Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Patrimoine France: Paris La cathédrale Notre-Dame de Paris

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La cathédrale Notre-Dame de Paris

800px-Notre-Dame_de_Paris-FranceEn cette année 2013, Notre-Dame de Paris fête ses 850 ans. Bien enracinée sur l’Île de la Cité depuis plus de huit siècles, la cathédrale est l’un des monuments les plus célèbres de la capitale. Sa construction a duré près d’un siècle, sans compter les modifications qui ont suivi, et notamment les travaux controversés de Viollet-le-Duc au XIXe siècle. Son anniversaire est l’occasion de revenir sur sa riche histoire.

 

Née sous le règne de Louis VII

La date de la pose de la première pierre est 1163. Nous sommes alors sous le règne de Louis VII, dit le Jeune, un roi croisé puisqu’il était de la Deuxième croisade (1146-1149), un échec cuisant. Louis VII est également célèbre pour avoir été le premier mari d’Aliénor d’Aquitaine, avant qu’il la répudie en 1152, et qu’elle se remarie avec Henri II Plantagenet, futur roi d’Angleterre (et avec qui elle aura Richard Cœur de Lion comme fils), premier acte d’une longue série de guerres entre la France et l’Angleterre. Enfin, il est surtout le père de celui qui lui succède en 1180, Philippe Auguste.

En 1163, Louis VII a quarante-trois ans et il est présent lors de la pose de la première pierre de la cathédrale, en compagnie du pape Alexandre III. Ce dernier vient d’excommunier Frédéric Barberousse, et est en fuite en France. Le contexte de la construction de Notre-Dame est donc relativement troublé.

Le grand initiateur de l’édification de la cathédrale reste cependant l’évêque Maurice de Sully. D’origine modeste, il a été formé à l’abbaye de Fleury et fait une partie de ses études à Paris, où il rencontre le futur roi. Il baptisera son fils Philippe (Auguste). En 1160, Maurice de Sully est élu évêque de Paris, et n’attend que trois ans avant de lancer son grand projet.

Une cathédrale gothique

Notre-Dame_de_Paris-NefL’évêque de Paris veut remplacer la cathédrale Saint-Etienne par un nouvel édifice dédié à la Vierge Marie, en s’inspirant des nouvelles églises, appelées bien plus tard (et de façon péjorative) « gothiques », qu’étaient l’abbatiale de Saint-Denis et les cathédrales de Noyon, Senlis, Laon et Sens. A l’époque, l’évêché de Paris dépend d’ailleurs de l’archevêché de Sens. Maurice de Sully estime que Paris se doit d’avoir une cathédrale à la hauteur des autres grandes villes épiscopales. Il profite du soutien du roi pour mener à bien son projet.

Achevée sous Saint Louis

Construire un tel édifice n’est pas une mince affaire. Le chantier est gigantesque, et il dure près d’un siècle, voyant passer plusieurs souverains : Louis VII donc, Philippe Auguste, Louis VIII, et enfin Louis IX, dit Saint Louis.

La construction se déroule en quatre étapes : entre 1162 et 1182, le chœur et le double déambulatoire ; entre 1182 et 1190, les trois dernières travées de la nef, des bas-côtés et des tribunes ; entre 1190 et 1225, les assises de la façade et des deux premières travées de la nef, plus le raccord des deux travées à la façade élevée jusqu’à la galerie des rois. Enfin, de 1225 à 1250, la galerie haute et les deux tours de façade et différents aménagements des fenêtres hautes et des chapelles latérales.

A ce moment, la cathédrale est considérée comme terminée, mais elle connaît d’autres modifications jusqu’au milieu du XIVe siècle. Vient ensuite l’époque moderne, pendant laquelle l’art gothique n’est plus à la mode…

Notre-Dame, entre tourmente et rénovation

Au XVIIe siècle, la cathédrale connaît quelques modifications mineures, sauf pour les vitraux : ceux du Moyen Âge sont remplacés par des vitres blanches par les frères Le Vieil…

Lors de la période révolutionnaire, Notre-Dame connaît évidemment les mêmes déboires que nombre d’édifices religieux : la flèche du XIIIe siècle est démontée et les statues de la galerie des rois sont toutes détruites, comme celles des portails (à l’exception de la Vierge). Elle sert également d’entrepôt.

Notre_Dame_de_Paris_en_1840Au début du XIXe siècle, tout à sa réconciliation avec l’Eglise, Napoléon Bonaparte rend la cathédrale au culte catholique et s’y sacre empereur en 1804. Pourtant, l’édifice reste dans un piteux état, y compris quand il inspire Victor Hugo pour son roman Notre-Dame de Paris (1831). C’est le début de la renaissance pour la cathédrale : en 1844, le gouvernement de Louis-Philippe décide la restauration.

Le principal architecte chargé du projet est Eugène Viollet-le-Duc. Son travail s’achève en 1864, et reste en partie controversé pour certaines libertés qu’il a prises, notamment les chimères (ou gargouilles) du haut de la façade, sorties tout droit de son imagination. Le parvis, quant à lui, est dégagé par les travaux du baron Haussmann.

Le monument le plus visité de France

L’existence de Notre-Dame au XXe siècle est plus calme. Elle passe sans encombre les deux guerres mondiales. Le principal événement est le renouvellement des vitraux dans les années 1960.

Au XXIe siècle, la cathédrale Notre-Dame de Paris est tout simplement le monument le plus visité de France, devant la Tour Eiffel ou le Louvre, avec près de quinze millions de visiteurs (pèlerins et touristes) par an.

 

Le site de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire