions qui apparaissent au sein de la Maçonnerie française.

Celle-ci se développe dans tout le pays dès 1760, même dans des lieux ignorés des Lumières, et en 1787 est présente dans tous les rouages de la société, y compris le clergé. C’est une diffusion « au hasard », même s’il y a une certaine concentration dans les grandes villes et que l’Ouest est quasi déserté. En 1789, il y a cependant beaucoup moins de Loges actives.

La Franc-maçonnerie et les Lumières

On doit maintenant se demander si Maçonnerie et Lumières ont des idées, des principes en commun. Selon Ramsay, les vertus du franc-maçon seraient entre autres : la philanthropie, l’humanité, le secret, le goût pour les Beaux Arts, savoir vaincre ses passions, étudier les sciences,…On doit aussi respecter autrui et garantir l’égalité au sein de la Loge, en reconnaissant les talents de chacun. La Maçonnerie est influencée par le déisme mais aussi la Révolution américaine, par l’intermédiaire de Benjamin Franklin, qui serait une sorte de lien (et avec lui la Franc-maçonnerie) entre Rousseau et Voltaire.

franklin

Justement, les rapports entre la Franc-maçonnerie et les Philosophes sont complexes et ambigus. Montesquieu semble avoir été initié dès 1730, et une légende veut que Ramsay soit à l’origine de l’Encyclopédie. Mais il est avéré que ni Diderot ni d’Alembert n’étaient franc-maçons, et que seul l’éditeur de l’Encyclopédie, Le Breton, l’était. C’est la Loge des Neuf Sœurs qui s’évertue à rassembler Maçons et philosophes ; cette Loge créée en 1776 par Helvétius et Lalande est un vrai lieu de bouillonnement intellectuel et philosophique, fréquenté par la crème des élites française et européenne. Elle tente de recruter Voltaire, mais celui-ci a toute sa vie une relation paradoxale avec les Frères : dans le Dictionnaire philosophique, il fustige les « grands mystères » et les appellent « les pauvres Franc-maçons » avec un ton souvent ironique et moqueur. Pourtant, il semble avoir été initié à la toute fin de sa vie, peut-être par Franklin voire Lalande ; il est reçu en mars 1778 et admis en avril, alors qu’il décède en mai 1778 ! Le fameux « Eloge de Voltaire », interdit par le Roi, sert d’apothéose au philosophe et permet qu’il soit « récupéré » par la Franc-maçonnerie

La Franc-maçonnerie à l’aube de la Révolution

Le paradoxe autour de la Maçonnerie apparaît chez la Haute aristocratie de la France d’Ancien Régime : en 1789, quarante-huit grands seigneurs sont Maçons dont le duc d’Orléans, le duc de la Rochefoucauld, la famille Noailles, La Fayette, presque tout le corps diplomatique,…bref la crème de la noblesse française ! Elle va jusqu’à « maçonniser » l’armée par le biais des Loges militaires et contribue certainement à l’affaiblissement du pouvoir royal en son sein. Le problème est que cette présence tranche avec les principes d’égalité et de refus des privilèges que véhicule la Maçonnerie ! Se pose la question de la loyauté au pouvoir royal, qui divise les Maçons et qui est illustrée par la tentative de Ramsay de se rapprocher de Fleury pour monter un projet aristocratique respectueux de la monarchie et de la religion.

Le pouvoir royal est tout de même contesté par des Franc-maçons, et pas des moindres. On peut prendre pour exemple l’influence de Franklin qui relaie en France l’affaire de la Société de Cincinnatus (volonté de créer en Amérique une noblesse héréditaire et militaire), en 1784, par Mirabeau avec le pamphlet « Considérations sur l’ordre de Cincinnatus » qui attaque le principe de la noblesse héréditaire, socle du pouvoir royal d’Ancien Régime !

Les idées libérales, parlementaires, déistes et la défense de l’égalité sont par essence opposées à la Société des Ordres. La Franc-maçonnerie véhicule des règles et des principes parallèles et concurrents à la royauté et veut amener à une société horizontale et pas verticale. Il ne faut pas non plus idéaliser le concept maçonnique : une partie est fidèle au Roi, et l’égalité est appliquée au sein d’une Loge mais pas entre les Loges (il y a des Loges de riches et des Loges de pauvres).

La Franc-maçonnerie est donc née en Angleterre, d’inspiration trouble mais qu’on peut qualifier de déiste ; elle arrive en France à la moitié du siècle et devient rapidement populaire, en particulier chez une partie de la Haute noblesse et des milieux philosophiques et scientifiques.

Elle sert à socialiser les pensées et devient une « contre-société » sans le vouloir. Elle contribue à échanger et à faire circuler les idées nouvelles comme le progrès, la liberté, l’égalité, la tolérance, à « socialiser les Lumières ». Mais on ne peut pas parler d’un complot conscient pour influencer la Révolution ; elle se tient même en retrait politiquement lors des événements de 1789, et est même très divisée à ce moment : Joseph de Maistre sera contre-révolutionnaire, Philippe Egalité guillotiné.

Bibliographie non exhaustive :

- P. CHEVALLIER, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, tome 1 : la Maçonnerie, école de l'Egalité (1725-1799), Fayard, 1992.

- L. NEFONTAINE, La Franc-Maçonnerie, une fraternité révélée, Gallimard, 1994.

- R. PRIOURET, La Franc-Maçonnerie sous les lys, 10/18, 1976.

- D. POULOT, Les Lumières, PUF, 2000.

- J. CHABOUD, Découverte de la franc-maçonnerie, Plon, 2006.

- J. LE GOFF, R. REMOND (dir), Histoire de la France religieuse, tome 3, Points Histoire, 2001.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire