Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

grand-bond-maoMai 1958, le Parti Communiste Chinois sous l'impulsion de Mao Zedong entame la mise en place d'un ambitieux plan de réformes, désigné sous le nom de Grand Bond en Avant. Ce processus de modernisation sociale et économique du pays, se place dans le cadre plus large de la définition d'un Socialisme chinois, et correspond au second plan quinquennal du PCC.

 

Un programme ambitieux 

La Chine de la fin des années 1950 est un pays en pleine effervescence. La Chine communiste s'était à l'origine construite économiquement sur le modèle stalinien, c'est accordant la priorité à l'industrie lourde. Or contrairement à l'Union Soviétique, la Chine d'alors était encore loin d'avoir assuré des surplus agricoles, en raison de l'arriération des campagnes chinoises. La rupture sino-sovétique qui s'amorce à partir de 1956, est l'occasion pour Mao de revenir sur cette politique économique qui de toute manière n'accordait qu'une place marginale à la paysannerie, autrefois pivot de la révolution chinoise.

A cette rupture avec le modèle soviétique, vient s'ajouter la montée en puissance d'une contestation du monopole sur le pouvoir du PCC, qu'à révélé en 1957 la Campagne des Cent-Fleurs. Mao estime devoir re-mobiliser radicalement la population chinoise derrière un objectif ambitieux, qui devrait lui fournir l'occasion d'écraser toute opposition. Ce "Grand Bond en Avant" sera pourtant l'un de ses pires échecs.

grand bond en avant chineConcrètement ce programme consiste en la création d'une nouvelle architecture socio-économique. Le pays sera organisé autour de "Communes Populaires", communautés théoriquement autonomes et contrôlant tous les moyens de productions disponibles. Dotées d'une organisation quasi-militaire, mettant en avant le rôle des familles et un productivisme forcené, les Communes Populaires doivent rapidement devenir auto-suffisantes. Cela devrait permettre de dégager suffisamment de ressources pour que l'Etat Central mette en place de grands programmes d'infrastructures. Dans les faits cette politique va se traduire par une désorganisation complète du fonctionnement de l'industrie et surtout de l'agriculture chinoise. Les statistiques largement truquées par le régime chinois ne masqueront les faits que pour une vingtaine d'années.

Le grand bond en avant... ou en arrière !

Ce projet utopique, préconisant un développement collectif dans tous les domaines de la vie quotidienne, marque une rupture idéologique avec le modèle soviétique. Certains aspects, tels que la tentative d’appliquer des programmes de santé et d’éducation adaptés aux besoins de la Chine plutôt que de dépendre des programmes soviétiques, répondent à des besoins réels. Dans l’ensemble cependant, le résultat est un échec, particulièrement dans l’agriculture, où le mauvais temps et le refus de Mao de reconnaître les erreurs aggravent la situation et font chuter la production. En outre, le manque de personnel compétent et le retrait des techniciens soviétiques, en 1960, handicapent l’industrie. 

Grande famine ChineAinsi la production industrielle, minée par la très faible qualité des produits issus des Communes Populaires, finira par s'effondrer, retardant pour longtemps la modernisation de la Chine. Bien pire encore, on estime que les famines provoquées par le Grand Bond en Avant entrainèrent la mort de 20 à 43 millions de Chinois. Mao doit quitter la tête de l’État en 1959. Les dirigeants communistes désabusés en reviennent à une politique pragmatique. Liu Shaoqi et Deng Xiaoping donnent la priorité à l’industrie légère et à l’agriculture, et tolèrent un marché privé et la possession de petits lopins de terre. Le pouvoir revient à une élite cultivée.

Cet échec catastrophique de Mao lui vaudra une traversée du désert politique d'une demi douzaine d'années, dont il ne sortira que par une initiative tout aussi désastreuse: "La Révolution Culturelle."

Bibliographie

La République populaire de Chine: Histoire générale de la Chine (1949 à nos jours), de Gilles Guiheux. Les Belles Lettres, 2018.

Mao: De la pratique et de la contradiction, d'Alain Badiou. La Fabrique, 2011.