Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

bombardement hiroshimaLe 6 août 1945, par une matinée ensoleillée, la première bombe atomique de l'histoire, « Little Boy », fut larguée sur Hiroshima. En l'espace de quelques se­condes, des dizaines de milliers de personnes furent tuées ou brûlées, et une ville réduite en cendres. Le 9 août, une deuxième bombe explosa au-dessus de Nagasaki. Ces bombardements précipitèrent la fin du conflit qui ravageait le continent mais mar­quèrent également la naissance de l'ère nucléaire.

 

1945 en Asie - Pacifique, le conflit s'éternise

Le 7 décembre 1941, le Japon attaque par surprise la base navale américaine de Pearl Harbor et, dès le lendemain, les Etats-Unis lui déclarent la guerre. Le Japon va tout d'abord remporter plusieurs batailles et s'emparer de Hong Kong, des îles américaines de Guam et de Wake puis de la Malaisie, jusqu'à la bataille de Midway, qui va stopper l'expansion japonaise. Dorénavant, les Américains vont reprendre laborieusement le dessus et récupérer une à une les îles occupées. Malgré la progression des Américains, les Japonais refusent de capituler et la guerre peut encore continuer longtemps, alors que la paix a été signée en Europe. Pour hâter la fin du conflit, Truman ordonne au général Cari Spaatz, le chef de l'aviation américaine dans le Pacifique, de lancer aussi vite que possible une bombe atomique sur une ville très peuplée du Japon. Ce sera Hiroshima.

Mille soleils sur Hiroshima et Nagasaki

hiroshima 1Le 6 août 1945, le pilote Paul Tibbets embarque à bord du bombardier B-29, baptisé «Enola Gay», la bombe à uranium «Little Boy» et la largue au-dessus de la ville. L'explosion pro­voque un immense incendie, qui va durer plus de six heures, et détruit toute vie dans un rayon d'un kilomètre. On dénombrera 70000 morts. Pourtant, le gouvernement impérial, dominé par des officiers jusqu'au-boutistes, refuse de capituler. Truman menace le Japon d'une "pluie d'autres bombes atomiques" et ordonne alors un second bombardement (sur un total de 7 prévus).

Le 9 août à midi, un autre bombardier B-29 américain largue « Fat Man » sur la ville de Nagasaki. L'explosion qui s'ensuit fait 40 000 morts. Le 15 août, après qu'une tentaive de coup d'Etat militaire ait été déjouée, l'empereur Hirohito annonce en personne la reddition du Japon.   Moins d'un mois après, le 2 septembre 1945, le ministre des Affaires étrangères japonais et le chef d'État-major de l'armée impériale montent à bord du croiseur américain Missouri, mouillé dans la rade de Tokyo, et signent une capitulation sans conditions en présence du général Douglas MacArthur.

Selon les sources, les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki auraient fait au total entre 300 et 400.000 victilmes entre 1945 et 1995.

Ce dénouement dramatique clos officiellement la Seconde Guerre mondiale et ouvre un nouveau chapître de l'histoire : la Guerre froide.

Bibliographie

- Hiroshima, 50 ans. Japon - Amérique : mémoires au nucléaire, de Maya Todeschini. Autrement, 1998.

Hiroshima : Lundi 6 août 1945, 8h15, de John Hersey. Texto, 2011.

Journal d'Hiroshima : 6 août-30 septembre 1945, de Michihiko Hachiya, Warner Wells, John W. Dower. Texto, 2015.