Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

David LivingstoneContourné ou délaissé jusqu'au XIXe siècle par les européens (hormis pour le traffic d'esclave), le continent africain suscite l'intérêt des puissances coloniales occidentales et la curiosité d'intrépides explorateurs et cartographes, tel le célèbre docteur Livingstone, qui espérait découvrir les sources du Nil.

 

Animé par la foi

Né le 19 mars 1813 à Blantyre, près de Glasgow, David Livingstone, l’un des plus célèbres explorateurs de l’Afrique, est issu d’une famille pauvre d’Ecosse. Dès l’âge de 10 ans, il travaille dans une usine de coton, mais consacre son temps libre à suivre des cours du soir. Intelligent et appliqué, il lit quantité de récits de voyage, qui stimulent son imagination. Homme de grande foi, il se découvre une vocation d’évan­géliste à l’âge de 19 ans et parvient à obtenir une bourse pour suivre des études de théologie et de médecine à l’Uni­versité de Glasgow. En 1838, il intègre la Société missionnaire de Londres, qui l’envoie trois ans plus tard en Afrique. Après un séjour au Cap, il se rend dans le protectorat du Bechua- naland (aujourd’hui, le Botswana).

En quête des sources du Nil

carte livingstone africaA partir de 1849, David Livingstone explore sans relâche le continent africain. Il traverse le désert du Kalahari et atteint le lac Ngami, une traversée qu’il refera à plusieurs reprises. En 1853, il remonte le fleuve Zambèze, puis se dirige vers la côte atlantique, qu’il atteint à Luanda (Angola). Il fait alors demi-tour et suit le fleuve jusqu’à son delta, sur l’océan Indien, devenant probablement ainsi le premier Européen à avoir traversé le continent africain d’est en ouest. C’est lors de cette expédition, à l’automne 1855, qu’il découvre de gigantesques chutes d’eau, que les autochtones appellent « la fumée qui gronde », qu’il baptise Victoria en l’honneur de la reine d’Angleterre.

Parti à la recherche de la source du Nil en 1866, il dispa­raît pendant cinq ans, jusqu’à ce que le journaliste Henry Morton Stanley le retrouve en 1871, sur le bord du lac Tanganyika, et prononce sa célèbre phrase : « Dr Livingstone, I présume?» Livingstone repart bientôt, toujours à la recherche de la source du Nil, mais meurt de la dysenterie en mai 1873. Son corps embaumé est rapatrié en Angle­terre, où il est inhumé en grande pompe dans l’abbaye de Westminster.

Pour aller plus loin

- L'Afrique des explorateurs : aux sources du Nil, de Anne Hugon. Gallimard, 1991.

- A la recherche de Livingstone, d'Henry Stanley. Decoopman, 2015.