anecdotes historiquesL’histoire est faite d'anecdotes, parfois pittoresques et amusantes, parfois tragiques, ainsi que et de petits secrets qui sont passés à la postérité. De l'origine du terme "Ok" à l'origine de l'obsolescence programmée en passant par l'invention du premier vibromasseur, voici une sélection de quelques anecdotes insolites courtes, toutes époques confondues. 

 

 

Anecdotes historiques

2012 et le calendrier maya

Le fameux calendrier maya ne se termina pas le 21 décembre 2012 comme d'imprudents augures l'avaient annoncé. Il passa tout simplement du 12.19.19.17.19 (le 20) au 13.0.0.0.0 (le 21), comme nous sommes passés du 31.12.1999 au 01.01.2000. L'apocalypse attendra encore un peu. 

Charge de connétable

La charge de Connétable était immense : commandement des généraux et des princes de sang, responsable de la milice du roi, pouvoir de justice, partage du butin pris, marche des troupes et réception des redditions des villes assiégées. Cette charge existait depuis 1218, fut supprimée par Louis XIII en 1627 et rétablit par Napoléon 1er en 1804.

Charlemagne, maître de l'univers

Charlemagne possédait une superbe table d’argent sculptée, représentant la domination de l’empereur sur l’univers, puisqu’il s’y penchait souvent pour observer les planètes qui y étaient dessinées. Après sa disparition, après Louis le Pieux, Lothaire est toujours à court d’argent pour ses guerres. Il fait alors débiter cette magnifique table en morceaux, qu’ils offrent à ses soldats.

Chat de malheur, chat de salon

Il fut un temps où les chats étaient signes de malheur, responsables de la peste. En exterminant massivement les chats, assimilés au diable rendu responsable des épidémies de peste, les européens du XIVème siècle n'ont fait qu'accroitre largement la diffusion de ce fléau, les rats qui propageaient cette maladie n'ayant plus de prédateurs. Plus tard, cet animal était recherché pour chasser les rongeurs. Mais au XIXeme siècle, ayant trouvé des moyens techniques pour se débarrasser des souris, le chat est devenu un animal de compagnie très recherché que l’on nourrissait. Les bourgeois montraient ainsi leur richesse en ayant plusieurs chats chez eux – luxe que le peuple ne pouvait se payer.

Cochon régicide

En octobre 1131, l’héritier de Louis VI le Gros se promène à cheval dans les rues de Paris. Malheureusement, il fait une grosse chute, sa tête cogne une pierre, son cheval l’écrase en tombant sur lui et il meurt le soir même : un porc venait de traverser sur le passage du jeune prince Philippe qui n’avait que quinze ans ! Quelques jours plus tard, un édit interdit de laisser vaquer les cochons dans les rues ; seuls les moines de Saint Antoine peuvent le faire, à condition de suspendre une clochette au cou de l’animal.

Collection de médailles

En 1686, ne pouvant pas encore chasser suite à l’opération de la fistule, Louis XIV disparaissait dans son Cabinet de Curiosité et contemplait ses médailles. En 1664, il n’en avait aucune. Mais en 1691, il détenait 7 000 médailles modernes, et 14 000 médailles antiques.

Concini et la vindicte populaire

Louis XIII peut enfin devenir roi le jour de la mort du maréchal d’Ancre Concino Concini. Le 24 avril 1617, il réussit à le faire tuer par ses gentilshommes, sur le pont du Louvre. Le corps de Concini est enterré près de Saint Germain l’Auxerrois. Mais les parisiens sont mécontents, n’ayant pas pu participer à cet assassinat. Le lendemain, ils ouvrent la tombe, sortent le cadavre, le rouent de coups. Ils le trainent ensuite jusqu’au Pont Neuf, l’attachent à une potence, lui coupent le nez, les doigts, les oreilles et les « parties honteuses ». Enfin, ils s’attaquent à son cœur en le faisant cuire sur des charbons ! Les parisiens étaient devenus à moitié fous !

Courbet et le grand navet

Beaucoup de symboles de la République furent détruits pendant la commune en 1871. Il en est ainsi de la colonne Vendôme démolie à la demande de Gustave Courbet (1819-1877) le célèbre peintre français « réaliste ». Plus tard, il dut payer la restauration de ce monument qu’il avait surnommé « le grand navet ».

Coureur ... de vin

Marie Antoinette créa un brevet particulier en janvier 1784. Le « Coureur de Vin », telle est la personne à qui on attribuait cette charge, et qui devait suivre la reine dans tous ses déplacements, en portant dans une serviette du pain, un flacon de vin et quelques victuailles.

De Clovis à Louis

Le prénom Clovis vient du germanique Chlodweg. Romanisé il devient Clodovicus puis Clouis et enfin Louis, nom porté par dix-huit rois en France et de nombreux français. 

Décompte macabre

Le terme OK vient de la guerre de sécession : tous les jours, l'Etat Major Nordiste compilait le nombre de pertes par secteur, dans un registre en indiquant le nombre de tués à coté d'un K pour "Killed", ce qui donnait 25K 12K etc... Les bons jours, dans les bons secteurs, sont ceux où l'on avait aucun mort, soit 0 K, devenu par la suite OK.

Des canons pour la colonne

La colonne élevée place Vendôme à Paris a été fabriquée avec les 180 canons pris à l’ennemi par Napoléon en décembre 1805 après la bataille d’Austerlitz. Napoléon voulait ainsi rendre hommage à l’exploit réalisé par son armée.

Diogène économe

Diogène, adepte du strict nécessaire, vivait dans un tonneau, sans chaussures, vêtu d’un seul manteau. Lorsqu’il demandait la charité publique, il faisait l’aumône aux statues afin de s’habituer aux refus. A sa mort, ayant demandé que son corps soit jeté dans un fossé comme un chien, il reçut des funérailles grandioses. Un superbe chien en marbre orna son tombeau.

Grouchy privé de rue

Bon nombre d’hommes de guerre et en particulier les maréchaux de l’Empire ont une rue ou une avenue en leur honneur à Paris. Seul le marquis de Grouchy (1766-1847) n’en a pas, responsable indirect de la défaite de Waterloo.

