Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

champs catalauniques hunsLa bataille des champs catalauniques fut la rencontre entre deux mondes, celui d’Attila roi des Huns conduisant ses redoutables hordes à travers l’Europe Occidentale et celui de la Gaule gallo-romaine, ancien territoire de l’Empire romain. Ce combat décisif n’a pas eu lieu près de Châlons-en-Champagne comme la tradition le rapporte, mais près de Troyes, au campus Mauriacus. Les champs Catalauniques relèvent plus du mythe fondateur que de la réalité ; selon toute vraisemblance, l’armée hunnique a été moins importante et beaucoup plus composite que ne l’a longtemps affirmé l’historiographie médiévale.


La bataille des champs catalauniques (451)

HannibalFrescoCapitolinec1510Le 2 août 216 av J.C. se déroula la sanglante bataille de Cannes opposant Rome à Carthage dans le cadre de la deuxième guerre punique. Terrible défaite pour l’armée romaine pourtant numériquement supérieure, cette bataille consacra le général carthaginois, Hannibal Barca, parmi les plus grands stratèges militaires, sa tactique étant encore enseignée dans certaines écoles militaires.


La bataille de Cannes (Italie, 216 av J.C.)

actiumLe paroxysme de la crise qui secoue la République romaine trouve son aboutissement sur la cote d'Epire, lors de la bataille d'Actium (2 septembre 31 av. J.-C.) qui voit s'opposer les armées de l'Occident romain, aux ordres d'Octave, le futur empereur Auguste, et d'Agrippa, son génie militaire aux armées orientales commandées par Marc Antoine et la célèbre Cléopâtre. De cette confrontation, rien de moins que l'Empire romain devait naitre et enterrer dans les faits le régime républicain.


La bataille d'Actium (-31 av.Jc)

FabiiC'est l’histoire épique et tragique d’une famille haïe puis adulée par les Romains, toujours victorieuse et finalement exterminée sur le champ de bataille lors de la bataille de Crémère306 Fabii s’illustrèrent dans une défense vaine, mais héroïque… Une histoire atypique que chroniquèrent Tite-Live comme Denys d’Halicarnasse.


Les 306 Fabiens à la bataille de Crémère (477 av. J-C)

bataille_las_navasLa bataille de Las Navas de Tolosa en 1212 est une étape décisive pour la réussite de la Reconquista du sud de l'Espagne par les royaumes chrétiens. Après une première phase qui a culminé lors de la prise de Tolède en 1085, la Reconquista avait dû stopper face à la contre-offensive des Almoravides dès la bataille de Zallaqa en 1086. Il faut attendre le milieu du XIIè siècle pour que les royaumes chrétiens reprennent leur marche ; mais cette fois ils rencontrent sur leur chemin une autre dynastie berbère, les Almohades. 


La bataille de Las Navas de Tolosa (1212)

hattinLors de la bataille de Hattin, le 4 juillet 1187, Saladin défait l’armée du roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, et de son turbulent allié Renaud de Châtillon au lieu-dit les Cornes de Hattin, près du lac de Tibériade. C'est la dernière étape dans la reconquête de Jérusalem entamée par Saladin depuis qu’il a réussi à unifier les musulmans sous la bannière du jihad. L’armée croisée exterminée à Hattin, la Ville sainte tombera comme un fruit mûr le 2 octobre 1187.


La bataille de Hattin (4 juillet 1187)

CastillonDe multiples défaites, humiliations et échauffourées trouvent leur conclusion à la bataille de Castillon, ultime engagement de la guerre de Cent Ans où se joue le destin des deux grands royaumes de la chrétienté. En 1453, il ne reste du prestigieux empire continental constitué par les Plantagenêt que des illusions et la riche Guyenne. Henri VI d’Angleterre n’a pas renoncé à ses prétentions au trône de France et Charles VII souhaite désormais les bouter hors du sud de la Loire. Cette petite bourgade va laver en un jour plus de cent ans d’humiliations françaises.


La bataille de Castillon (1453)

bataille_de_crecyLa bataille de Crécy, le 26 août 1346, est le prélude d'une querelle dynastique qui va opposer pendant plus d'un siècle les rois de France et d'Angleterre. L'acte I  de la Guerre de Cent Ans, qui fit l'effet d'un coup de tonnerre dans la chrétienté, va se dérouler sur un champ de bataille du nord de la France. Ce sera le début d'une longue série de défaites pour la chevalerie française.


