dagobert saint eloiRoi d'Austrasie puis roi des Francs de 632 à 639, Dagobert Ier est le plus célèbre des mérovingiens après Clovis. Bénéficiant du soutien de brillants conseillers (dont Saint Eloi), il reconstitue l’unité du royaume franc au cours de son bref mais florissant règne. Surnommé le « bon roi Dagobert », il tient une cour que ses contemporains jugeront fastueuse. Après sa mort, la monarchie mérovingienne ne cesse de décliner. Dagobert Ier sera le premier à être enterré, selon ses vœux, à l'abbaye de Saint Denis près de Paris. Après lui, de nombreux rois de France y seront inhumés.

 

Dagobert Ier, dernier grand roi mérovingien

Né vers 604 et fils de Clotaire II et de Bertrude, Dagobert reçoit à dix ans de son père le royaume d’Austrasie afin de satisfaire le particularisme de l’aristocratie locale, que dominent le maire du palais, Pépin de Landen, et l’évêque de Metz, Arnoul. À la mort de son père Clotaire II (629), Dagobert est reconnu roi de Neustrie mais sans l’Aquitaine, qu’il annexe à la mort de son frère cadet Caribert, en 632. Il soumet les Bretons à l'ouest, et au sud les gascons révoltés contre la tutelle franque. Au-delà du Rhin, il rend tributaires les Thuringiens, les Alamans, les Bavarois, et fait la guerre contre les Vénètes, établis dans la vallée du Danube. Il conclut un traité de paix avec l’empereur byzantin Héraclius (631).

Seul maître du regnum Francorum, Dagobert défend les frontières menacées. Il séjourne souvent dans la ville de Clichy, aux environs de Paris, affichant un luxe digne d’un empereur romain. Il parcourt aussi les provinces en rendant la justice et se fait craindre des leudes. Il doit, à son tour, composer avec les exigences de l’aristocratie austrasienne et lui donne pour roi son fils Sigebert, alors en bas âge (634). Afin d’éviter que Sigebert ne s’approprie un jour la totalité du royaume, il attribue, de son vivant, à son troisième fils Clovis II, la Bourgogne et la Neustrie.

Le « Bon roi Dagobert »

dagobert 1erContrairement à ce que semble laisser supposer la chanson du « Bon roi Dagobert », le roi n’est pas un benêt. Pendant les dix années de son règne, Dagobert jouit d’un pouvoir absolu. Il s’entoure d’habiles conseillers, les futurs saint Éloi et saint Ouen, respectivement évêque de Rouen et orfèvre.

La mauvaise réputation que vaut cette chanson au roi provient de sa date de création, pas très ancienne bien qu’antérieure à 1789, et de ses modifications : remise à la mode en 1814, au retour de la royauté, elle fut ponctuée de couplets satiriques d’actualité. Dagobert fait partie de cette nouvelle génération de Mérovingiens plus à l’aise dans les conseils que sur les champs de bataille.

Un règne sans postérité durable

Grand mangeur et buveur, grand amoureux, il était déjà pénalisé par une santé difficile à l’approche de la trentaine. En 636, ayant frôlé la mort, il convoque les principaux dignitaires du Regnum et ses deux fils, et leur adresse un discours : « Examinant donc ma conscience et les péchés de mon cœur, méditant sur les comptes que je devais rendre au souverain Roi, j’ai craint son jugement... ». Il multiplie les donations aux monastères, confie l’éducation de Clovis à Éloi et rappelle le partage de son royaume : à Sigebert l’Austrasie, l’Aquitaine et la Provence ; à Clovis la Neustrie avec le duché de Dentelin et la Bourgogne.

Deux ans plus tard, à l’approche de la mort, il se fait transporter à l’abbaye de Saint-Denis, dont il est le fondateur, demandant à y être enterré. Il charge le duc Éga d’être le régent du royaume, avec l’accord de la reine Nanthilde, puis meurt le 19 janvier 639. Après sa mort, la dynastie mérovingienne ne cesse de décliner sous les rois enfants, dits rois « fainéants », qui laissent le pouvoir aux factions et aux maires du palais.

Bibliographie

- Dagobert Ier Le Grand, d'Ivan Gobry. Pygmalion, 2006.

Dagobert, biographie de Laurent Theis. CNRS, 2017.

Vie et légendes du roi Dagobert Ier, de Grégoire De Tours. Le Mono, 2019.