Guérisons royales

C’est bien connu : Le Roi guérit les malades atteints d’écrouelles. Accompagné de son médecin, il s’approche des malades, étend le bras vers le visage, trace avec 2 doigts de sa main droite, du front au menton et d’une oreille à l’autre, un signe de croix en disant : « le Roi te touche, Dieu te guérit ». Louis XIV avait touché 2 500 malades, Louis XV : 2 000, Louis XVI : 2400, Charles X : 121 malades.

Guerre de 100 ans... qui a durée 116 ans

La guerre de Cent Ans couvre en fait une période de 116 ans (1337 à 1453) pendant laquelle s’affrontent la France et l’Angleterre lors de nombreux conflits, entrecoupés de trêves plus ou moins longues.

Hécatombe d'empereurs à Byzance

A Byzance, en 1453, le Croissant remplace la Croix. Mais entre 790 et 1453, 109 souverains se sont succédés. 23 ont été assassinés, 12 morts en prison ou au couvent, 3 morts de faim, 18 furent castrés, essorillés, privés de leur nez ou de leurs mains, 8 morts à la guerre ou par accident, 34 eurent le privilège de s'éteindre normalement dans leur lit, les autres furent étouffés, empoisonnés, étranglés, poignardés, jetés du haut d'une muraille...

Henri IV prudent

La Ceinture de Chasteté, inventée à Venise, fut vendue pour la 1ère fois sur la foire de Saint Germain par un quincailler au début du XVII è siècle. Henri IV, lors de ses absences, obligeait sa maîtresse la marquise de Verneuil, soupçonnée d’infidélité, à porter cet instrument.

Hugo sauve les arènes de Lutèce

Les arènes de Lutèce, détruites pendant les invasions en l’an 280, tombent dans l’oubli lors de la construction du mur d’enceinte au XIIIeme par Philippe Auguste. Lors de travaux d’élargissement de route en 1860, elles furent redécouvertes, mais rapidement ensevelies. C’est grâce à Victor Hugo qui adressa une lettre au Conseil Municipal que l’on peut se promener dans les arènes de Lutèce depuis 1896.

Inégaux dans la mort

Chateaubriand et Victor Hugo furent deux grands noms dans la littérature française. Pourtant l’un repose sur une île bretonne près de Saint Malo, sous une dalle sans nom, uniquement accessible à marée basse, alors que l’autre repose à Paris au Panthéon.

Jean n'a plus de terres

En 1202, Jean, fils d'Henri II d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine enlève la fiancée d'un seigneur français. Pour le punir Philippe Auguste lui confisque ses terres en France, Normandie, Anjou, Maine et Poitou. Le prince anglais devient alors Jean-sans-terre.

L'Angleterre parle français

L’Angleterre fut franco-normande en 1066, lorsque Guillaume le Conquérant s'en empara. Pendant les 300 ans qui suivirent, 3 langues coexistèrent dans le pays : le Français parlé par l’aristocratie, le peuple parlant l’anglais et le latin utilisé par le clergé.

L'eczéma de Marat

Marat était atteint d’un eczéma généralisé qui l’obligeait à vivre dans l’eau apaisante d’une baignoire. A sa mort, les fidèles de Marat décidèrent d’embaumer son corps pour le montrer au peuple. Opération difficile consistant à blanchir le visage à la graisse, reformer avec du plâtre les lèvres affaissées, entourer les bras d’une toile peinte pour dissimuler les ulcères, relever les paupières avec des pinces. Le tout fut verni…

L'Etat c'est lui ?

« L’Etat, c’est moi » : Louis XIV ne l’a jamais prononcé. Mais il a dit « Messieurs, chacun sait les malheurs qu'ont produits les assemblées du Parlement. Que l'on cesse celles qui sont commencées sur les édits que j'ai apportés, lesquels je veux être exécuté. Monsieur le premier président, je vous défends de souffrir aucune assemblée et à pas un de vous de les demander".

L'origine des mansardes

Nombre de personnes habitent dans les Mansardes. Elles le doivent à Jules-Hardouin Mansart (1646-1708), premier architecte de Louis XIV, qui pour gagner de la place et réaliser des logements supplémentaires, fut le premier à aménager des pièces dans les combles.

L'origine des vespasiennes

L’empereur Titus Flavius Vespasianus donna son nom aux vespasiennes, nos sanisettes actuelles. Il avait entrepris de gros travaux dans Rome et à court d’argent, instaurait des taxes et impôts, dont la taxe sur l’urine. Tout citoyen romain, face à un besoin pressant, se devait d’acquitter cette taxe à chaque utilisation des latrines publiques ou vespasiennes.

L'origine du terme silhouette

Etienne de Silhouette, conseiller au parlement, chancelier du duc d’Orléans, commissaire auprès de la Compagnie des Indes, est nommé contrôleur général des Finances en mars 1759. D’abord populaire, il a le malheur de proposer des projets qui vont le rendre impopulaire et entre autres, il pousse les particuliers à venir déposer leur vaisselle à l’hôtel de la Monnaie afin qu’elle soit fondue en argent pour renflouer le Trésor ! N’ayant plus aucun appui de la part du roi, il démissionne. C’est alors que les parisiens s’amusent à dessiner des portraits de profil, vêtus de culottes sans poches, des habits sans plis où il est impossible de cacher quelque argent. Ces portraits à la mode, ces esquisses légères d’après l’ombre du profil du visage sont nommés des Silhouettes… 

L’origine des bordels

Les premières « bordes » ou « bourdeaux » (maisons spécialisées pour prostituées) furent créées par Charles V. En effet, sous Louis IX son prédécesseur, les prostituées avaient été mises à l’extérieur de Paris, au « bord » de la ville. Elles y vivaient sans hygiène, au risque d’attraper toutes sortes de maladies. Le roi Charles V fit donc construire ces maisons intra-muros, avec un droit de passage à l’entrée et un garde en faction devant la porte pour veiller à l’ordre et à la décence dans ces lieux.

