Les Arvernes sont aujourd'hui un peuple essentiellement connu par le grand public à travers la figure de Vercingétorix et la fameuse bande dessinée Astérix dans lequel le héros éponyme part à la recherche du bouclier du grand chef « résistant ». Or, les Arvernes sont bien plus que ces images d'Épinal : ils ont été l'un des peuples les plus puissants des Gaules qui ont eu un rôle important bien avant la guerre menée par César.


Les Arvernes

Centenaire de Marseille 1899Fondée entre 620 et 600, cité grecque en Gaule, Marseille a eu un destin particulier et une place à part dans l’histoire des Gaules et de la Méditerranée occidentale. L'histoire de cette ville est un élément fort de l'identité marseillaise comme l’a illustré le discours du Prado de Jean-Luc Mélenchon le 14 avril. Certains font même commencer l’histoire de France à cet évènement. La cité phocéenne cultive cet héritage comme l'illustre l'affiche à gauche à l'occasion du 25ème centenaire de la fondation de Marseille en 1899. Quelques années après la fondation de Massalia était également fondée Ampurias (Empúries en catalan). Son nom vient du grec emporion, signifiant « marché », « entrepôt ». Rappeler la fondation d’Ampurias et son étymologie, permet de rappeler le rôle commercial important qu’ont joué les villes grecques d’Occident. C'est cette histoire que cet article propose de retracer.


Marseille : De Massalia à Massilia

table-claudienne-detailLa conquête des Gaules par César en 51 av. J-C amène à leur provincialisation, et ainsi à leur intégration dans l’Empire, en particulier avec Auguste qui créé la Lyonnaise, l’Aquitaine et la Belgique, alors que la Transalpine est devenue la Narbonnaise. Qu’en est-il toutefois des élites gauloises ? Les notables ont-ils réussi eux aussi à s’intégrer aux élites impériales ? Quels sont leurs rapports avec Rome et l’empereur ?


L'intégration des élites gauloises

dumnorix

L’évocation de « nos ancêtres les Gaulois » déclenche de nos jours à coup sûr une polémique, et l’enseignement de leur histoire (et par leur biais, de la nôtre) est souvent caricaturé. Pourtant, nous savons aujourd’hui que les Gaulois étaient pluriels, tant dans leurs structures que dans leurs rapports avec Rome, mais aussi entre eux, et que cette pluralité est peut-être aussi l’une des richesses de nos « racines » (même si ce terme même est lui aussi discuté). Les Eduens étaient l’un de ces peuples, singulier en de nombreux points, et en particulier dans ses relations avec Rome ; nous allons donc faire connaissance avec eux, par le biais plus spécifiquement de leurs capitales successives, marqueurs intéressants de leur évolution et de leur rapport à Rome.

Les Eduens, Bibracte et Autun

Dagobert_recoit_le_royaume_FrancLa fin de la faide ayant opposé les reines Brunehaut et Frédégonde, puis leurs fils, a permis à Clotaire II de monter seul sur le trône. Le roi, et plus encore son fils Dagobert, contribuent au début du VIIe siècle à l’apogée de la dynastie mérovingienne. Cependant, les ennuis commencent très vite, dès les successeurs de Dagobert, et provoquent la montée en puissance de ce qui n’est pas encore à proprement parler une dynastie, les Pippinides. Ces derniers, grâce à leur rôle stratégique dans le pouvoir mérovingien finissent par le supplanter avec un certain Charles Martel.


