Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Actualité Documentaire « Toute l’Histoire » consacré à Napoléon

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Documentaire « Toute l’Histoire » consacré à Napoléon

Tous les jeudis à partir du 29 novembre à 20h45, et à un rythme de deux épisodes par soirée, la chaine Toute L'histoire AB diffusera un documentaire inédit en dix épisodes retraçant toute l’histoire de Napoléon. Un documentaire de Jean-Louis Molho avec les voix d’André Dussolier et de Francis Huster, bénéficiant d’un large panel d’intervenants et de reconstitutions de batailles en 3D. Pour le meilleur et pour l'Empire…

 

Un contenu plus qu'honnête !
41712_napoleon

Un panel d’intervenants de qualité, la plupart déjà reconnus pour leurs travaux sur la période (Thierry Lentz, Michel Vergé Franceschi, David Chanteranne, Jacques-Olivier Boudon, Bernard Coppens, Pierre Branda…), d’autres connus pour leur soutient à une revalorisation de l’histoire des Grands Hommes dans les programmes scolaires (Dimitri Casali) ou encore des conservateurs de différents sites liés à l’épopée napoléonienne (Christophe Beyeler conservateur du château de Fontainebleau…). On note également la participation d’intervenants étrangers comme Sudhir Hazareesingh (du Balliol College d’Oxford), mais aussi d’écrivains et d’illustres inconnus du grand public.

De ce panel varié nait un discours convaincant il faut le reconnaitre, une épopée napoléonienne assez fidèlement contée. On y retrouve toutes les grandes lignes de l’Histoire que l’on peut avoir le temps de passer en revue sur ce format documentaire, et on y évoque la plupart des anecdotes les plus connues. Certes il y a plusieurs raccourcis et des non dits mais au final, les premiers épisodes offrent un récit qui tient très largement la route ! Le téléspectateur se laisse porter d'épisode en épisode dans une des période les plus fondatrices de l'Histoire de France...

Une ère de l’image numérique s’ouvre sur les documentaires ?

A notre grand étonnement on note d’emblée l’utilisation d’images et de cinématiques du jeu « Napoléon Total War ». Cela se retrouve notamment pour certaines scènes de bataille, reproduisant ainsi les adaptations graphiques nécessaire au jeu (comme les drapeaux permettant de visualiser et de sélectionner une unité) qui n’ont rien à faire dans un documentaire historique. De la même façon certaines cinématiques de jeu sont réutilisées. Or si ce jeu vidéo est un des meilleurs pour la description des unités (sans être parfait, notamment sur le cadrage entre la chronologie et l’uniformologie) et le gameplay il ne brille pas du tout par ces cinématiques ! Des personnages comme Talleyrand et Coignet (avec la voix d’André Dussolier et de Francis Huster), qui narrent l’histoire de Napoléon, ne sont pas extrait du jeu mais sont exactement du même niveau que la très mauvaise animation de Napoléon dans « Total War ».Dommage donc de le choisir pour cela. Un jeu plus ancien et au gameplay bien plus médiocre comme « Cossacks II : Napoleonic Wars » avait par contre des cinématiques bien plus convaincantes car réalisées avec des troupes de reconstitution.

Pourquoi ne pas faire appel à des troupes de reconstitution pour les batailles (ou à des extraits de film) et à des acteurs pour les narrateurs ? Le documentaire sur Napoléon réalisé par David Grubin l’avait fait avec un très beau rendu. Les reconstitueurs sont généralement avides de ces opportunités de se mettre au service d’un docu-fiction. Or là, l’image de synthèse fut un chant des sirènes qui entraine le projet vers un écueil de taille. Bien qu’ils fassent moins mal aux yeux que l’adaptation TV du « Métronome », ces pasages du documentaire sont loin d’être beaux et immersifs. Pire, « Napoléon Total War » est un jeu qui permet au joueur de modifier le cours de l’Histoire, il utilise donc des cinématiques qui n’ont rien d’historiques comme le HMS Victory (navire de Nelson à Trafalgar) échoué sur une plage que Napoléon fait bruler. Or ce navire ne fut jamais pris par les Français, il est même encore visible à Portsmouth, et pourtant le documentaire n’hésite pas à reprendre cette vidéo alors que paradoxalement le HMS Victory et son conservateur apparaissent dans le troisième épisode de la série documentaire ! Autre preuve que les images tirées du jeu furent très mal choisies : que viennent faire des fantassins anglais chargés par les mamelouks pour illustrer la bataille des Pyramides ?

Fort heureusement, l’utilisation d’autres supports (dessins de Job, tableaux, divers gravures…), avec un filtre pour donner un effet ancien, tendent à espacer ces très mauvaises images de synthèse qualifiées de 3D. Ainsi, si l’œil pointilleux et exercé d’un spécialiste de la période peut regretter ces passages, l’immense majorité du grand public n’aura pas le temps de noter ces erreurs graphiques immergées et isolées dans le cadre d’un documentaire maniant un large panel de supports variés et offrant dans l’ensemble une illustration convaincante à un discours historique de qualité !

Napoléon, série documentaire inédite. A partir du 29 novembre à 20:45 sur Toute l'Histoire.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire