Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)
Histoire Universelle (du Monde)
Tte_de_Toutnkhamon_enfant_muse_du_Caire_EgypteAnalyses des grandes civilisations et des empires qui ont marqué l'histoire. Spiritualités et conflits, développements sociaux et techniques de l'apparition de l'écriture aux derniers jours de Rome.



neron artisteTacite est le premier à nous renseigner sur la vie de Néron, qui fut empereur de 54 à 68. A noter que cet historien n'était pas né à la mort de Britannicus et n'avait que 9 ans au cours de l'incendie de Rome. Pour Tacite, le moindre geste de ce César ne peut être que sacrilège, malfaisant, criminel et le moindre mort dans l'Empire ne peut être attribué qu'à Néron. Malheureusement, aucun écrit le concernant, de Pline l'ancien qui était de son époque n'a survécu au temps. Les historiens postérieurs (sauf rares exceptions), Suétone et Dion Cassius viendront encore noircir le tableau de Tacite en attribuant à cet Empereur tous les vices, sans en apporter les preuves.


Néron, le césar maltraité par l'histoire

site archeo troieAu VIII e siècle av. J.C., Homère raconte l'histoire de la guerre de Troie, qui, selon divers auteurs antiques, se déroule entre 1344 et 1150 av. J.C.. La guerre de Troie est t-elle une simple histoire, transmise oralement depuis plusieurs siècles, ou a t-elle un fondement historique ? Depuis 1998, le site archéologique d'Hissarlik est reconnu par l'UNESCO comme étant celui de Troie. Il se situe sur la côte égéenne, au nord-ouest de la Turquie, sur le tel d' Hissarlik.


Le site archéologique de Troie et sa découverte (1873)

constantinconservateurs.jpgSelon la tradition historiographique, L'édit de Milan ou édit de Constantin publié en 313 a octroyé la liberté religieuse aux chrétiens. Le cardinal Angelo Scola, Archevêque de Milan déclarait le 6 décembre 2012 que « dans un certain sens, avec l’Édit de Milan, les deux dimensions que nous appelons aujourd’hui “liberté religieuse” et “laïcité de l’État” apparaissent pour la première fois dans l’histoire. » Si cette affirmation peut susciter le débat, l’édit de Milan est bien un texte important dans l’histoire de l’humanité.


L’édit de Milan (13 juin 313) : tolérance pour les chrétiens

Leónidas DavidSparte était une cité profondément originale de Grèce antique qui présentait des similitudes avec certaines cités de Crète où les populations étaient d'origine doriennes. Elle a marqué les esprits dès l'Antiquité par son caractère sévère avec un modèle de violence d'éducation imposé aux jeunes spartiates mais également avec le sort réservé à la majorité de la population esclave lacédémonienne (les ilotes).


Sparte, une cité grecque originale

Colossus_of_RhodesLe Colosse de Rhodes est une des sept merveilles du monde antique (les six autres étant la pyramide de Khéops, les jardins suspendus de Babylone, la statue de Zeus olympien à Olympie, le temple d’Artémis à Ephèse, le mausolée d’Halicarnasse, et le le phare d’Alexandrie). Construit en 12 ans à l' entrée du port de Rhodes, entre 292 et 280 av. J.-C. Il mesurait 31 mètres de haut, ce qui faisait de lui la plus haute statue de son temps. Il faudra attendre le Colosse de Néron, plusieurs siècles plus tard, pour que le Colosse de Rhodes soit dépassé en hauteur.


Le colosse de Rhodes, géant de l'antiquité

fresque israelC'est probablement au XIIe siècle avant notre ère que naquit le royaume d'Israël. Les hébreux, ancêtres du peuple juif, s'établirent sur la terre biblique de Canaan, au Proche-Orient. Loin de rivaliser avec la puissance Mésopotamienne ou égyptienne, l'ancien royaume d'Israël n'en a pas moins marqué l'histoire de l'humanité. Contrairement à leurs voisins, les Hébreux ne vénéraient qu'un seul dieu, Yahvé. Leur religion devait exercer une grande influence à la fois sur le christianisme et sur l'islam.


L'ancien royaume d'Israel (1290 av J-C - 73 apr. J.-C)

empereur_romainS'il est un concept de pouvoir qui fascine autant qu'il terrifie, c'est bien celui d'empereur romain. En effet, les souverains de Rome, « les Divins Césars », pour reprendre l'expression de Lucien Jerphagnon, sont des dirigeants politiques dont l'immensité des prérogatives représente une des notions les plus absolues de gouvernement. Et pourtant, paradoxalement, les Romains avaient acquis une haine viscérale pour le pouvoir tyrannique et personnel qui les avait amenés à rejeter les rois et à doubler la magistrature suprême, le consulat, afin d'éviter l'autorité d'un seul homme. Il n'y avait qu'en cas de danger mortel pour l'État, que le système républicain consentait à laisser le pouvoir à un seul homme, appelé dictateur et pour une durée limitée de six mois. Il est donc intéressant de chercher ce qui a pu les pousser à accepter un pouvoir si absolu.


