Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

"La guillotine, transformée en objet de musée ! On ne peut pas rêver un symbole plus éclatant de l'abolition de la peine de mort", a déclaré Robert Badinter au sujet de cette exposition pour le moins originale qu'il a inspiré au musée d'Orsay sur le thème des "crimes et châtiments" dans la littérature et les arts, sur une période qui va de 1791, lorsque Le Peletier de Saint-Fargeau réclame la suppression de la peine de mort, jusqu'au 30 septembre 1981, date du vote de son abolition en France. Pièces maitresses de l'exposition, la guillotine, voilée de noir, ainsi que la porte des condamnés à mort, couverte de graffitis. "Mais tout cela, c'est de l'histoire", conclut Badinter...

Plus qu'un symbole, c'est avec le crime qui conduisait à l'échafaud une source d'inspiration pour les artistes et les écrivains pendant près de deux siècles. 475 œuvres et pièces, toiles et gravures figurant le crime et sa punition composent cette singulière exposition, visible jusqu'au 27 juin 2010 au musée d'Orsay à Paris. A signaler que le musée informe que certaines des œuvres présentées dans l'exposition sont susceptibles de heurter la sensibilité des visiteurs (et tout particulièrement du jeune public).

Le musée d'Orsay

badinter_porte