Les Mérovingiens (3) : de Clotaire II aux "rois fainéants"

brunehaut3A sa mort en 511, Clovis lègue à ses fils un immense royaume, avec pour capitale Paris et pour religion le catholicisme. Commence alors ce qui peut paraître un paradoxe, surtout si l’on compare à ce que vont faire les dynasties qui font succéder aux Mérovingiens : divisé entre les fils de Clovis, le royaume franc n’en demeure pas moins uni. Claude Gauvard parle ainsi d’un royaume « à la fois un et divisible ». C’est cet apparent paradoxe qui permet aux Mérovingiens de continuer à étendre leur territoire, à devenir une puissance continentale, et à résister aux guerres civiles. Un temps seulement…


Les Mérovingiens (2) : une puissance fragile ?

bapteme_clovisDynastie matrice de la royauté française, les Mérovingiens ont pourtant été longtemps victimes d’une « légende noire », entretenue dès le VIe siècle par Grégoire de Tours, puis par leurs successeurs, les Carolingiens, sous la plume d’Eginhard. Ils sont ainsi devenus les « rois fainéants » des images pour écoliers jusqu’au XIXe siècle (et au-delà…). A part Clovis, et pour d’autres raisons Dagobert, la période mérovingienne était comme un trou noir dans l’histoire de France. Tentons donc de (re)découvrir ces rois, et reines, à la frontière entre la fin d’une Antiquité « barbare » et un Moyen Âge où allait se construire la France. Construction à laquelle les Mérovingiens eux-mêmes furent loin d’être étrangers…


Les Mérovingiens (1) : Clovis

monastere_st_benigneDeuxième quart du VIe siècle, les rois burgondes sont définitivement vaincus par les Francs. Pour autant, le peuple burgonde lui n’a pas disparu. Ses lois et son aristocratie, alliée à la noblesse gallo-romaine survivent. Le regnum Burgondiæ, ne fait que passer sous l’égide mérovingienne où s’opposent neustriens et austrasiens.


Histoire de la Bourgogne (2) : l'ère mérovingienne

Sceau de Eudes III Duc de Bourgogne Recueil des sceaux du Moyen-Âge dits sceaux gothiques 1779L'histoire de la Bourgogne sous la dynastie capétienne est avant tout une histoire de continuité et de pérennité de près de quatre siècles. Si la partie transjurane de la Bourgogne (la Franche Comté) connait un autre destin comme territoire de l'Empire germanique, le duché achève sa construction après des siècles de conflits et d'éclatements politiques et géographiques. La Bourgogne s'impose progressivement comme une loyale, fidèle et surtout puissante principauté au sein du royaume de France préludant l'Âge d'Or du duché sous les Valois à partir du XIVe siècle.


Histoire de la Bourgogne (4) : l'ère capétienne

Bayeux Tapestry WilliamGuillaume le Conquérant voit le jour en 1027 à Falaise. Il est le fils du duc Robert le Magnifique et de sa concubine Herleue. Le jeune aristoccrate normand issue d'une liaison illégitime devra déjouer bien des pièges avant d'accéder à la postérité.


Les ducs de Normandie (7) : Guillaume le Conquérant (1ere partie)

robert falaise« Une personnalité violente et difficile ». C'est en ces termes que l'historien Lucien Musset définit le 6ème duc de Normandie (1). Violent, prompt à sortir l'épée, le fils du duc Richard II l'a été comme tous les grands seigneurs de son époque. Une personnalité ambigüe que celle de Robert, comme l'est celle de son arrière-grand-père Rollon. Spoliateurs des biens de l'Église puis bâtisseur d'abbayes, vassal fidèle du roi de France et voisin tumultueux aux ambitions hégémonique pour les duchés de Flandres et de Bretagne... Il appartient de considérer Robert comme un homme de son temps, reflet des influences et des mutations qui s'opèrent sur la société au XIe siècle.


Les ducs de Normandie (6) : Robert le Magnifique

richardlebon.jpgLe principat du duc Richard II marque un tournant dans l'histoire de la Normandie : les descendants des Vikings achèvent de se libérer de leur racine et se tournent définitivement vers le monde franc, tant dans les structures de gouvernement que dans leurs croyances religieuses mais également en ce qui concerne le commerce.