L'empereur romain, maître du monde

PyrrhusPyrrhus Ier d'Épire (ou Pyrrhos en grec) est l'un des plus grands généraux de l'antiquité. Sa postérité est grande : de ses victoires est née l'expression «avoir une victoire à la Pyrrhus ». De son royaume des Molosses, il menaça la puissance romaine et carthaginoise. Selon Appien, Hannibal, lors d'une discussion avec Scipion, aurait déclaré que Pyrrhus était pour lui le deuxième plus grand commandant en raison de son audace, et que l'on ne pourrait trouver deux rois qui aient été plus audacieux que lui. Hannibal considérait même que Pyrrhus était meilleur que lui. C'est l'épopée mouvementée de ce souverain hellénistique si singulier et qui a tant fasciné les hommes que nous allons découvrir.


Pyrrhus Ier d'Épire : roi et général victorieux

elagabal-capOn évoque souvent la « crise du IIIè siècle », ou même le fameux « déclin » de l’Empire, qui aurait conduit à sa non moins fameuse « chute », des clichés historiographiques heureusement de plus en plus remis en question. L’empereur Héliogabal est intéressant à plus d’un titre : son court règne intervient dans la première moitié de ce IIIè siècle, période de transition suite à l’arrivée au pouvoir des Sévères, dynastie qui a succédé aux Antonins, considérés comme les empereurs de l’Age d’Or de Rome. Mais il est marquant également par ses origines orientales et par le culte qu’il a pratiqué, et surtout sa volonté de l’intégrer à la religion romaine. Enfin, sa légende ( ?) d’empereur décadent et fou ne peut que rendre le tout plus passionnant encore…


Héliogabal (Elagabal), le prêtre-empereur

Les ruines du temple d'Artémis à ÉphèseLes sept merveilles du monde antique font toujours rêver. La New Seven Wonders Foundation a lancé un concours et désigné en 2007 les sept nouvelles merveilles du monde. Les listes du patrimoine mondial de l’UNESCO sont également des lointains descendants de cette liste. Ceci montre que la volonté de créer une liste restreinte des monuments les plus remarquables est toujours présente. Cette liste semble canonique aujourd’hui. Or il n’en était rien pendant longtemps et des monuments ont pu y entrer et en sortir.


Les Sept Merveilles du monde antique

image-illustration-debutL'alphabet grec ancien est, au sens strict, le plus ancien alphabet encore utilisé de nos jours. D'origine phénicienne, il a évolué pendant plusieurs siècles, avec l'introduction majeure des voyelles, pour répondre autant à des nécessités d'ordre littéraire que commerciales. Il a notamment donné naissance aux alphabets latin, cyrillique et copte. 


L'Alphabet Grec ancien : Histoire et Epigraphie

Tte_de_Toutnkhamon_enfant_muse_du_Caire_EgypteToutânkhamon (1345-1327 av. J.-C.), était un pharaon d'Égypte (1336-1327 av. J.-C.) de la XVIIIe dynastie, fils d’Akhenaton, à qui il succéda. Il accéda au trône vers l'âge de huit ans et régna jusqu'à sa mort, à l'âge de dix-huit ans. Sous son règne, la paix s'installa en Égypte tandis que le culte d’Amon, abandonné par Akhenaton, était rétabli et que Thèbes, la ville sacrée d'Amon, redevenait la capitale de l'Égypte. On sait peu de chose sur son règne et c'est la découverte de sa tombe dans la Vallée des rois qui fera de lui le plus célèbre des pharaons. Elle fut retrouvée quasi intacte, ainsi que ses magnifiques trésors, en 1922 par Howard Carter et son commanditaire, lord Carnavon.


Toutânkhamon : le pharaon et la découverte de son tombeau

odysseeL'Iliade et l'Odyssée sont considérés comme des chefs d'oeuvre de la Grèce antique, les premières de la littérature occidentale. Ce sont deux épopées attribuées à un poète grec nommé « Homère (en grec ancien Ὅμηρος, Hómêros, otage) ». Les grecs ne doutaient pas de de son existence. On racontait qu'il était né en Ionie à Chios ou Smyrne vers 850 av.J,-C., qu'il était aveugle, dictait ses poèmes à sa fille, et que son inspiration était divine ce qui expliquerait son aveuglement. Il serait mort à Ios vers 800 av.J.-C. Aujourd'hui on sait que l'Iliade et l'Odyssée ont été rédigés au VIIIe siècle av.J.-C. à un moment où l'on venait de redécouvrir l'écriture.


