Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

herzl01C'est le 15 février 1896 que parait L'Etat Juif du journaliste hongrois Theodor Herzl. Alors que l'affaire Dreyfus qu'il couvre fait rage, Herzl expose dans son ouvrage les trois principes fondamentaux du sionisme moderne: l'existence d'un peuple juif ; l'impossibilité de son assimilation par d'autres peuples ; d'où la nécessité de créer un État particulier, qui prenne en charge le destin de ce peuple. Au congrès de Bâle un an plus tard, un quatrième principe apparait celui du droit des juifs à s'installer en Palestine. C'est le début d'un mouvement politique qui quarante ans plus tard aboutira à la création d'Israël. 

 

Herzl, promoteur de la création d'un Etat juif

theodor herzel 1Ecrivain et journaliste hongrois, Herzl publie en 1896 un opuscule, l'État juif (Der Judenstaat), dans lequel il préconise la création d'un État juif. D'autres personnalités israélites ont avant lui évoqué cette solution à la question juive, mais il est le premier à promouvoir une action politique immédiate bénéficiant de la reconnaissance internationale. Afin de favoriser la mise en œuvre de son projet, il réunit le premier congrès sioniste en août 1897, dans la ville suisse de Bâle. À la suite de ce congrès, décision est prise de fonder le futur État juif en Palestine, terre intimement liée à l'histoire hébraïque. Au cours de ce congrès est fondée l'Organisation sioniste mondiale, afin d'établir les bases économiques du futur État. Herzl sera président de cette organisation jusqu'à sa mort.

La Palestine étant alors sous domination ottomane, Herzl tente de négocier avec le sultan Abdülhamid II, un sympathisant de la cause sioniste. Ces négociations sont pourtant infructueuses, de même que les rencontres de Herzl avec d'autres dirigeants, chefs d'État ou financiers. Il meurt le 3 juillet 1904, avant d'avoir vu se réaliser son idéal, la fondation d'une patrie juive. En 1949, sa dépouille est transférée sur une montagne à l'ouest de Jérusalem, baptisée depuis le mont Herzl ; ce lieu a également été choisi pour l'érection d'un monument aux victimes de la Seconde Guerre mondiale. Herzl a aussi publié un roman, Terre ancienne-Terre nouvelle (Altneuland, 1902 ; 1941 pour la traduction), roman d'anticipation sur la vie en Palestine, et un Journal (3 volumes, 1922 ; traduit en 1961, 5 volumes).

Bibliographie

Théodor Herzl : L'aventurier de la terre promise, de Charles Zorgbibe. Tallandier, 2004.

L'État des Juifs, de Theodor Herzl et Claude Klein. La découverte, 2008.