Les ducs de Normandie (4) : Richard II le Bon

Armagnacs et Bourguignons. Situés sur les rives de la Loire, respectivement aux marges du duché de Berry et du duché de Bourgogne, le Sancerrois et le Nivernais ont vu passer et s'affronter les plus grands personnages du conflit, de Charles VII au duc de Bedford, en passant par Jean sans Peur et Jeanne d'Arc, vaincue à La Charité-sur-Loire par un curieux individu, Perrinet Gressart. Pendant une vingtaine d'années, au début du XVe siècle, la Loire a ainsi été une véritable frontière de la Guerre de Cent ans.


La Loire, frontière de la Guerre de Cent ans (1419-1440)

rvolte_cabochienneL’assassinat du duc de Bourgogne Jean sans Peur le 10 septembre 1419 a déclenché la guerre civile en France, entre Armagnacs et Bourguignons. Quatre ans auparavant, le roi d’Angleterre Henri V a débarqué et infligé une sévère défaite aux Français à la bataille d’Azincourt. Le conflit qui déchire le royaume tombe bien mal, alors que la Guerre de Cent Ans a repris de la pire des façons. Ses racines sont profondes, et ses conséquences décisives.


Guerre de Cent Ans : Armagnacs contre Bourguignons (2)

armagnacs_bourguignonsAlors que la Guerre de Cent Ans connaît une relative accalmie, la situation en France est contrastée. Charles VI, trop jeune puis atteint par la maladie, est sous l’influence des grandes familles du royaume qui se disputent la réalité du pouvoir. Cette rivalité va culminer avec l’assassinat de Louis, duc d’Orléans, sur ordre de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, le 23 novembre 1407. C’est le début de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, au grand bonheur des Anglais.


Guerre de Cent Ans : Armagnacs contre Bourguignons (1)

CastillonEn 1453, il ne reste du prestigieux empire continental constitué par les Plantagênet que des illusions et la riche Guyenne. Henri VI d’Angleterre n’a pas renoncé à ses prétentions au trône de France et Charles VII souhaite désormais les bouter hors du sud de la Loire. De multiples défaites, humiliations et échauffourées trouvent leur conclusion à la bataille de Castillon, ultime engagement où se joue le destin des 2 grands royaumes de la chrétienté. Cette petite bourgade va laver en un jour plus de 100 ans d’humiliations françaises.


Guerre de Cent Ans : La fin du conflit

Dauphin François Corneille de Lyon 1536Le 28 février 1518, la reine Claude de France met au monde son premier fils. Prénommé François comme son père, l'enfant est titré dauphin de France et c'est sur lui que reposent les espoirs de la dynastie. De par la mort de sa mère en 1524, François hérite du duché de Bretagne et est couronné à Rennes en 1532 par l'évêque Yves Mahyeuc, il est alors connu comme François III de Bretagne.


Le Dauphin François (1518-1536) : un prince méconnu

bourdeillePierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme est surtout connu comme écrivain avec ses textes « légers ». Pourtant, il fut d'abord abbé, puis soldat, courtisan et bon chroniqueur du XVI è siècle, racontant sa vie et celles de grands personnages de son époque, mais il fut surtout un Amoureux des Femmes.


Pierre de Brantôme, courtisan et chroniqueur du XVIe

mausole_des_mignonsLa majorité des membres du premier groupe des mignons ne purent pas obtenir de charges et de postes importants, une partie disparait lors du grand duel en 1578, d’autres sont disgraciés. Enfin, certains anciens compagnons du roi ont eu plus de chance et vécurent au temps d’Henri IV, puis de Louis XIII à des postes respectables. Voici donc pour chacun d’eux, leur petit curriculum vitae.


Favoris, mignons, archi-mignons (2/2)

bal__la_cour_dhenri_IIIDans la mémoire générale, favoris, mignons, archi-mignons sont des noms évocateurs de scandale et utilisés de manière moqueuse et dégradante ! Et pourtant, les rois, reines, personnages de haut rang s’entouraient très souvent d’un favori, la personne de confiance, l’ami intime, comblé de faveurs, dont l’influence politique était plus ou moins importante. Remettons un peu les choses à leur place…car il existait déjà des favoris pendant l’Antiquité puis au Moyen-âge, mais l’époque la plus fournie va du XV è siècle au XVII è siècle.


