Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

carte erythreeDepuis plusieurs années, il est régulièrement question de L'Erythrée dans l'actualité internationale, que ce soit au sujet du conflit entre cette jeune nation et son voisin éthiopien, des exactions de son régime totalitaire, et plus dramatiquement du naufrage sur les cotes méditéranéennes de ses migrants fuyant leur pays d'origine. L'histoire de cette région de la corne de l'Afrique, largement méconnue, remonte au début de l'Antiquité.

 

L'Erythrée, une histoire millénaire

Située dans la corne de l'Afrique, l'Érythrée est bordée par le Soudan, l'Éthiopie et la République de Djibouti. Puis, à l'Est, par la Mer Rouge. La mer qui, de tous temps et quel que soit son nom, attire toujours et encore la convoitise des voisins dénués de façade maritime ou en revendiquant de plus grandes . De nombreuses îles et montagnes, une côte de 1200km, une faune et une flore exceptionnelles, voire uniques. Son histoire en tant que nation est embryonnaire puisqu'elle n'existe en tant que 52ème état africain que depuis 1993, depuis le référendum pour ou contre l'indépendance proposé par le président éthiopien Meles Zenawi (99,8% de 'oui' à la souveraineté de ce qui n'était alors qu'une province éthiopienne).

obelisque axoumL'histoire de son peuple, par contre, se confondant avec l'histoire éthiopienne, est millénaire. Les Égyptiens au XXVème s. avant J.C l'appelaient Pays de Pount ('le pays des dieux'). Eschyle (525 av J.C-456 av J.C) la désignait comme 'le bijou de l'Éthiopie'. Son nom vient des Grecs qui appelaient Ἐρυθραίᾱ (Erythraíā), "la rouge", toute la côte méridionale africaine de la Mer rouge au IIème siècle. Au ive siècle apr. J.-C., l’Érythrée fait partie de l’ancien royaume éthiopien d’Aksoum fondé par des émigrants de la péninsule arabique. La côte est islamisée au VIIe siècle et prospère sous forme d’État semi-indépendant, sous la souveraineté toute théorique de l’Éthiopie, jusqu’à son annexion par l’Empire ottoman au XVIe siècle. Les Italiens nommèrent officiellement la région 'Érythrée' à la fin du XIXème. Une histoire ancienne, donc, pour un pays jeune.

À la fin du XIXème siècle, les colonisateurs italiens partent à la conquête de l'Abyssinie (l'Ethiopie). Ils ne tardent pas à contrôler la région érythréenne et son accès stratégique à la mer. Le traité d'Ucciali, signé en 1889 avec l'Éthiopie, officialise les droits des Italiens sur ce territoire. Mais le souverain éthiopien, le négus chrétien Ménélik II, en 1896, par la victoire d'Adoua, met fin à la progression et à l'appétence de ces Européens trop gourmands. Il ne récupère cependant pas la région érythréenne, qui demeure dans le giron italien.

Une identité forgée par la colonisation

L'Éthiopie reste souveraine jusqu'en 1936 où les Italiens, cette fois-ci, parviennent à la conquérir intégralement (et non plus seulement l'Érythrée). L'Afrique orientale italienne (actuelles Éthiopie, Érythrée et Somalie) voit le jour. La défaite de Mussolini lors de la 2nde Guerre Mondiale (armistice 3 sept 1943) fait passer le territoire érythréen et tout le reste de l'Éthiopie sous le contrôle des Anglais. Que faire de cette région qui, bien que ne se distinguant ni par les origines, ni par l'histoire passée de l'Éthiopie est devenue singulière de par l'influence de l'occupation italienne ? Car les décennies de colonisation européenne ont forgé une identité propre (et nouvelle) aux Érythréens.

Le projet des Italiens, en 1889, était de faire de la région une colonie de peuplement et une base de départ pour la conquête du reste de l'Éthiopie. Ils ont donc doté le territoire d'infrastructures modernes (funiculaire, port moderne, etc...), en vue d'en faire une base efficace. Le nombre de colons en 1939 atteint 72.500. L'alphabétisation progresse. Aujourd'hui encore de nombreuses villas à colonnades, de bâtiments au style rococo, etc... Autant d'avancées a priori positives mais qui ont d'autant plus éloigné les érythréens du reste de l'Éthiopie.

