Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


alignements carnacLes alignements de Carnac comptent plusieurs milliers de monuments mégalithiques, menhirs, dolmens et tumulus, datant du néolithique et du début de l'âge du bronze. Située dans le Morbihan, Carnac signifie « le lieu où il y a des monticules de pierres ». C'est un endroit fascinant, tant par la beauté des édifices que par le mystère non résolu de la présence des menhirs, dolmens et cromlechs érigés par l'homme entre 5000 et 3000 av. J.-C. On considère que ces alignements auraient été conçus en fonction des levers et des couchers du Soleil aux solstices d’hiver et d’été.

 

Carnac, un ensemble de pierres levées

Les hommes de cette époque vivaient déjà dans des sociétés très élaborées et les grands monuments de pierres (mégalithes) qu’ils construisirent servaient de lieux de prière. Ces sites se situent surtout sur la façade maritime de l’Ouest européen ainsi qu'en Angleterre et en Irlande. En France, la plupart de ces dolmens et de ces menhirs se trouvent en Bretagne, mais on en rencontre aussi à l'intérieur des terres, comme à Bougon, dans les Deux-Sèvres, à Saint-Sernin-sur Rance, dans l'Aveyron (menhir sculpté), ou bien encore en Corse ; certaines sépultures sont richement ornées de motifs figuratifs ou abstraits (Gavrinis, dans le Morbihan).

alignements carnac 3Ces pierres sont éparpillées par milliers un peu partout en Bretagne. Certaines, dressées et isolées, sont appelées « menhirs ». Associées à d’autres, elles forment une enceinte appelée « cromlech ». Le dolmen, lui, est composé de piliers qui supportent une très lourde pierre. La fonction est principalement funéraire. D’autres pierres sont dressées en lignes parallèles, elles forment alors les « alignements ». À Carnac, environ 2730 menhirs s’étendent sur une zone de 4 km2. Lors de l’installation, vers 3000 av. J.-C, il devait y en avoir plus de 10000 sur une étendue de 8 km2. On recense trois grandes séries de menhirs à Carnac : l’alignement de Ménec et ceux de Kermario et de Kerlescan.

L’alignement de Ménec

L’alignement de Ménec est le site le pins important de Carnac. Il comporte 1 050 menhirs, généralement haut de 3 m, alignés sur onze lignes et cela sur 100 m de large et 950 m de long. Seul l’un d’entre eux mesure près de 4 m et est situé au milieu d’autres plus petits : c’est le géant du Ménec, Son installation s’est probablement effectuée avant les autres pierres. Aux extrémités de l’alignement sont situés deux cromlechs. Celui établi à l’ouest est composé de septante menhirs dont la majeure partie a été relevée lors d'une restauration. Fait inhabituel, des maisons se sont installées au milieu de l’enceinte. De l’autre côté de l’alignement, se trouve un autre cromlech quasi totalement démoli : il ne reste que vingt-cinq pierres debout.

Ces monuments ont pu célébrer le culte des morts ou celui du Soleil, leur origine et leur signification restent en effet toujours très obscures. Certains les associent au druidisme, thèse dénuée de tout fondement, car les derniers mégalithes ont été construits plus de mille ans avant l'apparition de la société celte qui pratiquait cette religion. Le Bossenno, à environ 2 km à l'est de Carnac, est le site de nombreux tumulus funéraires, il abrite également les ruines d'une villa gallo-romaine.

Les alignements de Kermario et Kerlescan

dolmen kermarioSitué à 250 m de celui de Ménec, l’alignement de Kermario se compose d’un dolmen à couloir et de dix lignes de pierres levées dont la hauteur varie entre 60 cm et 6 m. L’ensemble s’étend sur environ 1 km de long, comporte 980 pierres et comprenait un cromlech aujourd’hui disparu. Un menhir de 3 m de haut domine les autres. Lors d’une prospection en 1977, James Miln y a découvert, entre autres, les restes d’un établissement romain, une hache polie, des pierres brûlées et des tessons de poterie. Le site englobe également l’étang artificiel de Kerloquet ainsi que ie quadrilatère et le géant de Manio haut de 6 m 50, le plus grand menhir de la région, il a été endommagé lors de son relèvement au début du xxe siècle.

L’alignement de Kerlescan est le plus petit, mais aussi le mieux conservé. Il comporte 594 menhirs qui s’étendent sur treize files de 350 m de long et 140 de large. À l’ouest, un cromlech quadrangulaire est composé de 39 menhirs. Un tumulus long de 98 m, situé au nord de cet ensemble, est le plus grand de la région, À 200 m de l’alignement, se trouve un dolmen à entrée latérale.

Mythes et fonctions de Carnac

Personne ne peut dire à quoi servaient ces sites. Le mythe principal de l’existence de ces pierres est celui de saint Cornely. Poursuivi par l’armée romaine, il se retrouve coincé face à la mer. Pour se sauver, il transforme les Romains en pierre. D’où les alignements. La possibilité d’un bouleversement résultant d’un déluge a également été évoquée. D’autres pensent qu’il s’agit d’une aide pour l’astronomie. Ces alignements sont orientés suivant les levers du soleil durant les équinoxes et les solstices. Ce calendrier original présente aussi les étapes de la vie agricole comme les semences, les labours et les moissons. D’autres encore estiment que ce sont des sites consacrés au culte druidique et délimités par les pierres. Enfin, l’hypothèse d’un culte du serpent a également été avancée à cause de la sinuosité des alignements.

Pour aller plus loin

Les alignements de Carnac : temples néolithiques, de Jean-Pierre Mohen. Editions du patrimoine, 2000.

Dolmens et menhirs : La civilisation mégalithique, de Jean Markale. Payot, 1994.