Favoris, mignons, archi-mignons (1/2)

louis II de bourbon condéLe Grand Condé, Louis II de Bourbon, pourrait être considéré comme rival de Louis XIV. Amateurs d'art, avec des connaissances en architecture, ils sont tous deux à l'origine de deux châteaux. Rivaux certainement, mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, ils avaient des points et des buts communs : le prestige et le sens du devoir.


Le Grand Condé : seigneur de guerre et mécène

Toilette monoAppelée à la rescousse afin de prendre le contrôle de la garde robe de la dauphine Marie Adélaïde de Savoie, une femme de chambre fit son ascension à la Cour jusqu'à réaliser des alliances avec les milieux financier et aristocrate, dont les descendants s'illustrèrent jusqu'à la Restauration. Tel fut le parcours sans fautes de Marie Angélique Poisson, épouse Quentin.


Marie Poisson, 1ère femme de chambre des Dauphines

Régiment des Gardes suissesPierre Stoppa surnommé « Stuppa » par Saint Simon, fut un personnage très important de la maison militaire du roi. Suisse du canton des Grisons, il a parfaitement su s'intégrer dans sa patrie d'adoption et tenir sa place auprès du roi, en accédant au prestigieux grade de Colonel du régiment des Gardes Suisses, sans renier pour autant ses origines.


Pierre Stoppa, Helvète au service du Roi

écuries royales vu du chateauL'Académie du spectacle équestre installée dans la Grande Ecurie du château de Versailles, propose des spectacles époustouflants, sur fond de musique baroque du temps de Versailles. Tout cela grâce à Louis XIV qui fit bâtir les Ecuries Royales vers 1680. Revenons sur cette vitrine des chevaux du royaume.


Histoire des Écuries Royales de Versailles

bruegel patineurs en hiverLes divertissements avaient une grande importance et une grande place à la Cour sous l'Ancien Régime. Parallèlement aux jeux d'argent, de hasard et les soirées de musique, on pratiquait des jeux de glisse : les parties de traîneaux devenaient des promenades sportives et parfois risquées.


Les jeux de glisse sous l'Ancien régime

le dauphinParmi les enfants de Louis XVI et Marie Antoinette, on connait bien Madame Royale et le dauphin Louis XVII. Pourtant bien avant ce dernier, il y eut un premier dauphin Louis Joseph Xavier François, de santé fragile, qui disparut à l'âge de 7 ans et demi. Sa disparition tragique en 1789 affecte la famille royale alors que les Etats généraux viennent à peine de débuter.


Louis-Joseph, premier dauphin de Louis XVI

duc de berryLouis XVI eut un destin tragique non seulement à la fin de sa vie, mais dès sa première jeunesse, perdant en moins de six ans son père, sa mère et son grand frère. Mis souvent à l'écart, il devient solitaire. Grâce à ses précepteurs, il acquiert pourtant une très bonne éducation et les principes pour accéder au pouvoir. Une jeunesse mouvementée et triste qui explique peut-être ses états d'âme de Roi.


La difficile jeunesse de Louis XVI

XVIl y a 240 ans, le 10 mai 1774, Versailles servait pour la seconde et dernière fois de décor à la mort d'un souverain. Louis XV s'éteint après une lente et terrible agonie. Sa fin de règne est délicate : Mme du Barry est indésirable, le dauphin et son épouse Marie Antoinette sont très jeunes. Avec cette mort du roi, surnommé le "bien aimé" au début de son règne, s'éteignent les derniers feux de la gloire royale.