La barbe en impose

Molière écrivait dans l’Ecole des Femmes « du côté de la barbe se trouve la toute-puissance ». D'ailleurs, entre 1848 où Louis Napoléon fut élu président et 1944 où De Gaulle dirigea la France libérée, tous les présidents ont porté la barbe ou la moustache ou les deux en même temps, sauf Adolphe Thiers.

La Bastille rasée... en 1784

L’entretien de La Bastille est fort couteux pour Necker et donc pour Louis XVI. Le roi décide donc en 1784 de la faire raser et l’architecte des bâtiments de Paris, propose une place publique portant le nom du roi, en conservant uniquement une des tours, en mémoire du passé. Il installerait en son centre un piédestal composé de chaînes et de verrous provenant des cachots et d’une statue du roi « étendant une main libératrice vers la tour en ruine ». Ces travaux ne furent jamais réalisés, mais l’on connait les circonstances dans lesquelles la Bastille fut finalement détruite !

Le chardon sauve l'Ecosse

Le chardon est l’emblème national de l’Ecosse depuis 1263. En effet, lors de la bataille de Largs, les Vikings voulant attaquer le camp et surprendre les écossais, avancèrent pieds nus dans le noir, mais se mirent à hurler de douleurs en marchant sur des chardons. Cette plante bien que repoussante, sauva le peuple écossais.

La croisade des pauvres

Quatre années avant que les Croisés n’atteignent Jérusalem en 1099, il y eut la Croisade des Pauvres Gens. Le moine Pierre l’Ermite envoyé par le pape Urbain II fut si éloquent que tout le peuple de France s’écria « Dieu le veut, Dieu le veut » et se mit en marche. Un grand nombre périt en route et les derniers furent massacrés par les Turcs en pénétrant en Asie.

Le défilé tragique de Bokassa

Le président Bokassa, grand admirateur de Napoléon Ier, rêvait d’un sacre impérial. La cérémonie de 1977 fut grandiose avec un coût de 100 millions de dollars. Il portait le même costume de sacre que Napoléon, installé sur un trône reprenant la forme de l’aigle impérial, portant une couronne en or de 7000 carats. A la fin du sacre, il défilait dans un carrosse de bronze et d’or, tiré par des chevaux français venus directement du Haras du Pin. Mais deux d’entre eux meurent de suite, à cause de la grosse chaleur. Bokassa termine donc dans une limousine.

La Ligne Maginot abandonnée en ... 1969

Symbole de la défaite française de 1940, la ligne Maginot a été réinvestie en 1945 par l'armée française, pour être définitivement abondonnée qu'en 1969, une fois que la France ait acquis une force de dissuasion nucléaire.

La ménagerie de la Montespan

Mme de Montespan transformait les salons de Versailles en ménagerie. Le duc de Noailles, dans ses Mémoires disait : « elle attelait 6 souris à un carrosse de filigrane et s’en laissait mordre ses belles mains, elle élevait également des petits cochons et des chèvres sous les lambris peints et dorés de son appartement de Versailles ».

La mode sous François Ier

La mode caractérisant l’homme de la Renaissance – cheveux courts et port de la barbe - est née d’un malencontreux incident survenu à François Ier, le jour de l’Epiphanie 1521. Ayant reçu une bûche enflammée sur la tête, les médecins coupèrent les longs cheveux du roi. Pour cacher les cicatrices, il laissa pousser la barbe.

La moissoneuse, une invention gauloise

La première moissonneuse fut inventée par les Gaulois, en l’an 76. Il s’agit d’une caisse garnie de dents, conduite sur deux roues, à travers les moissons, par un bœuf qui la pousse devant lui ; les épis arrachés par les dents tombent au fur et à mesure dans la caisse. Mais elle ne fut jamais utilisée par les Romains !

La Montespan régale les cochons

Mme de Montespan s’éteint en mai 1707 à Bourbon-l’Archambault. Ses entrailles, léguées à l’abbaye voisine y sont portées par un jeune paysan. Incommodé par l’odeur pestilentielle, il jette le contenu du vase dans le fossé où quelques instants plus tard, un troupeau de cochons se régalait.

La papesse Jeanne

En 855, le pape Jean VIII aurait été en réalité une femme ! Etudiante brillante, Jeanne suit des cours de théologie…habillée en homme. Reçue à la curie, les cardinaux l’élisent à la mort du pape Léon IV. Enceinte, elle participe malgré tout à la procession de l’Ascension ; mais en cours de route, elle sent venir le bébé et est obligée d’accoucher en public… Elle aurait été condamnée à mort sur le champ, son corps attaché à des chevaux qui la trainent à travers toutes les rues de Rome. Le peuple n’aime pas être « berné »…

La Révolution institue le tutoiement

Sous l’Ancien Régime, le tutoiement était considéré comme une grossière impertinence. Après la Révolution les mœurs changent, et la Convention rend obligatoire le tutoiement à partir de novembre 1793, dans le civil et dans les administrations marquant un lien de fraternité universelle. Mais cette mode ne durera qu’un an, jusqu’à la chute de Robespierre.

Le God save the Queen d'origne française

« God save the Queen » est à l’origine un morceau français ! Pour fêter le rétablissement de Louis XIV après son opération de la fistule en novembre 1686, Mme de Maintenon organise une soirée, la duchesse de Brinon compose un poème et Lully rajoute la musique. Un anglais passant à St Cyr ce jour là, trouva très jolie la musique et rapporta cet air en Angleterre. Il pianota, changea juste quelques mesures et joua cet air devant Marie Stuart et Guillaume d’Orange qui en firent leur musique officielle !

Le lavabo de Charles V

Charles V avait déjà l’eau courante. Dans son château de Vincennes, pour se laver les dents, il se postait devant son petit lavabo, tirait une chainette et l’eau de pluie récoltée au sommet du donjon, arrivait. On peut visiter son petit lavabo et ses latrines dont les murs sont tapissés pour ne pas prendre froid en hiver.

