Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

st petersburg XVIIPendant un quart de siècle, de 1240 à 1480, les principautés russes demeurèrent assujetties aux tatars mongols. Le Grand-Prince de Moscou Ivan III entreprend dès son accession au trône en 1462 de les unifier sous son égide et d’entamer l’expansion territoriale de la Russie. Comparée au reste de l’Europe occidentale, celle-ci reste faible et arriérée. C’est Pierre le Grand qui, à la fin du XVIIe siècle, façonne la Russie impériale moderne. C'est sous Catherine II et Alexandre Ier que l'Empire russe atteindra son apogée.

 

La IIIe Rome

Pendant les siècles de suzeraineté tatare, Moscou resta tournée vers l’est, la Perse et l’Asie centrale. Par ailleurs, les Russes se trouvaient liés à l’Empire byzantin par la foi orthodoxe. Après la chute de Constantino­ple, conquise par les Ottomans en 1453, Moscou fut érigée au rang de troisième Rome. En épousant Zoé, nièce du dernier empereur byzantin, le grand-prince Ivan III adopta l’emblème de l’Empire byzantin, l’aigle à deux têtes.

Ivan IV (1533 à 1584) confirma cette association en se faisant couronner tsar (dérivé de “césar”, ou empereur) en 1547. À sa mort, la superficie du territoire russe avait presque doublé. Il vint à bout des Tatars et étendit la sphère d’influence russe à la Sibé­rie. Toutefois, ses tentatives expansionnistes à l’ouest de la Baltique se heurtèrent à la résistance de la Suède et de la Pologne. Ivan IV restreignit le pouvoir des nobles (les boyards) et s’empara de leurs terres. Il insti­tua le règne de la terreur, durant lequel ses gardes personnels tuèrent des milliers de boyards, ce qui lui valut le surnom d’Ivan le Terrible.

Russie 1300 1796Entre 1604 et 1613, le “temps des Trou­bles” se caractérisa par une guerre civile qui ravagea une grande partie de la Russie occi­dentale. Les conflits prirent fin avec l’acces­sion au trône des Romanov, dynastie qui régna jusqu’en 1917. La population conti­nuait à essaimer vers l’est, le long des fleuves de Sibérie. En 1637, les Russes atteignaient la côte Pacifique. Ils établirent des comptoirs commerciaux, faisant des fourrures le pro­duit d’exportation le plus lucratif du pays. Son immensité, toutefois, ne jouait pas tou­jours en sa faveur Riche en ressources natu­relles, la Russie soufflait d’une pénurie de main-d’œuvre, ainsi que de problèmes de communication et de transport.

Pour remé­dier au premier de ces obstacles, on institua le servage : les paysans se trouvèrent liés à vie à un même seigneur dans des conditions proches de l’esclavage. Les nobles, pour leur part, devinrent les serfs des tsars. Au cours du XVIe siècle les échanges commerciaux et culturels avec l’Europe prirent de l’ampleur ce qui se traduisit par l’implantation, à Moscou, d’une communauté prospère d’Occidentaux com­posée de marchands, artisans, artistes, intellectuels et membres du clergé.

Pierre le grand

Pierre le GrandLe règne de Pierre le Grand (1682-1725) marqua un tournant dans l'histoire de la Russie. Certes, ses trois prédécesseurs avaient déjà introduit des réformes visant à occidentaliser l’Empire, mais Pierre le Grand, quant à lui, tenta de l’ériger au rang de puissance européenne moderne. En 1697 et 1698, il visita la Prusse, les Pays-Bas, l’Angleterre et l’Autriche pour s’initier aux technologies occidentales, notamment en matière de construction navale. De retour dans sa patrie, il réorganisa l’armée. Ensuite, en 1700, il partit en guerre contre la Suède afin de lui arracher un débouché sur la Baltique, où il fonda sa nouvelle capi­tale, Saint-Pétersbourg. A l’Oural, Pierre le Grand établit des fonderies de fer et de cuivre en vue d’exploiter les riches gise­ments de minerai de la région. Il alla jusqu’à modifier la tenue de ses sujets en ordonnant à ses courtisans de se vêtir à l’occidentale et aux nobles de se raser la barbe russe tradi­tionnelle. Quiconque s’y refusait devait s’acquitter d’une amende.

Sous son règne, les serfs se virent impo­ser davantage de contraintes, dont les taxes nécessaires au financement de ses grands projets. En outre, nombre d’entre eux furent enrôlés de force à la construction de Saint-Pétersbourg, où des milliers périrent dans des conditions atroces. Pierre le Grand alla jusqu’à étendre le servage aux ouvriers de ses nouvelles usines.

L'empire russe à son apogée

Au cours du XVIIIe siècle, la Russie connut une lente expansion. Les Ottomans durent céder la Crimée et le sud de l’Ukraine ; Sébastopol tomba en 1783, ouvrant la mer Noire aux commerçants russes. À l’est, les marchands de fourrures sibériens franchi­rent le détroit de Béring jusqu’en Amérique du Nord pour; en 1784, fonder les pre­mières colonies européennes en Alaska. Toutefois, c’est à l’ouest que la Russie annexa le plus vaste territoire. En effet, profitant de l’affaiblissement de la Pologne, elle participa, avec l’Autriche et la Prusse, à son partage entre 1772 et 1795. Puis, à l’issue des guerres napoléoniennes (voir pages 146-149), le congrès de Vienne (1815) céda le reste du royaume à la Russie.

catherine IINombre de ces acquis vinrent s’ajouter à l’empire sous le règne de Catherine II la Grande, souveraine d’origine allemande. Montée sur le trône en 1762, à la mort de son époux Pierre III, petit-fils de Pierre le Grand, elle gouverna jusqu’en 1796. Régnant en monarque absolu, elle se pas­sionnait également pour les courants artis­tiques de l'époque, tant dans le domaine de la peinture, que dans celui de l’architecture ou de la musique. Sa galerie de peintures est à l’origine de la collection nationale actuelle­ment exposée au musée de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg. Sur son invitation, de nombreux Allemands s’installèrent en Russie, notamment dans les nouvelles régions conquises au nord de la mer noire, ou ils introduisirent des méthodes d’agriculture productives.

A l’instar des autres souverains d’Europe, c’est avec inquiétude que Catherine II vit éclater la Révolution de 1789 en France. Tandis que les révolutionnaires s’employaient à diffuser leurs idées dans toute l’Europe, la Russie s’allia à l’Autriche, à l’Espagne, à la Prusse et à la Grande-Bretagne pour déclarer la guerre à la France. En 1796, Paul, fils de Catherine lui succéda sur le trône. Les initiatives excentriques de ce dernier, qui envoya par exemple un régiment de cosaques à la conquête de l’Inde, lui valurent d’être assassiné en 1801. Son fils Alexandre Ier lui succède et s’empare de la Finlande au détriment de la Suède.

En 1812, Napoléon envahit la Russie, dont l’immensité lui sera fatale. L’armée française au bord de l’anéantissement dut battre en retraite, poursuivie dans toute l’Europe par le tsar Alexandre et les alliés. En 1814, il fait son entrée à Paris, consacrant la place de la Russie parmi les grands d’Europe. 

Bibliographie

Histoire de la Russie et de son Empire, de Michel Heller. Tempus, 2015.

Histoire de la Russie : D'Ivan le Terrible à Nicolas II - 1547-1917, de Pierre Gonneau. Tallandier, 2016.