Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


plage_GallipoliLe 25 Avril 1915, la Péninsule de Gallipoli, point stratégique entre la Mer Egée et le détroit des Dardanelles, est prise d’assaut par la Force Expéditionnaire de Méditerranée (MEF: Mediterranean Expeditionary Force). Comprenant des unités britanniques, australiennes, néo-zélandaises et françaises, la MEF est placée sous le commandement de généraux britanniques. Son débarquement à Gallipoli est en réalité la deuxième phase d’une opération combinée, qui a commencé dés le 19 février 1915 mais cette opération fut un échec pour les Alliés.

 

Les objectifs du débarquement de Gallipoli

Cette campagne des Dardanelles tient pour beaucoup à la volonté du premier Lord de l’Amirauté (commandant général de la Royal-Navy) : Winston Churchill, d’appliquer une solution périphérique au problème de l’enlisement du front occidental. Le choix des alliés se porte sur Gallipoli, ville et port maritime du nord-ouest de la Turquie, dans la province de Çanakkale, sur une péninsule étroite s’étendant jusqu’aux Dardanelles.

debarquement dardanelles 1915La prise de contrôle de la péninsule Gallipoli, devait selon Churchill, entrainer un ralliement de la Bulgarie et de la Grèce à l’Entente et par conséquent l’ouverture d’un second front face aux Empires Centraux. D’autre part elle permettrait de sécuriser la liberté des communications avec le précieux allié Russe. 

Les Dardanelles : un échec retentissant pour les alliés

Cependant la réalité va vite réduire à néant ses espoirs. Premièrement la campagne de bombardement naval précédant l’opération terrestre est un échec, d’autre part le débarquement se révèle bien plus difficile que prévu. Le commandement Ottoman a su placer son dispositif défensif aux endroits critiques et les troupes font preuve d’une grande résistance. Elles peuvent compter sur des officiers compétents, dont un certain Mustafa Kemal… 

Pour les soldats de l’Entente c’est le début d’un enfer de huit mois où la violence des combats de tranchées se conjugue aux difficultés logistiques (notamment l’approvisionnement en eau potable). Après plusieurs offensives vaines et sanglantes, la MEF fini par évacuer Gallipoli au cours du mois de décembre. La campagne aura coûté plus de 140 000 hommes à l’Entente (et 250 000 aux Ottomans) et vaudra à Churchill de perdre son poste de premier Lord de l’Amirauté.

Pour aller plus loin

La Poudrière d'Orient, Tome 1 : L'Enfer des Dardanelles, de Pierre Miquel. Corps 16, 2004.

Les Dardanelles 1915 - Une stratégie en échec, de Rigoux Pierre. Economica, 2013.