Le loto de François Ier

François Ier, après les guerres et les constructions diverses, signe un nouvel « Edit de Châteauregnard » en mai 1539, afin de renflouer les caisses de l’Etat. A la place d’un nouvel impôt, il imagine une loterie nationale sur le principe du Lotto italien qui fonctionne fort. Des bijoux seraient distribués par tirage au sort aux acheteurs de billets de loterie. Ce fut un fiasco complet ! Cet édit sera abandonné et annulé en février 1541, à peine deux ans plus tard.

Le salut de Dagobert

Le roi Dagobert, soucieux de sa débauche (il avait 3 épouses qui étaient toutes 3 reines) voulait se racheter auprès de Dieu. Il aida les pauvres et fit construire l’abbaye de Saint Denis.

Le secret de la faïence

Bernard Palissy (1510-1589) mit 16 ans avant de trouver le secret des verriers italiens afin de fabriquer des faïences émaillées. Pour faire fonctionner son four, il en était arrivé à bruler tous les arbres de son jardin, ses meubles ainsi que le plancher de sa maison. Une fois le secret trouvé, Catherine de Médicis lui fournit enfin l’atelier et les fours nécessaires.

Le tapissier de Notre Dame

Au XVIIe siècle, il était d’usage, à la fin d’une guerre, de rapporter les drapeaux et les étendards pris à l’ennemi et de les accrocher dans l’église Notre Dame à Paris. C’est ainsi que le duc de Luxembourg fut surnommé « le tapissier de Notre Dame » ayant pris un si grand nombre de drapeaux.

Le théatre au Moyen Âge

Tout au long du Moyen Âge, le théâtre a été pratiqué principalement dans un contexte liturgique et pédagogique. Il s'agissait de dramatiser les scènes de la Bible afin d'édifier les fidèles. La plupart des fêtes de l'année se voyaient ainsi commémorées par des petites pièces de théâtre. L’idée que le théâtre soit revenu à la mode à la Renaissance est donc l’un des nombreux clichés de notre histoire.

Le trésor de Childéric

En mai 1653, un ouvrier maçon découvre un ancien tombeau…celui du père de Clovis, mort en 481 ! Outre les pièces d’or et d’argent retrouvées, il découvre deux crânes, une épée de fer et ses garnitures, des boucles, des bagues et divers objets en or, ainsi que le célèbre anneau sigillaire de Childéric. Tous ces objets sont emportés à Vienne et offerts à Léopold Ier l’empereur. Quinze ans plus tard, le prince électeur du Saint Empire germanique offre la dépouille et tout le trésor trouvé à …Louis XIV ! De retour en son lieu d’origine, le tout sera malheureusement volé en 1831, sauf quelques éléments retrouvés dans la Seine.

Les 14 juillet

Le « 14 juillet » correspond à la fête de la Fédération de 1790 et non la prise de la Bastille de 1789. Fête de commémoration de la prise de la Bastille, elle se veut être la réconciliation et l’unité de tous les français, ainsi que le roi. Et ce n'est que le 6 juillet 1880 que le « 14 juillet » devint officiellement jour de la Fête nationale française.

Les 35 heures inventées par... Philippe d'Orléans

Le Régent Philippe d’Orléans avait inventé les 35 heures. A 9h du matin, il se mettait au travail, recevait les ambassadeurs, répondait aux dépêches ou lisait les rapports jusqu’au déjeuner. Après le dessert, il présidait un conseil dans son cabinet ; mais quand sonnait 5 heures, il saluait ses ministres, laissait là ses affaires de l’Etat et allait se consacrer au plaisir.

Les corsaires de Louis XIV

Avant l’arrivée de Colbert, la marine française était inexistante. En 1683, à la mort de Colbert, la flotte française était passée de 18 à 276 navires et ceci en 23 ans. C’est ainsi qu’apparurent les corsaires qui ne coutaient rien à l’Etat et qui pouvaient rapporter gros. 

Les dictées de Napoléon III

Pour égayer les soirées de l’empereur Napoléon III, on y faisait des dictées. Prosper Mérimée (1803-1870) fut recruté pour rédiger des textes suffisamment difficiles en fonction des invités. Beaucoup furent surpris à la proclamation des résultats : Napoléon III en aurait fait beaucoup, Alexandre Dumas 24, Mme Metternich 42, le prince de Metternich 6...et Eugénie 62…mais elle était de père espagnol et de mère irlandaise !

Les femmes sans âme

De la chute de Rome à l'an mille, les femmes n'étaient l'objet d'aucune considération : on les enlevait, violait, jetait, tuait comme de vulgaires animaux ou objets. Les théologiens pensaient même qu'elles n'avaient pas d'âme ! C'est l'amour courtois chevaleresque, bien que "jeu" rituel masculin, qui a commencé à faire évoluer les mentalités et les rapports hommes/femmes. 

Les filles de Notre Dame

Dans les années 1645, les « filles de Notre Dame » étaient les prostituées habillées de robes rouges aux dentelles faussement argentées. Elles avaient pour habitude de proposer leurs services dans les travées de la Cathédrale.

Les filles du Roy

« Les Filles du Roy » sont ces orphelines souvent originaires du nord ouest de la France, sans le sou et sans avenir, qui partaient pour la Nouvelle France entre 1660 et 1670. Louis XIV, considéré comme leur tuteur, leur payait les frais de voyage ainsi que leur dot pour qu’elles puissent s’installer là bas. Elles furent moins d’1 millier mais leur impact sur la démographie de la colonie fut très important.

Les français et l'hygiène

A la fin du XIXè siècle, une étude fut menée afin de vérifier l’hygiène des Français : 2% de gens aisés prenaient des bains, 18% se lavaient parfois les pieds, 52% se lavaient huit fois par an, 4% se nettoyaient les mains et la figure pour aller à la messe et les derniers (24%) ne connaissaient l’eau que s’ils tombaient dans une marre !