Les derniers jours de Louis XV

Larrey à la Moskova24.300 à 7.000 blessés dans les rangs de la Grande Armée au soir d'Eylau, plus de 21.000 blessés au soir de la Moskova ! Le revers de la médaille de ces victoires napoléoniennes ce sont les charniers, ce sont les ambulances de campagne où l'on ampute à la chaine, ce sont les hôpitaux de fortune où l'on entasse les estropiés de tout genre. Là, le combattant affronte de nouveaux ennemis : gangrène gazeuse, tétanos, dysenterie, fièvres... Pour sauver ceux qui peuvent encore l'être le service de santé met en place tout une chaine d'assistance depuis le champ de bataille jusqu'aux établissements de l'arrière.


Le service de santé de la Grande Armée de Napoléon

Waterloo4Bataille décisive qui met fin aux Cent-Jours et à l'épopée napoléonienne, la bataille de Waterloo qui scelle la campagne de Belgique a déterminé le sort de l'Europe jusqu'à la Première Guerre mondiale. Bataille titanesque, cette apothéose de l'héroïsme et de la tragédie a profondément inspiré les auteurs romantiques et réalistes durant tout le XIXe siècle ! En cette année du bicentenaire, repenchons-nous sur cette campagne, cette bataille et comment l'on est passé de l'événement historique au mythe !


1815: Napoléon, la campagne de Belgique & Waterloo

napoleon codeLors de son exil à Sainte-Hélène, l'empereur déchu dicte : « Ma vraie gloire, ce n'est pas d'avoir gagné quarante batailles ; Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n'effacera, ce qui vivra éternel­lement, c'est mon Code civil. » Et, en effet, même si le texte a été beaucoup modifié depuis la IIIe République, le Code Napoléon reste le fondement du droit civil français.


Le code civil, héritage mondial de Napoléon

revolution-francaise-1989La Révolution Française marque la fin définitive de la monarchie en tout cas dans son acceptation «absolue », en effet, la France n'en a pas réellement terminé avec la monarchie, s'inspirant en cela de la monarchie anglaise, elle adopte ce que l'on nomme plus communément : La Monarchie Constitutionnelle, régime politique qui constitue véritablement « une avancée démocratique » de par la nature de ses institutions même.


La Révolution française : la Monarchie Constitutionnelle (1789-1792)

poilu victoireIl existe un malentendu, ancien, quant à la véritable signification des monuments aux morts. Intégrés à la mémoire républicaine. Ces lieux de mémoire qui accueillent des hommes bardés de décorations, de drapeaux tricolores, entonnant La Marseillaise, laisse planer le doute sur la véritable interprétation qui doit être donnée à ces monuments. S'agit-il dès lors de monuments républicains ou de monuments nationalistes ?


Les monuments aux morts

civils 14 18Les civils, comme les « poilus », ont vécu la Première Guerre mondiale à la fois en tant que spectateurs et acteurs, mais bien plus souvent comme protagonistes, situés au cœur du premier conflit mondial. L'étude des civils fut relayée au second plan durant des décennies, masquée par les actes héroïques des « poilus » et les batailles aux noms retentissants encore aujourd'hui. Pourtant, certains chercheurs ne portèrent leurs investigations sur cette catégorie de Français ayant vécu la « Grande Guerre » que depuis quelques années. De leur situation géographique, que ces civils aient vécu à proximité du front où qu'ils résidèrent dans le sud de la France, tous ont vécu la guerre d'une manière ou d'une autre. Que ce soit, des sévices de l'occupation où des emprunts de guerre, d'une vie quotidienne totalement bouleversée et brisée dans un esprit de ferveur patriotique afin de protéger « la nation agressée » face à un ennemi devenu héréditaire dans l'esprit des Français, l'Allemagne.


Les civils dans la Première Guerre mondiale

Le_Marchal_Foch_et_les_allis_devant_le_Wagon_de_lArmistice_le_11_novembre_1918

Le 11 novembre 1918 à 11 heures sonne l’arrêt des combats entre les alliés et l’Allemagne qui durent depuis quatre ans. La Grande Guerre est responsable de la mort de 9 millions de soldats dont 1,3 millions pour la France et de 15 millions de civils. L’armistice est signé ce 11 novembre dans un wagon du général Foch en pleine forêt de Compiègne. Le 11 novembre deviendra officiellement jour de commémoration nationale en 1922 pour célébrer la mémoire des anciens combattants.


