Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Selon un protocole mis en place par lui-même (voir notre article), c'est le directeur des antiquités égyptiennes Zahi Hawass qui vient lui-même d'en faire l'annonce. Une superbe tombe d'un scribe royal datant de la XIXe dynastie vient d’être mise à jour dans le delta du Nil, a proximité d'un camp militaire antique. Richement décorée, elle pourrait éclairer les égyptologues sur les relations entretenues par l'Egypte des pharaons avec ses voisins du Proche-Orient. Une découverte qui intervient alors que vient de se tenir au Caire une conférence internationale sur la restitution aux pays du sud du patrimoine détenus par les occidentaux...

Buste_de_Nefertiti_de_profil
Organisée à l'initiative du sémillant docteur Zahi Hawass, cette conférence vise à obtenir notamment des musées européens et américains le retour dans leurs pays d'origine des trésors archéologiques qu'ils détiennent. Ainsi le musée du Louvre vient récemment d’obtempérer en restituant une collection de fragments de peintures murales, sous la menace d'une expulsion de missions archéologiques françaises en Egypte. Le buste de Néfertiti et la Pierre de Rosette, exposés à Berlin et à Londres sont également dans la ligne de mire de l'Egypte, les musées concernés opposant une notion de propriété universelle de ces œuvres célèbres. A noter que la question du problème lié aux conditions de conservation de ces trésors dans les musées du sud n'a pas été évoquée lors de cette conférence.