Mao n'aime pas les moineaux

Pour limiter les dégâts dans les récoltes, Mao Zedong lançait la chasse aux insectes, rats et moineaux en 1958. Il ne s’attendait pas à la Grande Famine qui fit 36 millions de morts. Les moineaux éradiqués ne pouvaient plus manger les criquets très friands de végétaux qui se jetèrent sur les récoltes. Les rendements agricoles furent nuls, d’où la famine.

Les révolutionnaires déplombent les rois

Sous la révolution, les balles manquaient pour alimenter les fusils des fantassins. C’est ainsi qu’en 1er lieu, on prit le plomb sur les toits des églises et comme cela était insuffisant, tous les cercueils royaux de Dagobert à Louis XV furent délestés de ce matériau en octobre 1793.

Les zouaves du pont de l'Alma

Sur le pont de l’Alma, construit par Napoléon III en souvenir de la victoire de septembre 1854, le Zouave n’était pas seul. En effet il y avait trois autres statues : un grenadier, un artilleur et un chasseur. Lors des travaux sur ce pont en 1970, seul le Zouave fut conservé et est devenu la mascotte des Parisiens, lors de la montée de la Seine.

Louis XII, père du peuple

Louis XII est surnommé le « Père du Peuple » suite à son refus de marier sa fille Claude de France avec le futur Charles Quint. En effet, le roi s’est montré bienveillant à l’égard du peuple, ayant publié des ordonnances contre la violence des gens de guerre, ayant créé des réformes judiciaires et bien d’autres bonnes choses pour le bien du royaume. Le chanoine de Notre Dame en profite pour lui glisser une nouvelle requête pour le bien général du royaume : le mariage de sa fille Claude avec François d’Angoulême, duc de Valois…le Père du Peuple mariera sa fille au futur François Ier en mai 1514.

Louis XIV

Louis XIV, prénommé à sa naissance Louis-Dieudonné et surnommé par la suite le Roi-Soleil ou Louis le Grand (Saint-Germain-en-Laye, 5 septembre 1638 – Versailles, 1er septembre 1715) est, du 14 mai 1643 jusqu’à sa mort, roi de France et de Navarre, le troisième de la maison de Bourbon de la dynastie capétienne. Louis XIV, a régné pendant 72 ans: il est le chef d'État qui a gouverné la France le plus longtemps et le monarque qui a régné le plus longtemps en Europe. 

Louis XIV taquin

Louis XIV, adolescent et pour se débarrasser de l’encombrante gouvernante de Marie Mancini, lui offrit une boite galamment ornées de rubans de diverses couleurs…remplie d’une 12aine de souris ! A peine éloignée, Mme de Venel revint en disant « c’est parce que je ne suis pas rassurée que, j’ai cru ne devoir pas m’éloigner du fils de Mars ».

Louis XV achète la Corse... et un futur empereur

En mai 1768, Louis XV accepte un échange : la Corse contre la dette de deux millions de livres que la ville de Gênes doit à la France ! Les Corses, mécontent, se soulèvent et les sept mille cinq cent Français envoyés sur place, sont battus. Un an plus tard, ce sont vingt deux mille Français qui débarquent dans l’île pour en prendre possession. Seule une centaine de Corses en réchappent, parmi lesquelles un couple qui aura ces paroles « mon fils sera le vengeur de la Corse » ! Cette femme est enceinte et mettra au monde trois mois plus tard un garçon nommé Napoléon….

Mata Hari, l'espionne vénale

Pendant les années 1905 et 1906, la danseuse Margaretha Geertruida Zelle a un énorme succès dans les grandes villes européennes. Sa notoriété déclinant après 1907, elle s’installe à Paris et vit de ses charmes. La guerre déclarée, criblée de dettes, elle gagne l’Allemagne et fait la connaissance du consul allemand à La Haye. Il lui propose de régler ses dettes, en échange de renseignements sur la France. C’est ainsi que nait Mata Hari l’agent H 21…Avide d’argent et de bijoux, elle devient agent double et vend des renseignements à la France!

Mermoz, postier volant

« il faut que le courrier passe » telle fut la devise de Jean Mermoz, à chacun de ses vols. Il fut engagé en 1920 pour une mission bien particulière : transporter le courrier entre la France et l’Afrique. En 1920, il mit 2 jours pour relier Paris à Dakar.

Michel-Ange et la Sixtine

Michel-Ange, appelé à Rome pour peindre le plafond de la chapelle Sixtine, mit quatre ans à réaliser cette œuvre. Allongé sur un échafaudage, il peignait étendu, le pinceau à bout de bras, la peinture coulant sur son visage, en rampant pour avancer et en se contorsionnant pour éviter d’ôter la peinture non sèche. Quand le pape venait le houspiller pour aller plus vite, Michel-ange n'hesitait pas à lui faire tomber des pots de peinture sur la tête !

Mirabeau expulsé du Panthéon

Mirabeau, mort le 2 avril 1791, entre au Panthéon le 4…mais en ressort trois ans après le 12 septembre 1794 pour être enterré au cimetière de Clamart. En effet, le serrurier Gamain qui avait réalisé la fameuse « armoire de fer » pour Louis XVI, est pris de remord et va dévoiler son secret à la Convention. Parmi les papiers découverts, il y a les correspondances entre Mirabeau et le roi ! La Convention décrète alors l’exclusion des cendres de Mirabeau du Panthéon.

Naissance de l'étiquette

L’étiquette royale naissait en 1574 sous Henri III. S’ennuyant en hiver, les mignons s’amusèrent dans un cérémonial à habiller le roi, lui passer des crèmes, le farder. Ils purent dire : « Oh ! Majesté, que vous êtes belle ! ». A l’inverse, il fallait que le roi puisse dire à ses mignons : « comme vous êtes gentilles et charmantes, mes toutes belles ! ». Alors furent créées les titres d’Altesse et d’Excellence !

Naissance de l'impôt moderne

Au moyen-âge, les impôts appelés "taille des gens de guerre" étaient ponctuels. En 1451, Jacques Coeur, grand argentier du royaume, instaure l'impôt permanent, sans qu'il serve forcément à l'entretien de l'armée. C'est l'impôt moderne en vigueur de nos jours.

