Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

chambordPlus vaste château de la Loire, le Château de Chambord édifié à la gloire de François Ier se compose de plus de 400 pièces et de plus de 2000 objets d’art. Le domaine symbolise la passion du roi pour la chasse et la nature sauvage. Consacré monument historique en 1840 et cédé à l’Etat en 1930, le château offre une visite exceptionnelle des appartements royaux de François Ier, Louis XIV, mais aussi de la Chapelle et des terrasses. En 2019, Chambord fête ses 500 ans.

L'histoire de la construction du Château

La construction du célèbre Château a été ordonnée par le roi François Ier en 1519. La légende voudrait que Léonard de Vinci en soit l’architecte car ce dernier a travaillé pendant trois ans à la cour. Il s’agit d’une œuvre destinée à servir la gloire du roi et être le symbole de sa puissance. Ce n’est pas un lieu pour y vivre mais pour être admiré et raconté. Il n’y avait d’ailleurs pas de cuisine et François Ier n’y résida au total que 72 jours. Chambord a été réalisé canton par canton sur des pilotis de bois dans une zone marécageuse. Dès 1519, plus de 1800 ouvriers s'attellent à la tâche en utilisant 220 000 tonnes de pierre de tuffeau, pierre de la région tendre et blanche qui peine à résister aux altérations du temps. Les toitures en ardoise, feront l'objet de plusieurs restaurations.

Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, les plans originels connaissent des modifications. Le château final est composé d’une vaste enceinte rectangulaire de 117 m sur 156 m, ceinte de douves. Sur la façade nord de l’enceinte, cantonnée de tours rondes, s’élève le donjon. Cet énorme cube de pierre flanqué de quatre puissantes tours d’angle constitue à lui seul le château presque entier. Un corps de logis sur deux étages, dont l’élévation constitue sans nul doute la modification majeure apportée au plan initial, prolonge les tours nord-est et nord-ouest.

La partie du château construite en premier est le donjon, ensuite la tour et l’aile en 1540 comprenant les appartements de Voutes__CaissonsFrançois Ier. Le monument est loin d’être achevé après sa mort en 1547. Toutefois, l'objectif n'est pas de finir les travaux pendant le règne du roi. Une citation célèbre de ce dernier illustre bien son état d’esprit « si l'on ne se préoccupait trop de l’achèvement des choses, on entreprendrait jamais rien ».

Si le château est assez avancé pour recevoir la cour de François Ier et offrir un somptueux accueil à Charles Quint (en 1539), les travaux se poursuivent sous le règne d’Henri II (chapelle) et sont encore inachevés à sa mort, en 1559. C’est avec Gaston d’Orléans, un siècle plus tard, que Chambord retrouve de son faste : le frère cadet de Louis XIII fait assécher les marais, restaure la tour lanterne et poursuit l’édification de l’enceinte. Louis XIV, qui séjourne à plusieurs reprises à Chambord, confie à l’architecte Jules Hardouin-Mansart la restauration de l’édifice. Les trois ailes basses des communs et la porte Royale sont achevées à cette époque, ainsi que la canalisation du Cosson qui alimente les douves. L’aile de la Chapelle est couverte et une suite royale est aménagée dans le Donjon. C'est dans cette suite que Molière joua pour la première fois le Bourgeois gentilhomme le 14 octobre 1670.

Au xviiie siècle, l’installation à Chambord de Stanislas Leszczyński, roi de Pologne en exil, puis le don du domaine au maréchal de Saxe, n’entraînent que des modifications des aménagements d’intérieurs : certains plafonds sont abaissés, des cloisons ajoutées aux appartements. Après la Révolution, on doit au comte de Chambord d’importantes restaurations avant que le château, placé sous séquestre durant la Première Guerre Mondiale, ne soit finalement acheté par l’État en 1930.

Les appartements royaux et le musée du Comte

L’appartement de François 1er comporte un cabinet et une chambre située dans la tour nord-est, qui a été achevée un an avant son dernier séjour. Cette dernière, habillée de velours rouge et meublée de coffres, contient la copie d’un buste du roi actuellement entreposée au Louvre. Le cabinet qui servit d’oratoire en 1565 se dote d’un décor sculpté où l’on peut apercevoir les emblèmes de François Ier mais aussi les fleurs de lys et l’écu de France.

louis_xivLouis XIV " />L’appartement de Louis XIV se compose de trois pièces dont deux antichambres. Plus luxueux et aménagé que l’appartement de François Ier, il se constitue de parquets, boiseries, miroirs, et cheminées en marbre. On peut trouver dans la première antichambre une collection de copies de tableaux offerts au château par la mère du Comte de Chambord : Marie-Caroline de Berry. La seconde antichambre qui faisait office de salle de billard, contient un billard ayant appartenu à Charles X.

Au Donjon se situe le Musée du Comte de Chambord qui rend hommage à ce dernier et qui rassemble des souvenirs de jeunesse tels que le parc d’artillerie miniature, son portrait équestre, les volumes de la souscription nationale, des bustes et de nombreuses gravures. Le Comte aussi connu sous le nom du Duc de Bordeaux s’est vu offrir le Château par une souscription nationale en 1820. Il s’octroie, en 1830 le titre de Comte de Chambord.

Une architecture et un cadre d’exception

Lors de la visite, on observe en alternance, sur les magnifiques voûtes à caissons sculptés, les emblèmes de Francois 1er : ses initiales et la salamandre. Cette dernière d’après la devise du monarque : nutrisco et extinguo, se nourrit du bon feu et détruit le mauvais. Elle symbolise la force en incarnant un animal mythique insensible aux flammes. Ses écailles peuvent être comparées à une côte de maille, les griffes à une arme et le long de son corps représente le chemin écrasant les péchés.

ESCALIER_copierL’escalier à double révolution situé au centre, est un élément fondamental du château, en ce qu'il n’est pas un escalier ordinaire. Construit à la romaine de manière à faire face très rapidement aux attaques, il possède deux spirales permettant à deux personnes de monter et descendre sans jamais se croiser.

Le plan de Chambord est féodal car il comporte quatre tours : quatre entrées pour les quatre parties du monde, un donjon et une enceinte. Il possède 6 niveaux et 48 logis. Le parc de 5500 hectares quant à lui, réserve de chasse depuis 1948, est le plus grand parc clos d’Europe. Il est animé par une centaine d'oiseaux différents, des cerfs ou encore des sangliers et se compose d’une grande variété d’arbres : chênes, pins, châtaigniers.

C'est aussi ce cadre qui a fait de Chambord un lieu de conservation du patrimoine pendant la guerre. Sa position géographique était idéale en raison de son éloignement des établissements militaires et de sa situation isolée en forêt. De 1938 à 1949, le château a fait partie des 11 lieux de dépôts en France. Parmi les œuvres entreposées, se trouvaient la Joconde, le Retable de Bale, ou encore les dessins de Léonard de Vinci.

Accès au Château de Chambord

vue chateau de chambordInscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1981, le domaine est ouvert toute l'année aux visiteurs :

Domaine national de Chambord
Maison des Réfractaires
41250 Chambord
Tél. : 02 54 50 40 00

http://www.chambord.org

Sélection d'ouvrages

- Chambord de Monique Chatene.

- Trésors de Chambord de ERIC Neveux

- Le Roman de Chambord de Xavier Patier