L'Iliade et l'Odyssée : le monde d'Homère

Herbert Schmalz-ZenobiaL'histoire de Zénobie est entourée de nombreux fantasmes ou légendes. Il est bien difficile de démêler le faux de l'histoire de la « reine de Palmyre ». Or elle ne fut jamais reine de Palmyre comme il n'y eut jamais de royaume à Palmyre. Son histoire a bénéficié d'un ouvrage récent appelé à être une référence vivement recommandé et auquel l'article doit beaucoup Zénobie, de Palmyre à Rome, d'Annie et Maurice Sartre aux éditions Perrin. L'ouvrage permet de comprendre la difficulté qu'il y a à écrire l'histoire d'une personnalité dont nous savons en réalité assez peu de choses. Le livre propose des développements très intéressants sur l'histoire de la ville de Palmyre dont les auteurs sont des spécialistes et la postérité et l'imaginaire suscité par l'épopée de Zénobie et la ville de Palmyre.


Zénobie, reine dans Palmyre

minoeensAvant de commencer, on peut déjà dire que l'histoire des élites minoennes et mycéniennes est malaisée à cerner avec précisions. Ainsi, vouloir définir avec exactitude une hiérarchie, une organisation sociale, des pratiques propres à un groupe dominant serait – d'un point de vue intellectuel- très satisfaisant mais aurait certainement pour principal défaut de proposer un modèle qui n'a que partiellement ou même jamais existé.


Elites minoennes et mycéniennes : continuités et ruptures

chevalierenluminureBouchard II de Vendôme (†1007) encore appelé Bouchard le Vénérable est un comte du Xème siècle, féal des rois Hugues Capet et Robert le Pieux. Il nous est connu, notamment au travers le texte « La Vie de Bouchard, comte de Melun » qu'Odon ou Eudes, moine de l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, rédigea vers l'an 1058. Cette histoire, qui est aussi un éloge, nous montre notamment quels peuvent être les intérêts et les actions d'un grand vassal du roi, au début du Xème siècle. Ainsi, homme de guerre, chevalier accompli, instruit, attentif aux intrigues de son temps, Bouchard est aussi un homme au service de l'église, plein de dévotion et attentif au salut de son âme.


Un chevalier du Xe au service du roi, de l'église et de Dieu

femmes romainesLorsque nous nous intéressons à l'histoire antique et plus précisément à la période romaine, ce qui vient à l'esprit en premier, c'est l'armée romaine avec ces légionnaires, ce sont les empereurs et les dictateurs, ou encore les jeux romains avec les gladiateurs. Mais que sait-on de la femme romaine ? La population féminine représente pourtant la moitié des habitants de l'Empire romain, mais nous savons peu de choses sur leur condition et leur façon de vivre. La statuaire et la peinture murale sont deux sources archéologiques importantes, mais pour l'hygiène du corps et la cosmétique, il faut surtout se référer aux textes antiques, rédigés par des hommes. Nous allons ici nous intéresser à la toilette de la femme romaine au début de l'Empire, l'époque où la femme n'est plus seulement considérée à travers son mari, mais où elle devient indépendante.


La toilette de la femme dans la Rome antique

Il serait réducteur et simpliste de vouloir dresser le portrait type de la femme romaine. En effet, si l'Histoire nous apprend bien une chose, c'est qu'il n'y a pas l'Homme et la Femme, mais des hommes et des femmes. L'Histoire se conjugue au pluriel. Sur une période aussi étendue, débutée en 753 av. J.C. et qui prend fin en 476, la condition féminine et le rôle de la femme dans la société romaine n'ont cessé d'évoluer et de prendre des formes diverses. C'est ces changements que nous allons tenter d'expliquer ici. Embarquement pour Vénus imminent !


Femmes de Rome

hadrienL'empereur romain philhellène Publius Aelius Hadrianus (76-138), plus connu sous le nom d'Hadrien, est l'un des souverains romains les plus connus au monde. Représentant emblématique du siècle des Antonins, il a réformé et transformé radicalement l'Empire. Amoureux des arts et des lettres, les ruines de son palais à Tivoli évoquent au visiteur l'apogée de Rome. Pourtant, si des images ou des portraits de cet empereur viennent rapidement à l'esprit, les sources le concernant sont peu nombreuses et problématiques. En effet, Hadrien n'était pas un empereur populaire dans les couches sénatoriales et son apothéose difficile montre que son action et sa personnalité n'ont pas fait l'unanimité au sein des couches dirigeantes.