Napoléon chanceux

Napoléon, qui passait presque tout son temps à la guerre, ne fut blessé qu’une seule fois le 23 avril 1809 à Ratisbonne. Il fut atteint par une balle au talon, fut soigné et remontait immédiatement après à cheval.

Napoléon n'aime pas Dagobert

« Le Bon Roi Dagobert » est une chanson burlesque composée en 1750 en l’honneur de Dagobert et de son ministre Saint Eloi. Elle ne devint à la mode en Ile de France qu’en 1814, au moment de la première Restauration. Mais en réalité, à travers ces paroles les royalistes se moquaient de Napoléon Ier qui la fit d’ailleurs interdire lors des Cent Jours.

Napoléon vend la Louisiane

La Louisiane, acquise par la France au temps de Louis XIV, ne rapporte rien et coûte beaucoup trop avec les douze mille colons installés, atteints souvent de la malaria et se battant contre les Indiens. Napoléon décide de réaliser la plus grande opération immobilière de l’Histoire de France : vendre la Louisiane …aux Etats-Unis ! Talleyrand estime le prix à quatre vingt millions de francs. Et les Américains prennent possession de cette terre en décembre 1803.

Néron talentueux ?

Néron était réputé pour être un grand artiste. Il participait un jour en Grèce à un concours de chant et de musique. Il le remporta ainsi qu’un gain de 1800 couronnes. Et avant de mourir, il eut ces bons mots « quel artiste va périr avec moi » !

Nylon patriote

Un chimiste américain avait inventé en 1937 « la Fibre 66 » composé de 66 atomes de carbone. Le Nylon venait de naître. Lorsque le Japon entra en guerre, certains plaisantins lancèrent la rumeur selon laquelle Nylon, inscrit sur les parachutes américains, signifiait « Now you’ve lost old nippons » - « maintenant vous avez perdu, les Japs »… Cette plaisanterie faisant grand bruit, Dupont de Nemours le fabricant dut faire paraître un démenti dans le journal officiel japonais en 1941.

Obsolescence programmée... en 1920

ampoule filament

L’obsolescence programmée n’est pas un fait nouveau. Le premier cas remonte aux années 1920 pour des ampoules électriques. L’ampoule à bulbe de Thomas Edison devait fonctionner environ 1500 heures et après recalcul environ 2300 heures. Les fabricants réunis en « Comité des mille heures » décidèrent de limiter la vie de l’ampoule à 1000 heures. Bien qu’ils soient soumis à des amendes et ayant connaissance qu’une ampoule de 4 watts fabriquée en 1901 avait fonctionnée plus d’un siècle dans une caserne de pompiers de Californie, ils appliquèrent tout de même la règle des 1000 heures…

Philippe Auguste pave Paris

Philippe Auguste ne supportait plus les odeurs pestilentielles dans Paris dans les années 1186. Il fut le premier à faire poser des pavés dans les rues de la Cité, ainsi que sur les places, aux frais de l’Etat. Par contre, il laisse aux bons soins des habitants, de paver dans les quartiers pauvres ! Ensuite il fit bâtir les premières halles de Paris ainsi que de nombreuses boucheries afin d’approvisionner Paris en viande, puis l’aqueduc de Saint Gervais pour amener l’eau de Romainville et Ménilmontant.

Plutôt morts que tondus !

Au VIe siècle, il existait une coutume infamante pour les hommes : avoir la tête rasée. A tel point que lorsque Frédégonde demanda à Brunehaut si elle préférait voir ses petits enfants morts ou rasés, elle rétorqua qu'elle préférait les voir morts plutôt que tondus !

Premier omnibus parisien

Après une première expérience réussie à Nantes, Stanislas Baudry réalise la première ligne d’omnibus dans Paris en 1828 reliant la Bastille au Carrousel. Ces voitures préviennent de leur passage par un coup de trompettes, elles s’arrêtent au moindre signe fait au cocher, un conducteur chargé d’encaisser la course veille aussi au bon ordre à l’intérieur des voitures. Ces véhicules portent également l’indication du lieu de départ et du lieu d’arrivée. Baudry nomme sa compagnie EGO « Entreprise Générale des Omnibus de Paris »…l’ancêtre de la RATP !

Rabelais voyage aux frais de l'Etat

François Rabelais (1494-1553), sur la route vers Paris, n’avait plus d’argent pour régler son dû à l’aubergiste. Il trouva un bon moyen en laissant dans sa chambre un petit sachet de sucre avec l’écriteau suivant « Poison pour le Roi »…La garde fut appelée et emmena directement Rabelais vers la capitale. François Ier, qui appréciait fort son esprit, lui pardonna.

Se racheter d'un assassinat avant 595

Avant l’an 595, un assassinat pouvait se racheter contre argent comptant. Pour le meurtre d’un évêque : 400 écus ; pour un berger ou un laboureur : 30 écus ; un bijoutier : 150 écus. Mais tout changea en février 595 lorsque Childebert, roi des francs et fils de Clovis, décrète que tout assassinat sera puni de la peine de mort.

Snobisme

Parmi les plus grandes écoles privées anglaises, fondées il y plus de 500 ans, celle d’Eton est à l’origine du mot « snob ». Lors des inscriptions, ceux qui étaient sans noblesse, se voyaient attribuer les lettres « S. Nob. » sans noblesse.

Sonnez les cloches !

Au Moyen Age, au cours des mariages et autres céremonies religieuses, certaines grosses cloches étaient mises en mouvement avec le pied, par des mendiants recrutés pour l'occasion. Ces pauvres recevaient quelques pièces en échange et étaient appelés "clochards".

Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens

Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! Cette célèbre phrase fait référence au massacre de Béziers en 1209, le légat du pape donnant l’ordre de mettre à mort tous les habitants de la ville, ne pouvant reconnaitre les cathares hérétiques des fidèles chrétiens. Ainsi fréquemment employée pour stigmatiser la violence médiévale et l'obscurantisme religieux de l'époque, cette phrase provient en réalité de l'imagination débordante d'un moine allemand Césaire de Heisterbach et de son ouvrage : Le Livre des Miracles. Cette célèbre phrase ne recoupe donc aucune réalité historique.

