Musee Guimet ParisLe musée Guimet est le musée national des Arts asiatiques,consacré aux arts des civilisations de l'Orient et de l'Extrême-Orient. Il est aussi depuis 1945 le département asiatique des Musées nationaux. Fondé à Lyon en 1879 par l'industriel orientalisant Émile Guimet pour promouvoir les religions et civilisations orientales, il fut transféré à Paris quand ses collections furent cédées à l'État en 1885. À la fois musée, centre de recherches et d'études, il est en rapport constant avec des missions sur place, possède une vaste bibliothèque spécialisée et publie régulièrement la revue des Arts asiatiques. Il est le siège de sociétés rassemblant amateurs et spécialistes comme l'Association des amis d'Angkor. Un important programme de rénovation est entrepris depuis 1996.

 

Le musée Guimet, de la fondation à Lyon au transfert à Paris

Fondé à Lyon en 1879 par l’industriel orientalisant Émile Guimet (1836-1918) afin de promouvoir les religions et les civilisations d’Orient, le musée est transféré à Paris après qu’Émile Guimet a légué, en 1885, ses collections à l’État et fait construire, pour les accueillir, un bâtiment à l’angle de la rue Boissière et de l’avenue d’Iéna (dans le XVIe arrondissement). Conçu par l’architecte Charles Terrier, le musée est inauguré en 1889 en présence du président de la République, Sadi Carnot. Il est rattaché à la Direction des musées de France en 1927, année à partir de laquelle est entrepris — jusqu’en 1931 — le transfert au musée Guimet des œuvres du musée d’Ethnographie indochinoise du Trocadéro.

brahma angkorDevenu musée national en 1928, le musée Guimet est enrichi par les pièces rapportées d’Asie par les différentes missions françaises, notamment celles d’Édouard Chavannes au Shaanxi, de Paul Pelliot dans le Turkestan chinois et au Gansu, ou encore de Joseph Hackin en Afghanistan. Après l’addition en 1945 des collections du département des arts asiatiques du musée du Louvre en échange des pièces gréco-romaines et égyptiennes de la collection Guimet, le musée Guimet est désormais exclusivement dédié aux arts orientaux et prend officiellement le nom de « Musée national des Arts asiatiques-Guimet ».

La restructuration de 1996

En 1996, sous l’égide de la Direction des musées de France, un programme de rénovation du musée est lancé et confié aux architectes français Henri et Bruno Gaudin. Entièrement refondu après quatre ans de travaux titanesques, le musée est rouvert au public en janvier 2001. Les collections (quelque 3 500 pièces exposées, sur les 45 000 que détient au total le musée) s’ordonnent sur cinq niveaux de façon didactique et raisonnée, selon un parcours géographique et un ordre chronologique.

Dès l’accueil, à proximité d’un escalier monumental à double branche qui constitue l’épine dorsale du bâtiment, le visiteur fait face à un naga géant (gardien de temple). Composé de trente et un blocs de grès et pesant treize tonnes, il s’agit du remontage de l’ancienne balustrade sud (Chaussée des Géants) de l’allée est du Preah Khan d’Angkor. Démontée en 1873-1874 par le découvreur du site, le lieutenant de vaisseau Louis Delaporte, cette pièce n’avait jamais été exhibée depuis son exposition au palais du Trocadéro, dans le cadre de l’Exposition universelle de 1878.

Un musée dédié aux arts asiatiques

L’accès aux collections d’Asie du Sud-Est (dont le musée détient 4 700 pièces environ), installées au rez-de-chaussée, s’effectue à l’entour de la grande verrière dédiée à la statuaire khmère, où trône en arrière-plan un fronton du sanctuaire de Banteay Srei (vers 967), offert en 1936 par l’École française d’Extrême-Orient (ÉFEO). Articulé autour de la collection d’art khmer et du Champa (cœur du musée et plus grand ensemble muséographique d’art khmer au monde, après celui du Musée national de Phnom Penh) « est mis en regard » (Henri Gaudin) tout un panorama de pièces issues des diverses écoles d’art thaï (Sukhothaï, Ayuthya, etc.), de pièces laotiennes, d’œuvres birmanes post-Pagan, de céramiques et de bronzes archaïques du Viêt Nam, de terres cuites, bronzes, statues en pierre volcanique de Java ou de Sumatra.

sceance imperiale baburL’Inde est représentée par de très beaux témoignages des civilisations de l’Indus, de l’école de Mathura (statue en grès rose du Roi-serpent Nagaraja, iie siècle), de l’école d’Amaravati (plaques de revêtement de stupas), de l’époque Gupta (bas-reliefs), de l’époque Chola (statue en bronze de Shiva Nataraja, « Seigneur de la danse ») et de l’école du Dekkan ; les textiles, objets d’orfèvrerie et bijoux de l’Inde moghole de la donation Jean et Krishnâ Riboud sont quant à eux présentés au premier étage, dans la rotonde des arts graphiques, dans le couloir d’entrée de l’ancienne bibliothèque lambrissée de style Napoléon III (où, en 1905, du vivant d’Émile Guimet, Mrs Campbell Mac Leod, future Mata Hari, exécuta devant le Tout-Paris quelques « danses brahmaniques »).

