Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)
Histoire de France

clovis1Conséquences des migrations germaniques pour la Gaule romaine. Rivalités entre les différents royaumes barbares et montée en puissance des monarchies franques. Les Royaumes Francs dans le contexte européenn et face à l'irruption de l'Islam.

Effectuez une recherche parmi nos centaines d'articles, ou bien parcourez notre sélection ci-dessous !




brunehaut3Dynastie matrice de la royauté française, les Mérovingiens ont pourtant été longtemps victimes d’une « légende noire », entretenue dès le VIe siècle par Grégoire de Tours, puis par leurs successeurs, les Carolingiens, sous la plume d’Eginhard. Ils sont ainsi devenus les « rois fainéants » des images pour écoliers jusqu’au XIXe siècle (et au-delà…).  A part Clovis, et pour d’autres raisons Dagobert Ier, la période mérovingienne était comme un trou noir dans l’histoire de France. Tentons donc de (re)découvrir ces rois, et reines, à la frontière entre la fin d’une Antiquité « barbare » et un Moyen Âge où allait se construire la France. Construction à laquelle les Mérovingiens eux-mêmes furent loin d’être étrangers…

clovis1Clovis Ier, roi des francs, est le plus illustre des mérovingiens. Au tournant du Ve et du VIe siècle, ce petit-fils du légendaire roi Mérovée s'est emparé de la quasi totalité de la Gaule romaine. Pour consolider son autorité sur son immense domaine, il a habilement passé une alliance avec l'Eglise catholique romaine, seule institution à avoir survécu à la chute de l'empire romain d'occident. Mettant sur un pied d'égalité les Francs conquérants et les Gallo-romains, Clovis a fait de ces deux peuples une seule nation : le Regnum francorum, le royaume des francs. L'histoire des francs, écrite un siècle plus tard par Grégoire de Tours, est l'une des rares sources sur le règne de Clovis dont nous disposions.

SigismondRendus célèbre par Richard Wagner à travers l’épopée des Nibelungen, le royaume burgonde et son peuple n’apparaissent cependant pas moins dans l’Histoire comme un voisin discret face aux principaux royaumes barbares. Nous ne possédons que peu de sources sur eux. Sans chroniqueur tel un Grégoire de Tours pour relater leurs faits, entourés par de grandes puissances, les Burgondes se montrent trop peu pour intéresser les auteurs grecs et latins de l’Antiquité tardive. En effet, ils ne ravagent pas la Gaule, ils ne s’emparent pas de Rome, ils ne tuent pas non plus l’empereur, ils restent dans l’ombre et demeurent aujourd’hui encore méconnus. Leur histoire, bien que lacunaire, est toutefois riche en événements et en rebondissements.

clovis1Le baptême de Clovis un 25 décembre (1), suivi par 3.000 de ses guerriers, est un événement majeur de l’histoire médiévale balbutiante. Pas plus qu’il n’illustre la naissance de la France, qui interviendra bien plus tard, cet acte ne consacre la conversion d’une Gaule acquise depuis longtemps à la foi chrétienne. Plus sûrement, cet évènement marque le début de la renaissance de la civilisation chrétienne occidentale, qui failli périr noyée avec l’empire romain sous les coups portés par les invasions, et scelle une alliance pereine entre l'Eglise catholique romaine et la monarchie franque puis française.