11 novembre 1918 : Armistice et jour de mémoire

passage_des_pyreneesC'est un épisode méconnu de l'histoire de France. Durant la seconde guerre mondiale, 19.000 jeunes Français (hommes et femmes), ont franchi les Pyrénées au risque de leur vie. Ils se sont engagés volontairement dans les Forces Françaises Combattantes après plusieurs mois d’ internement en Espagne dans des geôles sordides. 4 à 5.000 d’entre eux s’engagèrent dans la 2ème DB, les autres entrèrent dans tous les corps de l’Armée française en formation en Afrique du Nord. Voici l'histoire oubliée des évadés de France.


Les évadés de France (1940-1944), les oubliés de la seconde Guerre Mondiale

affiche tagLouis-Ferdinand Céline, Le Corbusier et François Mitterrand sont des personnalités connues du grand public. Pourtant, l'étude de leur passé nous montre que l'histoire et l'étude de la vie de ces personnes sont plus complexes. Personnages de leur temps, marqués du sceau d'une époque traversée par les tensions et le triomphe des idées d'extrême droite, cette partie de leur vie a refait surface dans un contexte totalement différent, qui a suscité et ce encore jusqu'à nos jours, un débat passionné, notamment du côté des historiens.


Une dualité de Mémoire : entre collaboration et Résistance

vote femmesDès 1944, la France Libre et De Gaulle réfléchissent aux réformes sociales et sociétales qu'il faudra mettre en place une fois la paix revenue. Parmi elles, une mesure hautement symbolique et attendue depuis longtemps :le droit de vote des femmes.  Depuis près d'un siècle, les Françaises sont en effet exclues du suffrage universel, et la France sera l'un des derniers pays européens à remédier à cette anomalie. C'est aux élections municipales d'avril 45 que les femmes pourront pour la première fois faire usage de leur droit de vote.


Le droit de vote des femmes en France

Van der KempAu lendemain de la seconde guerre mondiale, le château de Versailles nécessite des travaux de restauration considérables. Après la disparition tragique du conservateur Charles Mauricheau-Beaupré et parmi la foule de postulants à ce poste recherché, Gérald Van Der Kemp sort du lot devenant pendant vingt-sept ans Le Conservateur en Chef de Versailles.


Gérald Van Der Kemp et Versailles

Général JFK VersaillesVersailles, le château des Rois ayant traversé les siècles tant bien que mal, est devenu au XX è siècle un outil politique et diplomatique, grâce au Général de Gaulle qui a voulu rendre hommage à la grandeur de la France, à son histoire et son patrimoine. Il fait du Grand Trianon le lieu de résidence des chefs d'états étrangers accueillis en hôte de la France.


Le Général de Gaulle et Versailles

doumergue_busteDéputé, Président du Sénat, Ministre, Président de la République, Gaston Doumergue est un personnage au destin incroyable, cumulant les hautes fonctions sans jamais rien demander ni faire pour les obtenir ! Il ne fut jamais un homme de parti et pourtant en 1924 la gauche et la droite étaient d’accord pour le nommer Président de la République ! Il fut même surnommé affectueusement « Gastounet » par ses pairs et par la Nation, grâce à sa courtoisie affable, son sourire légendaire et son « art et sa manière de faire ».


Doumergue, Gaston (président de la République, 1924-1931)
louis_xiii_de_france« Vain souverain, capricieux et infidèle, capable de la plus froide cruauté, cœur faible manquant de générosité… » Voilà le portrait peu flatteur que nous laissa Alexandre Dumas, de Louis XIII de France (1601-1643). Au-delà de l’image véhiculée par les romans de cape et d’épée, Louis XIII ce roi mal connu, aura eu contre lui de voir sa gloire éclipsée par celle de son père Henri IV et de son fils Louis XIV.