U-Boot victimes des algues

Beaucoup de sous-marins allemands les « U-Boot » furent détruits par les aviateurs pendant la guerre 14-18. Les avions arrivaient à les détecter à cause d’algues unicellulaires les « dinoflagellés » accrochées aux sous-marins et qui émettaient des signaux lumineux.

Vauban disgracié

Vauban fut le grand ingénieur du XVII è Siècle avec ses deux cent citadelles construites, trois cent places anciennes rénovées, participant à cent cinquante sièges et en ayant dirigés quelques cinquante. Il a réalisé un chef d’œuvre lors de la construction de « la ceinture de fer » : ces villes fortifiées le long de la frontière française au Nord et Nord Est. Mais il s’intéressait également à la démographie et l’économie. En 1707, il proposait au roi une réforme des impôts : un impôt unique de dix pour cent sur tous les revenus, sans distinction de privilèges ! Pour Louis XIV, c’est un renversement de la monarchie…et Vauban fut disgracié !

Anecdotes amusantes et insolites

Alfred Nobel rancunier

Le Prix Nobel de Mathématique n’existe pas : le meilleur mathématicien de l'époque était l'amant de l'épouse d'Alfred Nobel, ce dernier décida donc qu'il n'y aurait pas de prix Nobel de Mathématiques.

Bonaparte et Milou en Afrique

Avant de devenir le célèbre compagnon de Tintin, Milou était le nom du fox terrier de Bonaparte, que ce dernier aurait notamment emmené avec lui durant sa campagne d' Egypte en 1798-1799.

C'est la mère Michel

« C’est la mère Michel... » la chanson est à la mode depuis 1820. Si les paroles en sont relativement récentes, l’air est plus ancien puisqu’il avait servi à chanter, au XVIIe, les louanges du Maréchal de Catinat, l’un des meilleurs capitaines de Louis XIV, adoré de ses soldats.

Caquetons à Versailles

chaise percee versaillesA Versailles, point de lieu d'aisance. Si bien que courtisans et visiteurs se soulagent où ils peuvent, rendant l'atmosphère du château irrespirable. Les 274 chaises percées du palais sont réservés aux ducs, princes et princesses. ceux-ci profitent de cette "activité" pour recevoir et discuter entre amis, donnant à la chaise percée le nom de "caquetaire".

Des coussins pour Louis IX

Louis IX avait créé le Parlement de Paris. Il lui arrivait de siéger en personne en son parlement, il était alors installé sous un dais et assis sur 5 coussins : un pour le siège, un pour le dossier, deux pour les accoudoirs et un pour les pieds royaux.

L'origine du poisson d'avril

La tradition des Poissons d’Avril date du…9 août 1564 ! Avant cette date, l’année débutait le jour de Pâques. Pâques étant une fête mobile, elle avait lieu entre le 22 mars et le 25 avril. Mais il arrivait qu’il y ait deux jours de Pâques la même année, comme ce fut le cas en 1347 le 1er avril et une nouvelle fois le 20 avril. En souvenir des temps anciens, certains continuaient à faire des étrennes le 1er avril, mais en y ajoutant des canulars….et comme c’était la fin du carême, des petits malins offraient alors des …poissons !

L'ours en peluche de T. Rooselvelt

Le célèbre ours en peluche « teddy-bear » fut créé en 1902-1903 en l’honneur de Théodore Roosevelt, par un émigré russe M. Mitchtom. Roosevelt était un grand chasseur, mais épargna une fois un vieil ours pour lequel il eut de la pitié.

La tante à bon dos

Théophraste Renaudot est à l’origine du Mont de Piété en France. Le surnom de « Ma Tante » vient du Prince de Joinville, 3è fils de Louis-Philippe, qui a du y déposer sa montre pour cause de dettes aux jeux. A sa mère, il prétexta l’avoir oublié chez sa tante !

La médécine se penche sur les robes

Il n’y a rien de plus élégant qu’une robe longue. Mais en trainant sur les trottoirs, ce vêtement devenait un vrai nid à microbes : voilà ce qu’ont décrété de grands médecins lors d’un congrès à Rome en 1900. Deux ans plus tard, ils attaquaient les corsets, coupables de problèmes gastriques, vertébraux et … neurasthéniques chez les dames !

Le premier vibromasseur

Pour soigner l’hystérie des femmes due à une frustration sexuelle, les médecins du XIX è siècle préconisaient le « pénétrationnisme » qui devenait lassant à la fin, puis des jets d’eau puissants entre les jambes et enfin « le percuteur mécanique à ressort » inventé par un praticien anglais. Le modèle apparut aux Etats Unis vers 1920 et devient rapidement l’un des 5 objets ménagers les plus populaires outre-Atlantique.

Richelieu arrondit les couteaux

Il est de notoriété publique que le cardinal Richelieu fut un homme fin et délicat. A table, il ne supportait plus de voir les nobles prendre la pointe de leur couteau pour se curer les dents…il fit donc arrondir les bouts de la lame !

Scarron déplumé

Scarron, difforme comme un « Z » doit son infirmité à sa pudibonderie. Lors d’un carnaval, déguisé en chapon dont les plumes étaient collées sur son corps avec du miel, il fut pris d’assaut par les villageois qui se prirent au jeu de le déplumer. Ne voulant pas qu’on voit sa nudité, il sauta dans une rivière glacée près du Mans. Resté trop longtemps dans cette eau gelée au milieu des roseaux, il prit mal et sa maladie (une spondylarthrite ankylosante) se déclencha.

