Aujourd’hui, cette expression signifie avoir un nom difficile à prononcer ou à retenir. Son origine est assez surprenante. Elle provient en effet d’une époque ou lorsqu’une personne était perdue ou devait demander le gîte à des inconnus, il valait mieux pour elle d’avoir un nom à consonance chrétienne pour que quelque un accepte de lui offrir un endroit où passer la nuit.


Il en était de même dans les auberges ou les personnes dont le nom était le plus bourgeois avaient le plus de chances d’obtenir une chambre. En revanche les autres devaient dormir dehors. Le sens de l’expression est aujourd’hui différent, même si elle a toujours une valeur assez négative.

L’armée napoléonienne serait une autre origine possible. Elle était composée de nombreux soldats recrutés lors des campagnes à l’étranger. Lors des stationnements dans des villes, les habitants étaient tenus d’héberger les officiers titulaires d’un billet de logements. Certains de ses officiers avaient des noms à consonance étrangère. Il pouvait passer pour des ennemis. On disait qu’ils avaient des noms à coucher dehors avec « un billet de logements ».

Pour aller plus loin

- Trésors des expressions françaises de Sylvie Weil. Belin, 2008.

- La Fin des haricots : Et autres mystères des expressions françaisesde Colette Guillemard. Omnia, 2009.