paris le templeLa ville de Paris a été fondée vers 250 avant J.-C. sur l’île de la Cité, par la tribu gauloise des Parisii. C’est à l’époque une ville fortifiée appelée Lutetia (Lutèce). En 52 avant J.-C., la ville est conquise par les Romains, qui lui donnent le nom de Civitas Parisorium (Paris). Paris devient la capitale du royaume franc au début du VIe siècle. Sous les capétiens, la ville se pare de fortifications et de nombreux édifices, concentrés au sein de l’Île de la Cité. Au fil des siècles, Paris s’est progressivement développée pour occuper les deux rives de la Seine et devient la plus grande ville de l’Europe chrétienne du Moyen Age.

 

Paris, capitale du royaume

En 486, Clovis Ier s’empare de Paris et en fait, au début du VIe siècle, la capitale du royaume franc. La ville prend un nouvel essor et se développe sur les deux rives de la Seine. Le christianisme s’épanouissant, Paris connaît alors une période d’intense rayonnement religieux, avec la construction d’abbayes et de prieurés (Saint-Germain-l’Auxerrois). Mais la ville est délaissée par les derniers Mérovingiens puis par les Carolingiens, Charlemagne ayant choisi comme capitale Aix-la-Chapelle. Au cours du IXe siècle, Paris doit lutter contre les invasions des Vikings, et la cité est soumise à un long siège en 885-886. Les Parisiens repoussent les assaillants sous la conduite du comte Eudes et de l’évêque Gozlin.

paris ile de la citeÀ l’avènement de la dynastie capétienne en 987, Paris devient la capitale du royaume de France et connaît un rapide essor politique, économique et urbain. Pour protéger la ville, Philippe Auguste fait édifier une puissante muraille de pierre (1180-1223), renforcée par la forteresse du Louvre (1204) et par la tour de Nesle. Les rues sont pavées, et le marché des Halles est créé en 1183. Des ponts (Petit-Pont, Pont-au-Change) relient l’île de la Cité à la rive droite commerçante et à la rive gauche, lieu de fondation de l’Université (1215). La construction, sur l’île de la Cité, de la cathédrale Notre-Dame (entreprise en 1163 par l’évêque Maurice de Sully) puis celle de la Sainte-Chapelle (1246-1248) sous Saint Louis et enfin l’agrandissement du Palais royal sous Philippe le Bel (1285-1314) contribuent à faire de la Cité le cœur politique et religieux du royaume de France.

Les trois parties du Paris médiéval (la Cité, la rive droite commerçante et la rive gauche universitaire) s’étendent et gagnent en importance. Deux autorités, souvent rivales, s’établissent. Un prévôt du roi, installé au Châtelet, dirige la ville à la place du monarque. Un prévôt des marchands, résidant à l’Hôtel de Ville, est responsable des marchés pour les corporations. En 1257, Robert de Sorbon, confesseur de Saint Louis, reçoit l’autorisation de créer un collège, la Sorbonne. Des étudiants affluent de tous les pays et l’université de Paris devient l’un des grands centres intellectuels (théologie, philosophie) de la chrétienté médiévale. Ses grands maîtres sont notamment Bonaventure, Thomas d’Aquin ou encore Jean de Gerson. Avec près de 100 000 habitants, Paris devient, au XIIIe siècle, la plus grande ville de l’Europe chrétienne.

Un Paris médiéval bien caché

Partons à la découverte du Paris médiéval, dont on connaît les plus grands monuments mais qui sait aussi se faire plus discret ; il faut donc savoir où chercher…Commençons d’abord par le centre, le cœur même de Paris avec l’île de la Cité : la cathédrale Notre-Dame, entreprise par l’évêque Maurice de Sully vers 1160, mais terminée presqu’un siècle plus tard : incontournable malgré la foule ; il faut aussi s’amuser à observer le parvis, où l’on peut deviner le tracé des rues médiévales ! Sur la même île fut érigée par Saint Louis la Sainte-Chapelle entre 1243 et 1248, pour abriter la Couronne d’épines et d’autres reliques. Son entretien intérieur laisse un peu à désirer, mais elle vaut tout de même le détour.

mur_enceinte_stpaulPassons rive gauche, avec le collège des Bernardins, rue de Poissy, installé par les Cisterciens en 1246, et la très jolie église Saint-Séverin, du premier tiers du XIIIè (en plein quartier latin). Descendons ensuite plus au Sud pour tenter de trouver des vestiges du mur d’enceinte, datant de l’époque de Philippe Auguste (entre 1190 et 1211) : c’est chose faite au 3, rue de Clovis et aux 48-50 rue Cardinal-Lemoine, dans le 5è arrondissement. On trouvera dans la capitale d’autres traces de ce mur d’enceinte, rive droite cette fois, au 57 rue des Francs-Bourgeois (4è arrondissement), rue des Jardins de Saint-Paul (4è également) et au 11 rue du Louvre (1er). Il faut cependant avoir parfois l’œil bien vigilant…Heureusement non loin, dans la rue opportunément appélée Etienne Marcel, se dresse la très bien conservée Tour Jean sans Peur, datant des débuts du XVe siècle, en pleine Guerre de Cent Ans.

Rive gauche à nouveau, nous continuons au Sud pour trouver des vestiges du couvent des Cordeliers, rue de Julienne dans le 13è. Etabli dans les années 1270, hors de l’enceinte, par le chanoine Galien de Pise avec l’appui de Philippe III ; il n’en reste malheureusement pas grand-chose…

Remontons à présent au Nord-Ouest, vers un « nid » de vestiges médiévaux, autour de l’église abbatiale de Saint-Germain-des-Prés : c’est, tout comme Notre-Dame, un incontournable du Paris médiéval, avec des traces datant du XIè siècle jusqu’à la fin du XIIIè. Le quartier est en plus très agréable (mais cher).

eglise_stpierre_montmartrePassons la Seine, pour la rive droite : outre les vestiges du mur déjà évoqués, le gros morceau est évidemment le Louvre : tout est en sous-sol, mais le musée l’a remarquablement aménagé, et l’on y découvre les vestiges du mur d’enceinte et la salle Saint-Louis. Un passage obligé lors de toute visite au Louvre. Il faut ensuite avoir du courage pour rejoindre le 18è arrondissement, au 2 rue Mont-Cenis, pour admirer la jolie église Saint-Pierre-de-Montmartre, datant du XIIè siècle.

Retour enfin vers le centre de Paris, toujours rive droite, pour découvrir un quartier intéressant, dans le 3è arrondissement, avec l’église du prieuré Saint-Martin-des-Champs, le réfectoire et une tourelle de l’enceinte, le tout du XIIIè siècle. Ce sont l’essentiel des monuments visibles, le Paris médiéval ayant été grandement chamboulé par le Paris de l’Ancien Régime, celui de la Révolution et celui d’Haussmann. Mais c’est une autre histoire…

Bibliographie

Le Paris du Moyen Age, de Boris Bove. Belin, 2018.

Le Paris du Moyen AgeParis du Moyen Age, de Florian Meunier. Ouest-France, 2014.

- Atlas de Paris au Moyen Âge : espace urbain, habitat, société, religion, lieux de pouvoir de Philippe Lorentz

Pour aller plus loin

- Le musée national du Moyen Âge de Cluny.

.