Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

manus mer morteLes manuscrits de la mer Morte ont été découverts dans des grottes sur les berges arides de la mer Morte. La première cache a été découverte en 1947 et plusieurs autres les années suivantes. Il s’agissait pour la plupart de papyrus et de parchemins avec des variantes des Évangiles et d’autres textes sacrés anciens. Pour les érudits de la Bible, ce trésor jette une lumière nouvelle sur les débuts de l’époque chrétienne et ouvrent de nouvelles interprétations du message du christianisme.

 

La découverte des manuscrits

Ces manuscrits hébreux et araméens ont été découverts entre 1947 et 1956 dans onze grottes situées à l'extrémité nord-ouest de la mer Morte, dans la région aride de Qumran en Jordanie. Les sept premiers rouleaux découverts par des Bédouins en 1947 ont été achetés par l'université hébraïque de Jérusalem, et par le monastère syrien Saint-Marc de Jérusalem. Les manuscrits détenus par le monastère syrien ont par la suite été rachetés par le gouvernement israélien.

site archéologique qumranÉcrits à l'origine sur du cuir ou du papyrus, les manuscrits de la mer Morte sont au nombre de neuf cents environ, plus ou moins bien conservés et attribués aux membres d'une secte juive inconnue jusqu'alors. Ils comprennent des manuels de discipline, des livres de cantiques, des commentaires bibliques et des textes apocalyptiques - dont deux des exemplaires les plus anciens que l'on connaisse du livre d'Isaïe, presque entièrement intacts - et des fragments de tous les livres de l'Ancien Testament, à l’exception de celui d'Esther. Ont été également retrouvés le texte en langue originale de plusieurs livres classés parmi les apocryphes et les pseudépigraphes ; ces textes, dont aucun n’est inclus dans le canon hébraïque de la Bible, sont Tobie, Sirac, les Jubilés, des passages d'Hénoch et le Testament de Lévi, jusque-là connus dans d’anciennes versions grecques, syriaques, latines et éthiopiennes.

Les découvertes ultérieures

Après cette découverte fondamentale, les grottes environnantes ont à leur tour été explorées sous les auspices du département des antiquités de Jordanie, de l'École biblique et archéologique dominicaine de Jérusalem et du musée archéologique de Palestine (rebaptisé depuis musée Rockefeller). Ces explorations, ainsi que d'autres acquisitions auprès des Bédouins, ont permis de retrouver des dizaines de milliers de fragments supplémentaires et une liste de trésors enterrés, poinçonnée en caractères hébreux sur des bandes de cuivre.

Ce vaste ensemble, appelé « manuscrits de la mer Morte », semble avoir appartenu à la bibliothèque de la secte juive de ce qui est aujourd'hui Kirbet Qumran, près du lieu de découverte. Les données paléographiques montrent que la plupart des documents ont été écrits entre 250 av. J.-C. et 68 apr. J.-C. Les données archéologiques confirment la dernière date, les fouilles effectuées indiquant que le site a été mis à sac en 68 apr. J.-C. Une armée dirigée par le général romain Vespasien pourrait avoir dévalisé la communauté, lors d'une expédition destinée à réprimer une révolte juive commencée en 66 apr. J.-C. Les documents ont sans doute été cachés entre 66 et 68 apr. J.-C.

L’apport historique des manuscrits de la mer morte

Les manuscrits de la mer Morte comportent des allusions à des personnes et à des événements correspondant à la période hellénistique et aux débuts de la période romaine de l'histoire juive. Un commentaire du livre de Nahum, par exemple, mentionne un certain Démétrios et semble faire allusion à un incident consigné par Flavius Josèphe qui a eu lieu en 88 av. J.-C. Il évoque Démétrios III, roi de Syrie, et Alexandre Jannée Maccabée, le roi asmonéen. De même, des allusions répétées à un « maître de justice » ont été selon les cas considérées comme se référant à des personnages religieux : le dernier grand prêtre juif légitime, Onias III, déposé en 175 av. J.-C., les chefs des Maccabées — Matthias, le grand prêtre, et son fils le chef militaire Juda Maccabée, Menahem, chef des zélotes, en 66 apr. J.-C.

manuscrit mer morteDes tentatives ont également été entreprises pour rattacher des allusions, notamment celles qui mentionnent un « mauvais prêtre » et « homme de mensonges », à certains personnages notoires comme le grand prêtre juif sacrilège Ménélas, le roi Antiochos IV de Syrie, le chef des Maccabées Jean Hyrcan et Alexandre Jannée. Mais toutes ces identifications sont provisoires et les opinions des experts sur le sujet divergent.

La plupart des manuscrits de la mer Morte se trouvent actuellement au Shrine of the Book, au musée Rockefeller de Jérusalem et au musée du département des antiquités d'Amman. De nombreux commentaires des manuscrits ont été publiés depuis leur découverte ; quant à l’édition totale des documents, elle s’est échelonnée entre 1955 et 2002 : sous le titre Discoveries in the Judaean Desert, l’intégralité des textes translittérés est désormais disponible en 39 volumes.

Pour aller plus loin

Les manuscrits de la mer Morte, de Michael Wise. Tempus, 2003.

Qumrân. Le secret des manuscrits de la mer Morte, de Laurent Hericher. BNF, 2010.