char israelienLa guerre des Six-Jours (juin 1967) est le troisième conflit armé qui a opposé Israël aux pays arabes voisins : l'Égypte, la Jordanie et la Syrie. Elle débute le 5 juin 1967 par un raid aérien israélien suivi d'une offensive générale sous la conduite de Moshe Dayan. Les chars de Tsahal progressent rapidement et le 10 juin, lorsque les affrontements cessent, Israël contrôle toute la péninsule du Sinaï, la bande de Gaza, la Cisjordanie, la partie est de Jérusalem et le site stratégique des hauteurs du Golan en Syrie. Mais, tributs empoisonnés, ces « territoires occupés » ne tardent pas à devenir un foyer de tension explosif dans la région.

  

Israël, un pays encerclé

guerre six joursSuite au conflit de 1956, durant lequel Israël s’est opposé à l’Egypte de Nasser en coordination avec les Franco-britanniques, les puissances arabes entendent prendre leur revanche sur Tel-Aviv. Cette revanche devint une sérieuse éventualité, lorsqu’en 1966 l’Egypte et la Syrie signèrent une alliance militaire, clairement dirigée contre Israël.

L’état hébreu est alors encerclé par des nations hostiles, dont le réarmement est facilité par l’Union Soviétique. La tension monte d’un cran lorsqu’en avril 1967, une bataille aérienne voit s’affronter Israéliens et Syriens au dessus du Golan. L’issue en est clairement défavorable à Damas, ce qui provoque une vague d’indignation dans le monde Arabe. De son coté l'Égypte obtient le retrait des troupes de l'Organisation des Nations unies (ONU) stationnées dans le Sinaï et à Gaza depuis 1957. Nasser décide alors de remilitariser le Sinaï et masse de puissantes formations mécaniques aux frontières sud d’Israël. Le 23, l’Egypte entame un blocus du port d’Eilat et du détroit de Tiran, empêchant les approvisionnements en pétrole d’Israël.

Sept jours plus tard, le roi Hussein de Jordanie se rallie avec réticence à l’alliance Syro-Egyptienne. Confronté à une possible guerre sur trois fronts (Cisjordanie au centre, Sinaï au sud, Golan au nord), le gouvernement de Levi Eshkol estime qu’il est urgent de prendre les devants, l’économie commençant à souffrir du blocus Egyptien. Après s’être assuré du soutien Tacite et officieux des Etats-Unis embourbés au Vietnam, il est décidé de passer à l’action. Le 1er juin ,Moshé Dayan, un héros de guerre est nommé ministre de la défense…

La guerre des Six Jours

Quatre jours plus tard l’offensive israélienne débute par une puissante attaque préventive contre l’aviation Egyptienne. Celle-ci perd près de 80% de ses appareils en une journée. Le ciel sera alors Israélien ce qui facilitera grandement les opérations du côté de Tel-Aviv. Ayant la maîtrise des airs, Israël, sous l'impulsion du ministre israélien de la Défense, le général Moshe Dayan, lance alors une offensive générale. Les blindés israéliens, commandés par le général Yitzhak Rabin, s'emparent dès le 6 de la bande de Gaza.

troupes israeliennes gaza 1967Dès le 7 juin, Tsahal s’empare de Charm-El-Cheikh et aborde le canal de Suez le lendemain. Le 8, la quasi-totalité du Sinaï est sous le contrôle d’Israël. Les formations égyptiennes partout débordées, ont littéralement été balayées… Au nord les Syriens n’ont d’autre choix que d’abandonner le plateau du Golan, que Tsahal conquiert de haute lutte. Enfin au centre, l’armée Jordanienne qui comptait sur une victoire Egyptienne, reconnait sa défaite en à peine deux jours.

Une victoire éclair aux lourdes conséquences

La guerre se termine le 10 juin, par un cessez le feu Israélo-syrien. Les pertes humaines sont également lourdes pour les pays arabes : 20 000 morts pour l'Égypte, 6 000 pour la Jordanie et 500 pour la Syrie. Pour des pertes d’environ 700 hommes, l'armée israélienne s’est emparé du Sinaï, de la Bande de Gaza, du Golan, de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Les conséquences de ce conflit seront durables et profondes. Environ 350 000 Palestiniens fuient ces territoires dont l’occupation est condamnée par la résolution 242 du conseil de sécurité de l’ONU.

camp refugies palestiniens 1967Le panarabisme Nassérien vient d’encaisser un coup dont il ne se relèvera jamais, ce qui ne sera pas pour rien dans la montée en puissance des mouvements Islamistes. Quant aux Israéliens, ils vont devoir faire face au défi de territoires occupés peuplés de Palestiniens. Bientôt, un certain Yasser Arafat va incarner aux yeux du monde la cause de ce peuple sans état…

Bibliographie sur la guerre des 6 jours

- De Pierre RAZOUX, Guerre des six jours, 5-10 juin 1967 : du mythe à la réalité. Economica, 2006

- De Raphaël DELPARD, La guerre des Six jours : La Victoire et le Poison. Souny, 2007.

.