La bataille de Crécy (1346)

LariviereBatailleDunesLe 14 juin 1658 à la batailles des Dunes se déroula la conclusion d’une guerre qui avait durée vingt-cinq ans et opposant la France à l'Espagne. Les français, commandés par Turenne et alliés une fois n'est pas coutume aux anglais, y affrontent les espagnols, dont l'un des commandants n'est autre que le Grand Condé, un ancien frondeur.  Avec la victoire de l’armée française, l’épopée Louis-quatorzienne s’annonce à l’Europe.


La bataille des dunes (14 juin 1658)

siege turinLa guerre de Succession d'Espagne est l'un des plus longs conflits du règne de Louis XIV. L'évènement à l'origine de cette guerre est la mort de Charles II le 1er novembre 1700. Il n'avait pas d'héritier. Cette guerre va durer treize ans, occasionnant des victoires et des défaites. Parmi celles-ci, il y a le siège de Turin, qui dura de mai à septembre 1706.


Le siège de Turin (1706)

plan_bataille_de_DenainLa guerre de Succession d’Espagne fait rage depuis 1704, mais va s’achever par la dernière grande victoire française, le 24 juillet 1712 lors de la bataille de Denain. Un combat simple en quatre à cinq heures de temps, un modèle de stratégie admiré dans les écoles militaires, qui eut des résultats considérables : cette victoire permet de signer enfin le traité de paix d’Utrecht en avril 1713 et dessine la frontière du Nord de la France, comme elle est à peu près actuellement.


La bataille de Denain (1712)

plan_de_la_batailleVous connaissez certainement la chanson « Marlbrough s’en va-t-en guerre, mironton, mirontaine… » devenue célèbre grâce au duc (du même nom) s’étant fait remarqué par sa curieuse disparition lors de la bataille de Malplaquet du 9 au 11 septembre 1709. Après des guerres et des victoires faciles comme en Flandre et en Franche-Comté, Louis XIV toujours préoccupé par la Succession d’Espagne, doit faire face au début du XVIII è siècle à des batailles plus difficiles comme celle de Malplaquet, gagnée « par abandon » de l’ennemi.


La bataille de Malplaquet (11 septembre 1709)

napoleon_wagramLa bataille de Wagram, en Autriche, est la dernière grande victoire de Napoléon Ier, remportée sur les armées autrichiennes le 6 juillet 1809 au nord-est de Vienne. Cette bataille marqua la fin de la campagne d'Autriche et permit à Napoléon de réduire la cinquième coalition européenne contre la France depuis 1792. La Grande Armée, qui avait repris Vienne le 12 mai, avait été durement éprouvée à Essling, à quelques dizaines de kilomètres, les 21 et 22 mai : elle avait dû reculer, se rapprochant de Vienne à l'île Lobau.


La bataille de Wagram (6 juillet 1809)
la_bataille_de_waterloo

Bataille décisive qui met fin aux Cent-Jours et à l'épopée napoléonienne, la bataille de Waterloo qui scelle la campagne de Belgique a déterminé le sort de l'Europe jusqu'à la Première Guerre mondiale. Bataille titanesque, cette apothéose de l'héroïsme et de la tragédie a profondément inspiré les auteurs romantiques et réalistes durant tout le XIXe siècle ! Repenchons-nous sur cette campagne, cette bataille et comment l'on est passé de l'événement historique au mythe !


La bataille de Waterloo (18 juin 1815)
battle-of-trafalgarCette bataille navale remportée le 21 octobre 1805 par la flotte britannique, dirigée par l'amiral Nelson sur la flotte napoléonienne, commandée par l'amiral Villeneuve et soutenue par la flotte espagnole,  eut lieu au large du cap de Trafalgar, au sud de l'Espagne près de Cadix. Elle opposa dix-huit navires français et quinze espagnols à vingt-sept vaisseaux britanniques. Sous-estimée par Napoléon, elle assoit définitivement la domination navale du Royaume Uni et sa détermination à vaincre l'empereur.