Les collections tibétaines, chinoises et japonaises

La section du premier étage rassemble un ensemble exceptionnel de peintures à la gouache, tankas et bronzes népalais et tibétains, fonds enrichi en 1989 grâce à la donation par Lionel Fournier de sa collection d’art himalayen. Sont également exposés à cet étage des œuvres gandhara (issues des quelque cent pièces du fonds Alfred-Foucher en provenance du Louvre), des ivoires indiens, des verres soufflés gréco-romains et des laques chinois du trésor de Begram (découvert en 1937 en Afghanistan par Ria et Joseph Hackin, directeur du musée de 1923 à 1941), ainsi qu’une partie des collections chinoises du musée, de la période néolithique à la dynastie Ming : jarres du Yangshao ; bronzes archaïques et jades Shang et Zhou ; terres cuites Han (chevaux Sichuan et dames de cour) ; évocation de la route de la Soie sous la dynastie des Tang dans une salle dédiée à la donation faite en 1995 par le collectionneur belge Jacques Polain), statuaire Wei, Song, Yuan et Ming.

figurine haniwaQuant aux arts de l’Asie centrale bouddhique (dite aussi Sérinde) du bassin du Tarim, ils sont notamment représentés par des œuvres rapportées par la mission française (1906-1909) de Paul Pelliot : terres séchées de Tumshuq (complexe bouddhique sérindien du Xinjiang) et surtout un ensemble prestigieux de sculptures (dont des lokapala : dieux-gardiens) et de peintures sur soie (« l’Assaut de Mara ») des grottes de Mogao de Dunhuang (plus particulièrement de la célèbre « niche aux manuscrits » découverte en 1900 par le moine taoïste Wang), peintures exposées par rotation en raison de leur fragilité.

Le deuxième étage abrite l’art du Japon — ensemble de poteries en argile de la période de Jomon et de la période de Yayoi, peintures et statues de la période de Nara (710-794), arts graphiques de la période d’Edo (1603-1868) — ainsi que la plus importante collection d’art coréen en dehors du continent asiatique (fonds Charles Varat), dont des céladons de l’époque Koryo (918-1392). À cet étage et à l’étage supérieur (troisième étage) est à nouveau représenté l’empire du Milieu avec des peintures bouddhiques chinoises et une très belle collection de céramiques Song, Yuan, Ming et Qing (présentées dans des vitrines d’études). Le haut de la rotonde (« rotonde aux laques »), au quatrième étage, présente un bel ensemble de paravents chinois des XVIIe et XVIIIe siècles.

Une annexe du musée Guimet, installée depuis 1968 dans l’ancien hôtel particulier d’Alfred Heidelbach, abrite des pièces illustrant le Panthéon bouddhique japonais, réunies par Émile Guimet en 1876, ainsi que trente-trois chefs-d’œuvre (peintures et sculptures) de la Chine bouddhique. Au cœur des galeries est également aménagé un jardin japonais.

Le musée Guimet, centre de recherches et d'études

À la fois musée, centre de recherches et d’études et fonds d’archives photographiques, le musée Guimet est en relation constante avec les archéologues et les chercheurs ; il publie régulièrement la revue Arts asiatiques. Il est le siège d’associations rassemblant amateurs et spécialistes comme la French Asian Society (association pour le rayonnement des arts asiatiques) ou l’Association des amis d’Angkor. Plusieurs salles sont dédiées aux expositions temporaires, au rez-de-jardin (où ont été aussi aménagés les réserves du musée et un auditorium) et au rez-de-chaussée, étage où est également installée une bibliothèque spécialisée.

Accès au musée Guimet

Musée national des Arts asiatiques Guimet

6, place d’Iéna

75016 Paris

Renseignements au 01 56 52 53 00

Horaires d'ouvertures

Tous les jours sauf le mardi, de 10 h 00 à 18 h 00

Fermeture de la caisse à 17 h 15

Fermeture des salles à 17h45.

Pour aller plus loin

- Musée national des arts asiatiques, Musée Guimet (Paris). 2001.

- Le site du musée Guimet.