Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Biographies L'étonnante histoire de la numérotation des rois de France

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L'étonnante histoire de la numérotation des rois de France

LOUIS I II. .numéros des rois de FranceTout le monde connait Louis XIII, Louis XIV ou encore Louis XV et bien d'autres avant eux. Mais pourquoi ces chiffres ? Pourquoi Louis XIV n'aurait-il pas porté le numéro XV ou XVI ? Question très intéressante à laquelle répond Michel-André Lévy, dans son récent ouvrage « Louis I, II, III...XIV... l'étonnante histoire de la numérotation des Rois de France ».

 

Des rois portant des surnoms

Les premiers écrits, racontant l'Histoire de France étaient des chroniques établies par Grégoire de Tours vers 560, sans chronologie précise, en quelque sorte des faits divers de l'époque. Pour essayer de dater ces faits, on utilisait le règne du roi en cours.

Le plus gros inconvénient est que plusieurs rois régnaient bien souvent sur plusieurs « morceaux » de royaume. Ils portaient déjà un numéro, mais ils ne se succédaient pas toujours dans l'ordre. Etablir une chronologie relevait de l'impossible. Les Carolingiens usèrent alors d'un subterfuge : attribuer et nommer les rois avec des surnoms, comme Pépin le Bref, Charles le Gros ou « Plantagenêt » dû au brin de genêt porté au chapeau. Ces surnoms étaient choisis en fonction du physique du personnage, des territoires leur ayant appartenus ou selon quelques autres critères. La liste des surnoms n'étant pas extensible, on repense à la numérotation avec quelques règles.

Les prémices des numéros

Charlemagne qui succède à Pépin, aspire à l'unification et l'indivisibilité du royaume avec pour objectif la transmission en globalité de son royaume à un successeur. La numérotation démarre lentement, mais la succession à un seul héritier ne se fera qu'après 980.

L'ainé des fils est présumé roi héritier, recevant le prénom du grand père et le cadet des fils le prénom du père. Les prénoms « Philippe », « Louis » et « Charles » parfois attribués en l'honneur des parrains, se succèdent ; mais il arrivait que l'enfant ne porte pas de prénom avant le baptême. En effet, l'usage veut qu'il soit baptisé le lendemain de la naissance, ou dans les trois jours. La mortalité infantile diminuant, on baptisait plus tard comme ce fut le cas pour Louis XIII à l'âge de cinq ans, qui jusque-là était nommé « Dauphin ». Plus près de nous, les filles de Louis XV étaient appelées Madame Première, Madame Seconde, Madame Troisième jusqu'à la naissance du Dauphin ; elles ne portaient donc pas de vrais prénoms et cela pendant une dizaine d'années !

Les numéros apparaissent au XI è siècle, mais tout est désordonné jusqu'au XIII è siècle lorsque Saint Louis commence à y remédier. Une liste des Rois de France apparait dans les Grandes Chroniques, au milieu du règne de Philippe Auguste ; Primat inaugure l'ère des « catalogues » des Rois de France ; Guillaume de Nangis et Bernard Gui font de même.

Pourtant ces listes ne sont pas toujours celles que nous connaissons de nos jours : de Nangis omet deux rois, alors que Bernard Gui les ajoutent. On trouve aussi des rois sans numéro au milieu de rois numérotés comme Louis III et Louis le Fainéant intercalés entre Louis II et Louis IV.

La numérotation actuelle

Charles V s'attribue son numéro de son vivant, figeant ainsi les précédents rois et les suivants, mais également les lois de succession. Ce numéro a été inscrit dans les textes devant lui, mais uniquement dans les titres des textes rapportant la naissance de son fils en 1368 ; puis lors de la naissance de sa fille et pour son décès en 1380. Pourtant il n'est pas encore d'usage d'intégrer le numéro dans le texte lui-même.

Charles V inaugure donc la numérotation des « Charles » ; le fils de Charles VII s'appelant Louis, il devient Louis XI lançant la numérotation des « Louis » de son vivant. Le corps des écrits comporte le numéro et l'usage veut aussi que l'on reporte ce numéro sur le tombeau.

Le roi numéroté doit en quelque sorte prouver son numéro. Il a deux moyens : apposer son sceau prouvant ainsi sa signature officielle. Le premier roi a pratiqué ainsi est Charles VIII, fils de Louis XI. Le second moyen est la production de pièces de monnaie. Le successeur de Charles VIII, Louis XII instaure les monnaies et le numéro, accompagné du profil du roi. Ces monnaies ne seront fabriquées qu'en petite quantité, pour l'usage de la famille royale. A partir de la Renaissance, le nom du roi, son numéro et son profil seront systématiquement sur la monnaie.

Ainsi naissait la numérotation des Rois de France, telle que nous la connaissons.

Notre avis

Analysant les écrits des moines de Saint Denis, puis ceux des chanceliers des rois, Michel-André Lévy nous rapporte l'origine de la numérotation des Rois de France. Une enquête fouillée, une analyse approfondie nous permettent de comprendre ce processus. Pourtant, bien que l'ouvrage soit vraiment instructif, nous nous perdons quelques fois dans les explications. L'auteur passe en effet des Mérovingiens aux Carolingiens, pour revenir quelques pages après aux Pippinides, tout en ayant expliqué au passage l'attribution des prénoms « définitifs » ! Un ouvrage pour les Passionnés d'Histoire de France.

Louis I, II, III... XIV L étonnante histoire de la numérotation des rois de France, de Michel-andre Levy. Editions Jourdan, 2014.

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire