Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Sceau de Eudes III Duc de Bourgogne Recueil des sceaux du Moyen-Âge dits sceaux gothiques 1779L'histoire de la Bourgogne sous la dynastie capétienne est avant tout une histoire de continuité et de pérennité de près de quatre siècles. Si la partie transjurane de la Bourgogne (la Franche Comté) connait un autre destin comme territoire de l'Empire germanique, le duché achève sa construction après des siècles de conflits et d'éclatements politiques et géographiques. La Bourgogne s'impose progressivement comme une loyale, fidèle et surtout puissante principauté au sein du royaume de France préludant l'Âge d'Or du duché sous les Valois à partir du XIVe siècle.

 


Histoire de la Bourgogne (4) : l'ère capétienne

Bayeux Tapestry WilliamGuillaume le Conquérant voit le jour en 1027 à Falaise. Il est le fils du duc Robert le Magnifique et de sa concubine Herleue. Le jeune aristoccrate normand issue d'une liaison illégitime devra déjouer bien des pièges avant d'accéder à la postérité.

 


Les ducs de Normandie (7) : Guillaume le Conquérant (1ere partie)

robert falaise« Une personnalité violente et difficile ». C'est en ces termes que l'historien Lucien Musset définit le 6ème duc de Normandie (1). Violent, prompt à sortir l'épée, le fils du duc Richard II l'a été comme tous les grands seigneurs de son époque. Une personnalité ambigüe que celle de Robert, comme l'est celle de son arrière-grand-père Rollon. Spoliateurs des biens de l'Église puis bâtisseur d'abbayes, vassal fidèle du roi de France et voisin tumultueux aux ambitions hégémonique pour les duchés de Flandres et de Bretagne... Il appartient de considérer Robert comme un homme de son temps, reflet des influences et des mutations qui s'opèrent sur la société au XIe siècle.

 


Les ducs de Normandie (6) : Robert le Magnifique

richardlebon.jpgLe principat du duc Richard II marque un tournant dans l'histoire de la Normandie : les descendants des Vikings achèvent de se libérer de leur racine et se tournent définitivement vers le monde franc, tant dans les structures de gouvernement que dans leurs croyances religieuses mais également en ce qui concerne le commerce.

 


Les ducs de Normandie (4) : Richard II le Bon

Statue du duc de Normandie Richard Ier sans Peur au château de FalaiseL'Histoire garde aisément le nom des guerriers, des aventuriers et des conquérants en mémoire. Chroniques anciennes et biographies modernes abondent dans ce sens et rendent facilement accessible la lecture et la connaissance des détails de la vie de ces hommes, de leurs hauts faits et leurs exploits. Le duc Richard Ier de Normandie (932-996), à qui ses contemporains ont donné le surnom de « sans Peur » est relégué dans la mémoire populaire au profit d'autres personnalités issues de la même dynastie, son grand-père Rollon ou son arrière-petit-fils Guillaume le Conquérant...

 


Les ducs de Normandie (3) : Richard Ier sans Peur

guillaumelongueepeeGuillaume Longue Epée est le second duc de Normandie ou second Jarl des Normands de la Seine. Il succède à son père Rollon vers 927. Il est le fils naturel de Rollon et de Poppa, sa concubine, épouse à la mode danoise du Viking.

 


Les ducs de Normandie (2) : Guillaume Longue Epée

Rollon Falaise CalvadosLe 25 décembre 1066 dans l'abbaye de Westminster, Guillaume, septième duc de Normandie, est couronné roi d'Angleterre. L'année 2016 marque le 950e anniversaire de cet événement, c'est l'occasion de plusieurs événements commémoratifs dont notamment la sortie d'un film sur la jeunesse de Guillaume (la jeunesse de Guillaume le Conquérant, film de Fabien Drugeon) et des fêtes se déroulant les 7, 8 et 9 août à Dives pour célébrer le départ du duc vers l'Angleterre. A cette occasion, nous proposons de retracer dans une série d'articles l'histoire de ces ducs normands, en commençant ici par le premier d'entre eux, Rollon.

 


Les ducs de Normandie (1) : Rollon, le fondateur

mort de robert le fortA l'automne-été 866 (Le 2 juillet selon La Bessière dans sa Géographie du Maine-et-Loire, en réalité le 15 septembre du calendrier Julien et le 20-21 septembre du calendrier actuel), à Brissarthe, Robert le Fort, noble franc, comte de Tours et d'Anjou, comte de Poitou, abbé laïc de Marmoutier et de Saint-Martin-de-Tours, marquis de Neustrie disposant sur ce territoire d'un grand commandement contre les Vikings et les Bretons, meurt en affrontant les guerriers du Viking Hásteinn.

 


Robert le Fort, l'ancêtre héroïque des capétiens

partage de verdun 843Louis Ier dit « le Pieux » ou « le Débonnaire », né en 778, sixième enfant et quatrième fils de Charlemagne, décède le 20 juin 840 à Ingelheim. Il laisse l'empire à ses trois enfants survivants Lothaire (né en 795) et Louis (né en 806), issus de son premier mariage avec Ermengarde ainsi que Charles, né en 823, issu de son second mariage avec Judith de Bavière. Pépin, son deuxième fils né en 797, est décédé en 838. Le traité de Verdun conclu en 843 entre les trois fils de Louis va amorcer la dissolution de l'empire caroligien.

 


Le partage de Verdun (843)

louislepieux 1Louis Ier dit « le Pieux » ou « le Débonnaire » est né en 778. Il est le sixième enfant et le quatrième fils de Charlemagne. En 814, il apprend la mort de son père Charles alors qu'il se trouve à son palais de Doué-la-Fontaine. Il est alors âgé de 46 ans et est marié à Irmingarde, fille du comte Ingramm, depuis 794. Celle-ci lui a donné trois fils : Lothaire en 795, Pépin en 797 et Louis en 806. Il est roi d'Aquitaine depuis 781. Son père Charles l'a couronné et associé à la direction de l'Empire en 813.

 


Louis le Pieux (814-840) et l'Ordinatio Imperii

Eginhard1Eginhard (770, †840), dans son ouvrage « Vie de Charlemagne », décrit ainsi l'habillement du roi des Francs : «Le costume ordinaire du roi était celui de ses pères, l'habit des Francs ; il avait sur la peau une chemise et des hauts-de-chausse de toile de lin ; par-dessus était une tunique serrée avec une ceinture de soie et des chaussettes ; des bandelettes entouraient ses jambes, des sandales renfermaient ses pieds, et l'hiver un justaucorps de peau de loutre lui garantissait la poitrine et les épaules contre le froid...

 


Se vêtir au temps de l'empereur Charlemagne

charleslechauveEn juin 861, Charles le Chauve (823, †877) convoque le plaid général annuel en la villa royale de Pîtres, demandant aux grands de venir accompagnés d'ouvriers et de chars. Il donne alors ordre de commencer la construction d'un pont fortifié enjambant les cours de la Seine et de l'Eure afin de barrer la route aux flottes vikings qui infestent la vallée. Commence alors un des plus grands chantiers de l'époque qui dura près de dix ans et mobilisa une énorme main-d'œuvre.

 


Le pont fortifié de Charles le Chauve (Pont de l'Arche)

Louis III vers 863-882 et Carloman vers 866-884Le Ludwigslied ou Rithmus Teutonicus (en français, « la chanson de Louis ») est un poème écrit en haut-allemand ancien par un anonyme, moine ou laïc de la cour. Il célèbre la victoire de Louis III, roi de Francie Occidentale, contre les Vikings, le 3 août 881 à Saucourt-en-Vimeu en Picardie. Il a sans doute été composé du vivant du roi Louis. Ce chant de louange est transcrit dans un manuscrit du IXe siècle du monastère de Saint-Amand.

 


La chanson de Louis : Le Ludwigslied ou Rithmus Teutonicus

siege paris vikingsNovembre 885. Sept cents navires vikings parviennent sous les murs de la ville de Paris. Le chef danois Sigfriđr les mène. Il souhaite pour ses hommes et lui, le libre passage des ponts et la possibilité de se diriger vers les terres de Bourgogne, afin d'y hiverner. Le comte de la ville Eudes mène la résistance de la ville et, durant plus d'une année, il va tenir tête aux assiégeants vikings. Lorsqu'en 888, l'empereur carolingien Charles le Gros meurt, Eudes est choisi par les grands seigneurs de Francie Occidentale pour devenir le roi. Il est couronné le 29 février 888, à Compiègne, par Gautier, archevêque de Sens. Le 1er juin 987, son arrière-petit-neveu Hugues Capet est sacré roi de France.

 


Eudes, héros du siège de Paris par les Vikings

Royaume de BourgogneDes Burgondes aux Mérovingiens, la Bourgogne n'avait cessé d'être un royaume. Pour autant, l'époque carolingienne sonne son glas avec son annexion à l'Austrasie par Charles Martel. Le regnum Burgundiae disparait alors de la terminologie officielle et se voit démembré. Cependant, le partage de Verdun de 843 amène un éclatement de l'Empire carolingien et de nouvelles Bourgogne apparaissent, entités politiques distinctes et confuses témoignant de l'histoire chaotique d'un territoire en formation débouchant sur la création du duché de Bourgogne.

 


Histoire de la Bourgogne (3) : l'ère carolingienne

missichLa dynastie carolingienne s’étend sur plus de deux siècles, de 751 jusqu’au Xème siècle. Parmi les rois qui la composent, Charlemagne (768-814) jette les bases d’une administration et d’une politique interne nouvelles, qui lui permettront de contrôler au mieux son vaste empire. Entre institutions supplétives et nouvelles répartitions des "rôles", les fondations de l'Etat moderne dévoilent leurs premières pierres.

 


Charlemagne et son administration

Charlemagne-11.jpgPour beaucoup d’entre-nous, Charlemagne restera l’inventeur de l’école comme le chantait France Gall « Qui a eu cette idée folle / un jour d'inventer l'école / c'est ce sacré Charlemagne ». Bien que cette idée soit partiellement fausse, elle est tout de même significative et met en valeur le véritable tour de force qu’a su mettre en œuvre l’empereur carolingien. Mais qui était réellement Charlemagne ? Comment a-t-il réussi à marquer l’histoire ? C’est ce que nous allons tenter de voir.

 


Charlemagne, roi des francs et empereur d'occident - Biographie
Codexaureus

Lorsque l’on évoque habituellement le terme de « Renaissance » en histoire, on pense tout de suite à Léonard de Vinci, l’Italie, Florence ou encore la découverte de l’Amérique. Mais cette période de l’histoire est une renaissance parmi d’autres. L’Humanité est un phénix, elle meurt et renaît de ses cendres. Nous allons nous pencher sur une de ces résurrections qualifiée de « Renaissance Carolingienne ».

 


La Renaissance Carolingienne : Découvertes et redécouvertes

vitrailstclairsurepteLes relations entre Francs et Normands (également appelés Vikings) ont d’abord été conflictuelles. Tout le IXe siècle, dans le contexte du délitement de l’empire carolingien, est une succession d’attaques des Normands contre le royaume franc, et une bonne partie de l’Europe. Puis, à mesure que les Vikings s’installent, les échanges deviennent plus diplomatiques, jusqu’à ce que tout le monde y trouve son compte. C’est dans cette logique qu’est signé en 911 le traité de Saint-Clair-sur-Epte, acte de naissance de la Normandie, aux conséquences décisives, et dont nous fêtons les 1100 ans cette année.

 


Le traité de Saint-Clair-sur-Epte (911) : naissance de la Normandie

enluminure_vikingsEntre Francs et Normands, les relations sont d’abord conflictuelles. L’Empire carolingien en pleine décomposition après le traité de Verdun (843) n’est pas capable de faire face aux attaques de ces guerriers venus du Nord. Pendant plusieurs décennies, la lutte est féroce. Elle aboutit pourtant, en 911, à la création du duché de Normandie, cédé au viking Rollon par Charles le Simple. Après avoir été parmi les plus terribles adversaires de la Francie, les Normands en deviennent partie intégrante.

 


Francs et Normands, du conflit à l'intégration

charlemagne

La société franque, sous Charlemagne, voit la diffusion d’un phénomène massif de christianisation de tous les territoires placés, directement ou indirectement, sous son influence. La Dilatatio Regni, c’est-à-dire l’expansion territoriale du royaume, est avant tout une Dilatatio Christianitatis, autrement dit la christianisation de la société toute entière, la diffusion de la chrétienté dans toutes les sphères de la société.

 

blasonupLes deux premières décennies du XIIIè siècle voient naître un peu partout en Europe (en Occident chrétien pour être plus précis) un certain nombre d’universités, à Paris, Bologne, Oxford, Montpellier, Salamanque,…Elles sont un tournant dans l’histoire de l’enseignement, en étant marquées par une réelle autonomie, au contraire par exemple des écoles des monastères. Elles se dotent de règles propres, relativement indépendantes des autorités politiques et religieuses. De plus, leur essor est parallèle à celui des villes en cette période de « beau Moyen Age ».

 

dameQu’évoque le nom de Charlemagne dans la mémoire de chacun ? Le célèbre sacre qui le fit empereur d’occident en l’an 800 mais ce qu’on sait moins c’est que sans les femmes qui ont traversé sa vie, il n’aurait peut-être jamais occupé une situation aussi importante. Il serait peut-être resté simple roi des Francs comme son père Pépin le bref, si sa mère Berthe au grand pied, charmante et ambitieuse personne, n’avait rêvé pour lui d’un autre destin.

 

HuguesCapetLa question de la féodalité est en plein essor actuellement. Les anciennes théories mutationnistes, notamment défendues par Georges Duby, sont remises en question par des chercheurs qui voient dans la constitution du système féodal plus de permanences par rapport au système Carolingien que de réelles nouveautés. En tout cas, hors de ce débat complexe, la question de la construction des principautés entre le IXe et le XIe siècle est fondamentale pour comprendre comment se structure la société médiévale.

 

amants_moyenage2Au XIe siècle, il devint difficile pour les rois de trouver une épouse, l'Eglise ayant durcit ses positions en frappant d'interdit tout mariage entre cousins jusqu'au 7ème degré. Après deux échecs consécutifs pour cause de parenté, on finit par trouver pour le roi Henri 1er de France, veuf et sans descendance, une princesse russe, Anne de Kiev. Séduit par sa grande beauté, Henri l'épouse en 1051, mariage dont seront issus quatre enfants. Neuf ans plus tard le roi meurt, laissant la belle reine slave veuve, et libre...