Hadrien, l'empereur philhellène (76-138)

guerriers2De Sparte, le monde contemporain a une vision quelque peu déformée au travers de nombreux films caricaturaux, comme le récent et très contestable 300 de Zack Snyder sorti en 2006. Cette grande cité de la Grèce Antique, a mis au point et perfectionné de nombreuses institutions. Ici, nous nous intéresserons à l’agôgè et son symbole de puissance, car comme l’a écrit Alexandre Dumas : « L’Antiquité est l’aristocratie de l’histoire ».


L'agôgè à Sparte

saint_denisTrois siècles après la crucifixion de Jésus à Jérusalem, les Chrétiens se dévoilent comme une force montante au sein de l’empire romain. Ils sont déjà majoritaires dans certaines provinces et pourtant le pouvoir romain cherche encore, de façon sporadique mais sanglante, à les éliminer. Mais derrière ce terme de « Chrétiens », derrière cette revendication de l’héritage de Jésus Christ que les païens peinent à comprendre, se trouve en réalité une multitude de communautés plus ou moins autonomes avec des doctrines et des pratiques parfois radicalement différentes, à l’origine de ce que nous appelons aujourd’hui les écrits apocryphes chrétiens.

julescesarLe jour des Ides de Mars 44 av. J.-C., César, devenu dictateur à vie, règne sur la vie politique romaine. Originellement, jeune aristocrate issu d’une famille ancienne mais de peu d'éclat, il devient membre du « parti populaire » à Rome, une mouvance s’opposant à l’aristocratie ancienne et prestigieuse, incarnée par Sylla. Se lançant dans un plan ambitieux, le jeune homme contracte de nombreux emprunts afin de pourvoir acheter une large clientèle parmi la population romaine.

temple_corintheCorinthe, en grec ancien Korinthos (que certains associent au mot Korus-thos signifiant casque, notons aussi que les noms de cité se terminant par -inthe sont les plus anciens) était une cité grecque, qui a joué un rôle non-négligeable dans l'histoire de l'Antiquité grecque. Elle fût une puissance auprès des autres cités grecques avec une politique extérieure plutôt forte. Intéressons-nous aussi à la vie à l'intérieur de Corinthe, et à sa géographie bien particulière qui lui a donné bien des atouts dans l'Antiquité...

annee_quatre_empereurs2La première grande crise du régime impérial instauré par le premier empereur, Auguste, que l'on connait sous le nom d'année des quatre empereurs, marqua fortement les esprits puisqu'il apparu qu'un prince pouvait être fait hors de Rome, par les grandes armées provinciales. Le gouvernement de Néron, tout en provocations, fastes et excentricités fini par déclencher contre lui de vives oppositions qui naquirent tout d'abord en Gaule avec le gouverneur de la Gaule Lyonnaise, Vindex qui, après s'être entendu avec nombre de ses homologues entra en rébellion contre Néron. Dénoncé par la majeur partie de ses complices, son armée fut écrasée par des détachements de l'armée de Germanie. Mais il en était un qui persista dans la révolte, le gouverneur de Tarraconaise, Servius Sulpicius Galba. La révolte ne serait donc pas aussi simple à étouffer pour Néron.

representation_kapelosDepuis 1890, on trouve principalement deux grandes écoles d'interprétation de l'économie dans l'Antiquité : les modernistes et les primitivistes. Les modernistes (Michael Rostovtzeff) ont une grande idée de développement fondée sur l’artisanat et sur le commerce à longue distance, également sur la naissance des premières banques de l'histoire. Ils expliquent donc le développement de l’artisanat et des finances par une organisation complexe. Cette école des modernistes a aujourd'hui été remplacée par celle des primitivistes...

athenes_agoraAthènes est généralement présentée comme le lieu de naissance de la démocratie directe, du 6ème siècle avant notre ère à -338 et la conquête de la cité par Philippe de Macédoine, le père d’Alexandre. Mais quels principes guidaient la structure des institutions athéniennes ?

culture_du_blL'oikos désigne la maisonnée, c'est-à-dire une famille, la maison qu'elle habite et les moyens de production qui la font vivre, les esclaves y compris. Pour les grecs, c'est la cellule de base de la société. Pour ces derniers, il faut vivre dans un idéal d'autonomie, c'est l'autarcie, l'auto-suffisance. L'importation fût effectivement considérée comme négative. L'économie se désignait par le mot oikonomia, on y retrouve sa racine oikos, en fait il s'agit de la gestion de l'oikos (le verbe nemein signifie gérer). Le sens différent est cependant différent de celui de l'« économie » actuelle.

vespasienLe règne agité de Néron (54-68) provoque une grave crise dans l’Empire romain. L’année des quatre empereurs qui suit cette crise amène au pouvoir Vespasien. Celui-ci, s’il n’est pas aussi célèbre qu’Auguste, Trajan ou Marc-Aurèle, a laissé une trace importante dans l’histoire de la Rome impériale sur laquelle il a régné dix ans (69-79). Lui succède son fils Titus.