Louis XIII, le Juste (roi de France, 1610-1643)

200px-Louis_XI_of_FranceFils turbulent du vainqueur de la Guerre de Cent ans (Charles VII), le roi de France Louis XI a la réputation d’un souverain dur, parfois considéré comme un tyran. Son règne est pourtant fondamental, tant par la lutte à mort qu’il livre au duc de Bourgogne Charles le Téméraire, que dans l’affirmation d’une monarchie de plus en plus centralisée sur la personne du roi. Alors que la France connaît à nouveau un essor économique, le règne de Louis XI, si autoritaire soit-il, va permettre l’avènement des rois de la Renaissance et avec lui le rayonnement de la France, qui devient la première puissance européenne.


Louis XI (roi de France, 1461-1483) - Biographie

Mitterrand-81Le 10 mai 2011, le Parti Socialiste et par extension une partie significative de la gauche française célébrent les 30 ans de l’élection à la présidence de la république de François Mitterrand. Au-delà de la commémoration de l’alternance, il sera rendu hommage à un homme politique hors norme, figure tutélaire de son camp. En près d’un demi-siècle de carrière, François Mitterrand, aura su incarner, tant par ses ambigüités que par son action, les mutations socioculturelles qui transformèrent en profondeur son pays dans la seconde moitié du XXe siècle.


Mitterrand, François (président de la République, 1981-1995), Biographie

Vue du Rhône depuis le Teil collection château dAubenasDe l'Antiquité au XIXe siècle, c'est sur un fleuve naturel que s'engagent les mariniers, un fleuve aux courants violents et quasiment impraticable sur son cours supérieur. Il faut attendre les années 1830-1840 pour voir débuter les premiers travaux d'envergure visant à rendre la navigation plus aisée. On commence par canaliser le fleuve pour garantir des hauteurs d'eau suffisantes en toute saison, mais bientôt l'idée d'un aménagement global prend forme et l'on entreprend la construction de barrages. Ainsi le « Rhône fougueux » devient un « grand escalier vers la mer » capable d'emmener des convois de barges de 4 000 tonnes de Chalons à Fos sur Mer en 48h.


La navigation sur le Rhône au XIXe siècle

Louis Philippe VersaillesEntre la Révolution et l'arrivée au pouvoir du Roi-citoyen Louis-Philippe, le château de Versailles n'a pas été vraiment habité. L'Empereur avait réalisé des travaux de sauvegarde, Louis XVIII avait rénové les salles de prestige et les pièces privées. Les versaillais comptaient sur le nouveau roi pour redonner toute sa splendeur au château. Ils savaient que Louis-Philippe ne s'y installerait pas, mais ils espéraient qu'il l'utiliserait pour loger des souverains étrangers, y donner de grandes fêtes et transformer une partie en un espace culturel qui ferait de Versailles « une ville de science et des beaux-arts, qui attireraient des plus en plus les étrangers et les étudiants ».


Louis-Philippe et Versailles

caisse-epargneTout le monde connait la Caisse d’Epargne et son livret A. D’ici quelques années, exactement le 29 mai 2018, nous célébrerons le bicentenaire de sa création ! Savez-vous que le premier établissement a ouvert ses portes au 19 rue du Louvre à Paris, dans un hôtel particulier conservant de nos jours une belle salle de conseil, une façade sculptée et des dessus de portes aux armes du premier propriétaire !


La première Caisse d'Epargne

JL_medaillonLe gersois Jean Laborde établi sur l’île rouge depuis 1831, reste un personnage trop méconnu de l’histoire franco-malgache. Premier Consul de France nommé à Madagascar (12 avril 1862) par Napoléon III, notre auscitain de souche réussit à devenir précepteur d’un futur roi libéral, confident de missionnaires, initiateur de l’industrie malgache, amant d’une souveraine sanguinaire tout en veillant aux intérêts de sa patrie si lointaine…


Jean Laborde : aventurier et Consul de France à Madagascar

Comtesse du Barry en 1769Chon du Barry, de son vrai nom Françoise-Claire du Barry, fille de la province, eut un destin hors du commun, vivant à la Cour grâce à sa belle-sœur Jeanne Bécu, la comtesse du Barry, maîtresse du roi Louis XV. Ces deux femmes voient leur vie liée, à tel point que l'on disait « le duo Jeanne et Chon formait deux moitiés de Pompadour » ! Et Son Altesse la princesse Adélaïde écrivait « la comtesse du Barry n'aurait rien été sans sa belle-sœur, qui n'était rien sans elle ».