La bataille de Trafalgar (1805)

gerard150Austerlitz : la plus célèbre bataille de Napoléon Bonaparte, sans doute la plus célébrée aussi – du moins en son temps. Victoire écrasante remportée le jour anniversaire de son sacre en tant qu’empereur des Français, elle effaçait le désastre naval de Trafalgar et permettait de conclure favorablement la guerre de la Troisième Coalition. Napoléon ne créa jamais, parmi ses maréchaux, du duc ou de prince d’Austerlitz : c’était sa victoire personnelle, et un formidable instrument de légitimité à son pouvoir. Difficile, donc, de traiter une fois de plus de cette bataille sans tomber dans les lieux communs habituels.


La bataille d'Austerlitz (2 décembre 1805)

gettysburgLa bataille de Gettysburg, qui se déroula du 1er au 3 juillet 1863 à Gettysburg en Pennsylvanie, est considérée comme le tournant de la guerre de Sécession (1861-1865). Les nordistes y remportèrent  sur le champ de bataille une victoire couteuse mais décisive sur les sudistes, qui en sortirent durablement affaiblis et ne purent jamais reprendre l'offensive.


La bataille de Gettysburg (1863), une victoire nordiste

1illustratedDans le camp, tout se joue très vite. Les premiers à avoir senti venir le danger sont les conducteurs d'attelages civils, qui ont déjà commencé à partir en direction de Rorke's Drift. Bientôt, la piste se trouve embouteillée, alors que les soldats tentent vainement de rétablir une ligne de défense. Plusieurs compagnies sont déjà dispersées : les hommes qui ne courent pas assez vite sont rattrapés et impitoyablement transpercés à coups de lance. Devant l'irruption des Zoulous au milieu des tentes et des wagons, le sauve-qui-peut devient général.


La bataille d'Isandlwana, 22 janvier 1879 (5/7)

1ntshingwayokamgodikhozaL'espace de quelques minutes, cavaliers indigènes et coloniaux parviennent à contenir l'avance des Zoulous. Mais ces derniers sont trop nombreux, et la compagnie Raw, comme les autres, doit décrocher vers le camp. Avant qu'ils ne donnent l'alerte, un guetteur posté au sommet d'Isandlwana informe Pulleine et Durnford que des centaines de Zoulous sont visibles sur le plateau, apparemment en train de se diriger vers le sud-est.


La bataille d'Isandlwana, 22 janvier 1879 (4/7)

1offensivePartis de Pietermaritzburg, la capitale du Natal, la colonne Chelmsford établit une base avancée à Helpmekaar, puis loue la mission protestante de Rorke's Drift pour en faire un poste intermédiaire. Celle-ci est située à un peu plus d'un kilomètre d'un passage rocheux sur la Buffalo – ce qu'on nomme en jargon topographique sud-africain un drift, d'où le nom de la localité – qui permet de la franchir à gué. C'est là que les hommes de Chelmsford, après avoir laissé une compagnie du II/24ème à la mission, entrent au Zoulouland, le 11 janvier 1879.


La bataille d'Isandlwana, 22 janvier 1879 (3/7)

somme-bataille-1916Episode très meurtrier, la bataille de la Somme (1er juillet – 18 novembre 1916 ) est un moment charnière de l'engagement britannique dans la Première Guerre mondiale. Cette première grande offensive combinée franco-britannique, sous le commandement du général Foch et de Douglas Haig, n'a cependant pas entraîné (contrairement à ce qu’escomptait l’état-major) de progression des troupes alliées sur le front occidental.


La bataille de la Somme (juillet-novembre 1916)

verdunLe 21 février 1916, la bataille de Verdun commence par un déluge de feu qui écrase pendant des heures les positions françaises. C'est le début d'une offensive allemande qui vise à "saigner à blanc" l'armée française. La défense de cette partie du front est rapidement confiée au général Pétain, qui organise le ravitaillement du front en créant la "voie sacrée", une route élargie et entretenue pour le passage ininterrompu de deux files de camions. L'avance allemande sera bloquée par la tenacité des combatants français, au prix d'un nombre vertigineux de morts et de blessés.


La bataille de Verdun (21 février - 18 décembre 1916)

Assaut francais au Chemin des DamesBaptisé en l'honneur d'Adélaïde et Victoire, filles de Louis XV, le « Chemin des Dames », encore appelé « bataille de l'Aisne » ou « offensive Nivelle », fut avant tout une immense bataille de la Première Guerre mondiale. Mobilisant un million d'hommes pour percer les lignes allemandes, elle se transforma rapidement en une tragique et veine hécatombe. Cet affrontement resta ainsi dans les mémoires comme la boucherie précédant les grandes mutineries du printemps 1917.