En 1947, l'Italie renonce à tous ses droits sur ses anciennes colonies. L'Érythrée devient bâton de discorde entre les grandes puissances. La Grande-Bretagne désire un partage de l'Érythrée entre le Soudan et l'Éthiopie; les États-Unis (qui souhaitent conserver leurs bases situées à Massawa et Asmara) sont favorables à toute solution avantageant l'Éthiopie; la France, désireuse de préserver ses intérêts à Djibouti et donc d'éviter une contagion nationaliste, se prononce en faveur d'une tutelle italienne; l'URSS prône l'indépendance immédiate. L'Érythrée, elle (bien que personne ne lui demande son avis), sensible à la période de décolonisation, refuse toute tutelle européenne et ne se reconnaît plus dans l'Ethiopie.

Le 2 décembre 1950, une résolution est finalement votée à l'ONU : l'Érythrée devient " une unité autonome, fédérée avec l'Éthiopie sous la souveraineté de la couronne éthiopienne. " L'Érythrée et l'Éthiopie sont alors liées par une structure fédérale assez souple sous la souveraineté de l'empereur. En 1954, l'empereur Hailé Selassié interdit les partis politiques et le drapeau érythréens, puis la langue tigrinya dans les documents officiels, froissant le récent ('récent' au regard de la longue histoire éthiopienne) sentiment d'appartenance spécifique des érythréens. En 1962, une pression sur l'Assemblée érythréenne lui fait abolir la fédération et accepter l'annexion par l'Éthiopie. L'Érythrée devient officiellement la quatorzième province éthiopienne. Pour l'Éthiopie, la victoire est de taille : en récupérant l'Érythrée, elle retrouve ses deux accès à la mer (les villes de Massoua et Assab).

Une guerre fratricide

La guerre débute sur des revendications uniques au monde : le retour aux frontières décidées par les colonisateurs (italiens ici, en l'occurrence). C'est le début d'une guerre d'indépendance destructrice de 30 ans. Les premiers opposants à l'Éthiopie chrétienne sont des musulmans, aidés par le Soudan et l'Égypte (au nom du panarabisme. La lutte est ensuite reprise par un groupe marxiste, les Forces Populaires de Libération (FPLE), fondées par Issayas Afeworki, qui en plus de la lutte pour l'indépendance, écrasent le mouvement musulman (combattant pourtant également dans le but de l'indépendance). La guerre contre l'Éthiopie se termine par la victoire des Érythréens en 1991 et l'accession du pays à l'indépendance le 24 mai 1993.

guerre erythreeLe nouvel État est présidé, alors et depuis, par le président Issaias Afeworki depuis la capitale Asmara. En mai 1998, une deuxième guerre reprend entre les deux pays. Officiellement, pour un désaccord frontalier. En fait, l'Éthiopie ne se résout pas à la perte de son accès à la mer. 100.000 morts de plus avant le déploiement de casques bleus en 2000 (accords d'Alger). Par procuration, les deux frères-ennemis poursuivent leur bataille dans les pays voisins (Djibouti, Soudan, soutien aux intégristes musulmans, etc...). Une timide tentative de conciliation suite à la rencontre à Djeddah des présidents djiboutien et érythréen en 2018 a permi la levée des sanction imposées par les Nations Unies à l'Erythrée depuis 2009.

Étonnante et douloureuse naissance d'une nation qui, finalement, a forgé son identité propre suite à la colonisation. Aujourd'hui, le pouvoir érythréen est devenu une dictature qui opprime et emprisonne son propre peuple. Les atteintes aux droits de l'homme et à la liberté de la presse y sont régulièrement dénoncées par Amnesty international. Il est d'autant plus cynique de constater que les milliers d'Érythréens qui essaient de fuir leur jeune pays s'échouent aujourd'hui sur les côtes... italiennes.

Bibliographie

-  Les Erythréens, de Léonard Vincent Editions Rivage. 2012.
- Erythree, un naufrage totalitaire, de J.B Jeangène Vilmer & Franck Gouéry, Editions PUF, 2015.