Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


pepin le brefFils de Charles Martel et père de Charlemagne, Pépin le Bref a été roi des francs de 751 à 768. Il est le fondateur de la dynastie des Carolingiens, qu’il légitime par un rite inconnu jusque-là en se faisant oindre d’huile sainte lors de son couronnement par les évêques. Durant son règne, il mène une politique habile, faite d'alliance avec la papauté et de conquêtes territoriales. Surnommé « le Bref » (le petit) à cause de sa courte taille, il était réputé pour sa force extraordinaire.

 

Pépin le bref, le premier des carolingiens

À la mort de son père, Charles Martel (741), Pépin devient maire du palais et reçoit la Neustrie, la Bourgogne et la Provence. Son frère, Carloman, hérite de l’Austrasie et de la Thuringe. Tous deux gouvernent un royaume sans roi depuis la mort de Thierry IV (737). Confrontés à de nombreuses oppositions, ils doivent se montrer conciliants. Même s’ils défont Odilon, duc de Bavière, en 743, il leur faut rétablir Childéric III sur le trône pour apaiser les adeptes de la dynastie mérovingienne.

couronnement pepin bonifaceTous deux rendent aux églises une partie des biens qui leur avaient été enlevés par Charles Martel, réforment la discipline ecclésiastique à l’occasion de plusieurs conciles (743-747). Carloman s’étant fait moine (ou y ayant été forcé en 747), Pépin gouverne seul. Il doit faire face aux intrigues de Grifon, fils naturel de Charles Martel, qui se fait reconnaître duc de Bavière avant d’être battu et de se voir confier Le Mans en dédommagement.

Soutenu par le pape Zacharie, Pépin profite de sa position de force pour convoquer une assemblée à Soissons en 752 et déposer devant elle. Le dernier roi mérovingien, Childéric III, se retrouve enfermé dans une abbaye et Pépin se fait proclamer roi des Francs puis sacrer par les évêques. Sacré une nouvelle fois par le pape Étienne II à Saint-Denis (755), Pépin inaugure la monarchie de droit divin et noue pour longtemps une solide alliance entre Rome et la royauté franque.

Un royaume à consolider

Afin de remercier la papauté, il mène deux expéditions militaires contre les Lombards et les force à céder, en 756, au Saint-Siège, l’exarchat byzantin de Ravenne qu’ils venaient de conquérir, origine des États pontificaux (qui existeront jusqu’en 1870).

Pépin défend sans relache les frontières du royaume. Il bat les Saxons et les Bavarois, reconquiert Narbonne et le sud de la Gaule sur les Arabes (759), et achève de soumettre les Aquitains révoltés. En effet, le duc Hunald avait été vaincu mais son fils Waïfre continuait la lutte, qui dura huit ans (760-768). Chaque année, les Francs passent la Loire, pillent le pays et ce n’est qu’après un long moment et l’assassinat de Waïfre par un des siens que Pépin est aussi considéré comme le chef du midi de la Gaule. Il étend les rapports vassaliques par les serments de fidélité.

Il meurt en 768, plus puissant que ne l’avaient été Clovis et Dagobert. Ayant solidement établi son autorité, il a préparé l’œuvre de son fils, Charlemagne. A sa mort, son royaume est partagé entre ses deux fils, Charlemagne et Carloman, nés de son union avec Berthe au Grand Pied, fille du comte de Laon.

Bibiographie

Pépin le bref (751-768), de Ivan Gobry. Pygmalion, 2012.

Les Carolingiens: Une famille qui fit l'Europe, de Pierre Riché. Pluriel, 2012.