Mademoiselle Chon du Barry, belle-sœur de la comtesse du Barry

salon rolandAu XVIII e siècle un premier vent de liberté souffle sur la condition féminine où sont abordés les sujets tels que les arts, la philosophie, la science, la littérature, la politique, par des femmes qui s'imposent par leurs talents. Elles contribuent, dans les salons et par leurs écrits, à l'esprit des lumières. Ce siècle a permis à certaines femmes de s'affirmer et de faire avancer leur condition, l'illettrisme en recul réduisant l'écart dans l'alphabétisation entre les sexes.


Femmes des années (17)80

Marie Marvingt portraitMarie Marvingt, lorraine de cœur, est la française la plus émancipée de la première moitié du XIX è siècle. Curieuse de tout, sportive accomplie, elle s'est illustrée pendant les deux Guerres mondiales et fut à l'origine du service aérien sanitaire. Surnommée « la femme la plus extraordinaire depuis Jeanne d'Arc », Marie avait pour devise « savoir vouloir, c'est pouvoir ». N'ayant pas eu de descendance, elle est un peu trop oubliée de nos jours. Rendons-lui hommage.


Marie Marvingt, une femme extraordinaire au XIXe

duchesse anne en priereL'année 2014 marque les 500 ans de la disparition d'Anne de Bretagne,  reine de France à deux reprises : 1491-1498 puis 1499-1514. Alors que le débat sur le re-découpage territorial fait rage, qui se souvient de l'histoire agitée (longtemps seulement bercée par les sons des armures qui s'entrechoquent, des hennissements des chevaux qui s'approchent, des épées qui se trouvent), de cette héritière dont la riche dot - la Bretagne - excitait toutes les convoitises ?


Anne de Bretagne (1477-1514), reine de France - Biographie

chartreuse gammeLe soir du naufrage du Titanic, le 14 avril 1912, un dessert à base de Chartreuse était au menu des 1eres classes. Il s'agissait du dixième plat, celui des «pêches en gelée de Chartreuse » ... Incroyable destinée que celle de cette liqueur !


la chartreuse, histoire d'une liqueur vertueuse

table-cartesL'aspect futile que l'on accorde (parfois avec raison) au jeu et sa frivolité supposée font que cet aspect de la vie de cour d'Ancien Régime a souvent été relégué au rang inférieur de « petite histoire » : les plus grands historiens ont généralement éludé ce domaine ou l'ont cantonné à quelques anecdotes légères, comme si le jeu ne méritait pas d'étude particulière.


De l'importance des jeux à la Cour

ulm-gravureL'École normale supérieure est créée à Paris en 1794 pendant la Révolution française. Le 9 brumaire an III, la Convention décrète qu'il « sera établi à Paris une École normale, où seraient appelés, de toutes les parties de la République, des citoyens déjà instruits dans les sciences utiles, pour apprendre, sous les professeurs les plus habiles, l'art d'enseigner».


La fondation de l'Ecole normale supérieure (1794)

dîme royale de vaubanLes deux grands personnages Vauban au Grand Siècle et Turgot au Siècle des Lumières furent chacun des précurseurs ou visionnaires en matière politique et économique. Proches de leurs rois, ils auraient pu profiter du système, mais leurs idées étaient de faire des économies en faveur du royaume, de pousser à entreprendre et à commercer et surtout de répartir les charges fiscales sur toute la population, ce qui est contraire aux lois fondamentales du royaume.


Vauban et Turgot, précurseurs de l'impôt sur le revenu