Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

la_palatineHyacinthe Rigaud (1659-1743) fut le portraitiste français de la Cour et des Rois au Grand Siècle, décrit ainsi par Madame La Palatine « il y a un peintre ici, Rigo, qui bégaye si horriblement qu’il lui faut un quart d’heure pour chaque mot. Il chante dans la perfection et en chantant il ne bégaye pas le moins du monde ».


Le portrait de Madame, dite La Palatine (1652-1722)

Ayant promis son portrait à M. Foucault conseiller d’Etat, Madame se fait violence pour poser aussi longtemps en 1713, c’en est une torture. De plus, elle doit se farder et porter de lourds habits de Cour, ce qu’elle n’apprécie guère écrivant « on trouve qu’il est difficile de faire mon portrait, car je n’ai pas la patience de poser convenablement ».

Madame est assise dans un fauteuil de bois de noyer, elle retient dans sa main droite un gaz de voile noir, symbole de son veuvage, tandis que son autre main repose sur une couronne. Elle est vêtue d’une robe de brocart d’or, un gros collier de perles est porté en ceinture, un manteau fleurdelisé est jeté sur ses épaules.

Madame sera satisfaite de ce portrait « il m’a si parfaitement reproduite, que cela est étonnant : laide, énorme, mais le visage empli de finesse et de vivacité ». Le roi « est frappé de la ressemblance et de la magnificence des ajustements de cet ouvrage et dit à cette princesse qu’il vouloit qu’elle le gardât pour elle, et qu’elle en fit faire une copie pour celui à qui elle l’avoit destiné, ce qui fut exécuté. Ce grand prince ajouta que cet ouvrage faisait honneur à son auteur et qu’il lui en feroit dans tous les temps ».

la_palatine

Le portrait de 144cm x 112cm est donc tiré à quatre cent exemplaires et conservé de nos jours au musée de Berlin.

 

Commentaires sur cet article