La bataille du Chemin des Dames (avril-octobre 1917)

marne

En violant la neutralité belge, les Allemands appliquent le plan Schlieffen : déborder la gauche de l'armée française pour l'encercler et lui infliger un nouveau « Sedan ». Le 2 septembre, la cavalerie allemande est à 25 kilomètres de Paris. Mais l'armée allemande poursuit son mouvement d'enveloppement vers le sud-est, découvrant son flanc droit à l'armée que commande Gallieni, gouverneur militaire de Paris. Quand Joffre, le 6 septembre, donne l'ordre de la contre-attaque, toute la droite allemande doit se replier, entraînant l'ensemble du front qui se stabilise sur la vallée de l'Aisne. Le 11 septembre, Joffre peut annoncer la victoire de la Marne.


La bataille de la Marne (1914)

intro kourskAu sein de l’historiographie du volet germano-soviétique de la seconde guerre mondiale, la bataille de Koursk occupe une place singulière. Gigantesque bataille de matériel, marquée par un affrontement entre blindés d’une ampleur sans précédent, elle représente l’un de ces tournants de la Seconde Guerre Mondiale. A Koursk la Wehrmacht d’Hitler joua l’année 1943. Une réussite lui aurait permis de raccourcir le front qu’elle tenait et ainsi dégager des réserves tout en sapant un moral soviétique encore incertain. Avec sa victoire l’Union Soviétique prouva elle au monde entier, que l’arme blindée allemande (Panzerwaffe) n’était pas invincible. Elle y acquit la sérénité nécessaire aux grandes offensives libératrices de 1944.


La bataille de Koursk (juillet-août 1943)

barbarossa122 Juin 1941. A 3h15 du matin la frontière germano-soviétique s’embrase soudainement sous les coups de l’artillerie allemande. L’Opération Barbarossa vient de débuter. L'échec de la Luftwaffe face à l'Angleterre l'année précédente à conduit Hitler à renoncer à son plan d'invasion en octobre 1940, mais l'amène à envisager une autre conquète, plus importante encore, celle de l'Union soviétique. De la réussite ou de l'échec de Barbarossa dépendra l’issue du conflit mondial débuté en septembre 1939.


L'opération Barbarossa (Juin 1941), le choc des titans

1944 americains normandieLa bataille de Normandie, qui s'est déroulée de juin à septembre 1944, est une bataille déterminante de la Seconde Guerre Mondiale. Elle commence le 6 juin 1944 par le débarquement massif de soldats alliés sur les plages normandes. Bien que très meurtrier sur certaines plages, le débarquement est une réussite. La surprise passée, l'armée allemande renforcée par des divisions blindées opposera néanmoins une résistance farouche sur le sol normand jusqu'au mois de septembre. 


La bataille de Normandie (juin-septembre 1944)

hurricanesJuillet 1940 : La bataille d'Angleterre va succéder à la bataille de France, perdue un mois plus tôt.  La France est occupée pendant qu’à Londres le général De Gaulle tente de mobiliser la résistance. Hitler, libre à l’Est grâce au Pacte germano-soviétique, n’a plus face à lui que l’Angleterre. Mais c’est celle de Winston Churchill et pas de Chamberlain qu’il décide de mettre à genoux par un bombardement sans précédent, qui va révéler le courage britannique et faire rentrer dans la légende la Royal Air Force.


La bataille d' Angleterre (juillet 1940 - mai 1941)

dienbienphuAprès plus de huit ans de combats acharnés et malgré la victoire de Vinh Yen, les Français sont en difficulté en Indochine. L'armée du Vietminh, commandée par le général Giap, continue de progresser. A l'automne de l'année 1953, la France décide de lancer une nouvelle opération d'envergure destinée à arrêter les offensives saisonnières menées par le Vietminh. L'idée est que l'ennemi ne pourra jamais venir à bout d'un camp retranché constitué de points d'appui se soutenant les uns les autres. C'est ainsi que le 20 novembre débute l'opération « Castor», prélude de la bataille de Diên Biên Phu.


La bataille de Diên Biên Phu (1954)