Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Jean Jaurès1911Fondateur avec Jules Guesde du Parti socialiste SFIO en 1905, Jean Jaurès incarne jusqu’à la veille de la première Guerre Mondiale le pacifisme socialiste. Grande figure morale de la gauche, il deviendra, avec Léon Blum et Pierre Mendès-France une source d’inspiration pour plusieurs générations d’hommes politiques.

 

Les débuts de Jean Jaurès en politique

Né à Castres et Issu d'une famille bourgeoise, Jean Jaurès fait de brillantes scolaires qui le conduisent à intégrer l’Ecole Normale Supérieure de Paris. Par la suite, il enseigne comme professeur de philosophie au lycée d’Albi avant d'être chargé de cours à la faculté des lettres de Toulouse (1883).

Sa carrière politique débuta dans le Tarn où il est élu député en 1885. D’abord républicain, il se convertit au socialisme vers 1892 sous l'influence de Lucien Herr et à la suite de la grève des mineurs de Carmaux. Député socialiste indépendant, il s'impose vite par la chaleur de sa verve et son érudition exceptionnelle.

Lorsqu'éclate l'affaire Dreyfus, il est dans un premier temps convaincu de la culpabilité d'Alfred Dreyfus et dénonce la clémence de la sentence. Peu après la publication du "J'accuse" de Zola et la révélation des faux produits par le supérieur du capitaine, Jaurès s'engage avec passion dans la défense de Dreyfus, au nom de l'humanisme et contre l'arbitraire des institutions telles que l'armée. Il y gagnera une stature nationale de premier plan.

L’essor du socialisme français

Image Jean .jaurès 2A la suite des grèves sanglantes au cours desquelles le gouvernement intervient contre les ouvriers, le mouvement socialiste de scinde en deux : le parti socialiste français de Jean Jaurès et le parti socialiste de France de Jules Guesde. Jaurès sort vainqueur des élections législatives de 1902 face auxguesdistes.

Réélu en 1906, 1910 et 1914, il dominera la gauche durant toute cette période. Pour l'unification du parti socialiste, imposée par la deuxième internationale (1904), il doit accepter de condamner toute collaboration avec la bourgeoisie, ce qui bloque toute participation gouvernementale.

En 1908, le nouveau parti socialiste (section française de l'internationale ouvrière SFIO) lui confie la direction effective du parti. Fondateur du journal l'Humanité, il cherche à établir une vérité humaine et cosmopolite d’un ordre rationnel. Génie synthétique, cherche à concilier l'idéalisme avec le matérialisme, l'individualisme avec le collectivisme, la démocratie avec la lutte des classes, la patrie avec l'Internationale. Sous sa forte impulsion, le parti socialiste progresse rapidement.

Une figure de la paix

Dès 1910, jaurès s'inquiète de la montée du nationalisme en Europe et du risque grandissant de guerre généralisée. Tout en promouvant la constitution d'une armée défensive impliquant toute la population, il s'oppose à la loi des trois ans qui étend le service militaire actif.

Le 25 juillet 1914, alors que la guerre menace en Europe, jean jaurès lance encore un vibrant appel à la paix : « Il n’y a plus, au moment où nous sommes menacés de meurtre et de sauvagerie, qu’une chance pour le maintien de la paix et le salut de la civilisation, c’est que le prolétariat rassemble toutes ses forces et que français, anglais, allemands, italiens et russes s’unissent pour que le battement unanime de leur coeur écarte l’horrible cauchemar. »

Peine perdue. Jean Jaurès est assassiné dans la soirée du 31 juillet 1914, au Café du Croissant à Paris par l'obscur nationaliste Raoul Villain, et la guerre éclate quelques jours plus tard. Ses cendres seront transférées après guerre au Panthéon le 23 novembre 1924 lors d’une cérémonie populaire grandiose. Devenu président, François Mitterrand ira s'incliner devant sa tombe et inaugurera le musée Jean Jaurès de Castres.

Bibliographie

Jean Jaurès, biographie de de Gilles Candar et Vincent Duclert. Fayard, 2014.

Jean Jaurès, biographie de Jean-Pierre Rioux. perrin, 2005.