Quantcast
Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


blanche de castilleD’origine espagnole et anglaise, Blanche de Castille épouse dans le cadre d’un traité de paix entre la France et l'Angleterre le prince Louis fils du roi de France Philippe Auguste. Elle devient veuve alors que l'héritier du trône, le futur saint Louis, n’a que douze ans. Pendant près de dix ans, la reine exercera les fonctions de régente et ne ménagera pas ses efforts pour conserver l’intégrité et la stabilité du royaume, gouvernant avec autorité et réprimant plusieurs révoltes. La régence de Blanche de Castille sauva dans bien des domaines l'oeuvre capétienne.

 

Blanche, princesse de Castille et d’Angleterre

Née à Palencia en Espagne, Blanche est la troisième fille du roi de Castille d’Alphonse VIII et, par sa mère, petite-fille d’Henri II d’Angleterre et d’Aliénor d’Aquitaine. Elle fut mariée au futur Louis VIII de France à la suite du traité du Goulet signé entre son oncle maternel Jean sans Terre et le roi Philippe Auguste (22 mai 1200).

couronnement louisviii blancheBlanche de Castille apporte en dot une grande partie du Berry, principalement les seigneuries d’Issoudun, de Graçay et de Châteauroux. Le mariage est célébré en Normandie le 23 mai 1200.

Blanche de Castille se révéla vite une courageuse épouse et soutint activement son mari lorsque celui-ci tenta, d’ailleurs vainement, de s’établir en Angleterre (1216). Elle sera sacrée reine de France à Reims en même temps que son époux le 6 août 1223.

Régente de France

A la mort de son mari en novembre 1226, son fils, Louis IX, n’a que douze ans. Elle devint régente du royaume (1226/34). La reine de France, se conformant aux dernières volontés du défunt, qui a su apprécier son énergie et son dévouement, reprend donc le gouvernement du royaume jusqu’à la majorité du roi. Ainsi elle agit tout de suite avec une grande habileté en faisant sacrer sans délai son fils à Reims (la cathédrale était alors à l’état de chantier). La plupart des grands vassaux de la couronne assistèrent à la cérémonie. À cette occasion, le comte de Flandre, Ferrand, l’un des vaincus de Bouvines, fut même relâché des prisons royales le 6 janvier 1227.

Peu après, Blanche de Castille conclut avec le comte de Toulouse le traité de Meaux-Paris (1229), très avantageux pour la dynastie capétienne. Le comte cédait à la couronne la partie orientale du Languedoc (Beaucaire, Nîmes, Béziers, Carcassonne) et mariait sa fille et unique héritière au frère puîné de Saint Louis, Alphonse de Poitiers, en stipulant que si ce dernier n’avait pas d’enfant (ce qui se passa), le reste du Languedoc reviendrait au roi. Ces acquisitions permettaient déjà d’installer, et pour la première fois, la dynastie capétienne sur la Méditerranée.

La gardienne du royaume

Blanche mata ensuite une révolte de seigneurs possessionnés autour du domaine royal, qui cherchaient dans la minorité du souverain une occasion de désordre pour retrouver un peu de leur indépendance perdue. À la tête de la rébellion se trouvait le comte Thibaut IV de Champagne, personnage agité et inconséquent, poète de talent mais piètre politique, et, en outre, plus ou moins épris de la reine. Blanche n’eut guère de peine à le vaincre et à faire de lui un allié et non plus un ennemi. À l’ouest, la tâche fut plus difficile contre Pierre de Dreux, dit Mauclerc, veuf de la comtesse Alix de Bretagne, féodal constamment en état de révolte, et contre le comte de la Marche Hugues de Lusignan. Tous deux bénéficiaient du soutien diplomatique du roi d’Angleterre Henri III.

Celui-ci débarqua même à Saint-Malo, le 3 mai 1230, pour reconquérir son héritage. Pierre Mauclerc n’hésita pas à lui transférer son hommage. Ici encore, Blanche vint à bout de plusieurs soulèvements. Dès octobre 1230, Henri III dut regagner l’Angleterre et son nouveau vassal traiter à Paris en novembre 1234 avec la reine mère, qui lui conserva le gouvernement de la Bretagne jusqu’à la majorité de son fils, le comte Jean le Roux, en 1237. Ainsi la régence, contrairement à celles que connut la France dans les siècles postérieurs, contribua à fortifier la couronne au lieu de l'affaiblir.

Blanche de Castille, mère du futur Saint Louis

Très pieuse, Blanche de Castille veille sur l’éducation de ses enfants, et tout particulièrement sur celle du futur Louis IX ; on lui attribue même des propos éducatifs abusifs : en effet, elle aurait affirmé à son fils qu’elle préférait le voir mort plutôt que souillé d’un péché mortel. En 1234, elle négocie le mariage du jeune roi avec Marguerite de Provence, fille de Raymond Bérenger V de Provence, afin d’étendre l’influence française dans la vallée du Rhône. Cette alliance est renforcée en 1246 par l’union de son plus jeune fils, Charles Ier d’Anjou, avec Béatrice de Provence, héritière du comté.

abbaye de mautbuisson

Très autoritaire, la reine mère a donné à Saint Louis une stricte éducation chrétienne et elle conserva toujours une influence politique et un grand ascendant sur le roi. Ce dernier ne gouvernera seul qu’à partir de 1244. Lorsque celui-ci partit pour la 7e croisade, elle reprit de nouveau la régence (1249-1252) et doit faire face à la révolte des Pastoureaux, des bandes de jeunes gens qui avait pris la croix pour finalement se livrer au pillage sur leur chemin. Elle s’éteint le 27 novembre 1252 et fut inhumée en l’abbaye de Maubuisson, laissant à son fils un royaume pacifié.

Bibliographie

Blanche de Castille. Régente de France, mère de Saint Louis, de Marcel Brion. Texto, 2014.

Blanche de Castille, de Georges Minois. Perrin, 2018.

- La Reine Blanche, de Régine Pernoud. Albin Michel, 1972.