Une mite à l'origine du premier bug informatique

Les premiers ordinateurs conçus par les américains étaient surnommés des calculateurs. En 1946, le plus gros ordinateur pouvait effectuer 330 multiplications à la seconde, mais il pesait 30 tonnes, était monté avec 70 000 résistances, 10 000 condensateurs, des milliers de mètres de câbles et occupait une pièce de 177 m2, la température pouvant monter à 50°. En plein travail d’élaboration pour la conception d’un nouvel ordinateur en 1947, c’est la panne ! Il fallait vérifier et trouver le problème dans ce fouillis de câbles et de composants. Les ingénieurs découvrirent une mite grillée qui avait provoqué le court-circuit. Cet insecte signifiant « bug » en anglais, le nouveau terme de la panne informatique fut nommé « le bug » en son hommage.

Anecdotes culinaires et gastronomiques

“The Roast Beef of Old England”

Sur le Titanic, pour informer les passagers qu’ils peuvent se rendre dans les salles de restaurant pour le dîner, le clairon du navire passait de pont en pont en jouant l’air traditionnel de la White Star Line « The Roast Beef of Old England » (le rôti de bœuf de la vieille Angleterre), au son de la cornemuse !

Corn-flakes anti-aphrodisiaque

Le corn-flakes inventé par Mr. Kellogg en 1894, suite à une erreur de cuisson du blé bouilli, était préconisé en Amérique dans un sanatorium comme parfait anti-aphrodisiaque.

Crêpes Suzette

Auguste Escoffier, après un grand parcours dans les cuisines des grands restaurants du monde entier, dirige celles du Savoy Grill à Londres en 1890. Il invente une recette de crêpes pour le futur Edouard VII qui dinait un soir en compagnie d’une jeune femme. Escoffier, félicité pour ce dessert, propose de dédier le plat au nom de ce royal convive. Edouard VII refuse et suggère de baptiser ces crêpes du nom de la jeune femme qui se nomme Suzette…

Eclairs au chocolat

Antonin Carême (1783-1833) était un grand spécialiste de la pâte à choux, dont il se servait pour ses pièces montées et modernisa une pâtisserie appelée « Duchesse ». A l’origine, c’était un doigt de pâte à choux roulé dans des amandes. Carême le fourra de marmelade d’abricot, de chocolat, etc. Il remplaça les amandes par un glaçage. Ainsi naissait notre actuel éclair !

L'origine du kir

Le nom de cet apéritif provient du chanoine Félix Kir, ancien maire de Dijon et dernier député de la Ve République à siéger en soutane. Trouvant le bourgogne aligoté trop acide, il décida de l’adoucir en y rajoutant de la crème de cassis à raison d’1/3 pour 2/3 de ce vin blanc. Il popularisa ensuite cette boisson en l’offrant à ses invités, le « blanc-cass » devenant ainsi le « kir ». 

Le champagne, oeuvre du diable

Jusqu'au XVIIIe siècle, les français pensaient que les bulles du champagne était l'oeuvre du diable. En 1694, le médecin de Louis XIV lui défend de boire du champagne au prétexte que cette boisson est mauvaise pour sa goutte !

Le déshonneur tragique de Vatel

vatel depardieuLes festivités de Chantilly offertes par le prince de Condé au roi Louis XIV en avril 1671, ne se passent vraiment pas bien. Le premier soir, les rôtis manquent à table ; le second soir le feu d’artifice est un fiasco, dû au mauvais temps ; le lendemain, les poissons et les coquillages ne sont pas livrés à temps….De désespoir, se sentant déshonoré, Vatel, le célèbre cuisinier met fin à ses jours en se transperçant le cœur avec son épée ! Et pourtant, s’il avait eu un peu de patience, il aurait réceptionné la livraison des paniers de poissons !

Louis XIII trinque

Louis XIII naquit le 27 septembre 1601. De faible constitution et un peu déficient, la sage femme « emplit sa bouche de vin et lui en soufflai ; à l’heure même, il revint et savoura le vin donné ». Héroard, le médecin du roi put dire : « un enfant grand de corps, fort musculeux, les parties génitales à l’avenant du corps et le croupion tout velu ».

Naissance de la margarine

Sous Napoléon III, pour éviter que le beurre ne devienne rance trop rapidement, pour aider les familles peu aisées ainsi que pour faire des économies dans l’armée (car le beurre est cher), un pharmacien provençal mit au point un nouveau produit en extrayant la stéarine de la graisse de bœuf qu’il mélangea à de l’eau et du lait : la margarine naissait.

Pêche Melba

Auguste Escoffier invente ce dessert pour honorer Helen Porter Mitchell, cantatrice au nom de scène Nellie Melba : Nellie diminutif de son prénom et Melba faisant référence à sa ville natale Melbourne. Escoffier lui présenta le dessert : dans un cygne de glace sculptée, il plaçait un récipient d’argent rempli de glace vanillée, le couvrait de pêches blanches fraîches pochées dans un sirop de sucre vanillé, nappait les fruits d’une purée de framboises fraîches et couronnait l’ensemble d’un voile de sucre filé. Il nommait le tout « pêches Melba ».

Plum-pudding

Ce gâteau aux prunes ou pruneaux est l’emblème culinaire de l’ère victorienne, mais a des origines anciennes. Au XV è siècle, les Anglais cuisinaient un ragoût à base de veau, mouton ou volaille agrémenté de pain, d’airelles et de prunes. Au XVIII è siècle, la viande se fait plus rare et la recette devient un assemblage de farine, fruits séchés, sucre, épices et graisse de rognons ! A partir de la moitié du XIX è siècle, c’est le gâteau servi le soir du réveillon de Noël et qui prend le nom de Christmas pudding.

Viennoiseries

Les croissants du petit déjeuner doivent leur forme au croissant de lune des ottomans. En 1683, après deux mois de siège, les troupes ottomanes doivent se retirer de Vienne, en Autriche. Les boulangers de la ville inventent alors une viennoiserie en pâte feuilletée pour célébrer cette victoire.

Pour aller plus loin

500 anecdotes historiques pour enfin retenir l'Histoire, de Daniel Ichbiah. Scrineo, 2012.

Anecdotes insolites de la royauté, de Marie Petitotde Marie Petitot. jourdan, 2020.

La Petite Histoire : 25 drôles d'anecdotes historiques, de Frede Royer. Librio, 2018.