Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

franco portraitLe dictateur Francisco Franco (1892-1975) a été un général et homme d’Etat espagnol. A la tête d’une junte militaire, il s’engage en 1936 dans une guerre contre le gouvernement républicain, la guerre civile espagnole, qui a fait des centaines de milliers de victimes. Après la victoire des Nationalistes en 1939, Franco a pris le titre de Caudillo (« le guide ») et a dirigé l'Espagne d'une main de fer jusqu'à sa mort en 1975. Dès l’année suivante, le régime franquiste qu’il avait mis en place - autoritaire, conservateur et catholique - fait place à une monarchie parlementaire.

 

Carrière militaire de Franco

Francisco Franco est né le 4 décembre 1892 dans une famille de marins de ferrol. Formé à l’école militaire de Tolède (1907-1910), il servit de 1912 à 1927 au Maroc et fut chargé en 1920 d'organiser la Légion étrangère espagnole. Sa brillante conduite durant la guerre du Rif, en particulier lors du débarquement dans la baie d’Alhucemas (septembre 1925), lui valut d’être nommé général à trente-trois ans. Commandant de l’école militaire de Saragosse (1927-31), il fut éloigné par le régime républicain et nommé aux Baléares (1933). Rappelé dans la métropole après la victoire électorale des conservateurs, il participa en 1934 à la répression du soulèvement des Asturies.

franco defile militaireEn 1935, il fut nommé par Alcalá Zamora chef d'état-major général de l'armée. En 1936, après la victoire du Front populaire, il fut de nouveau éloigné et nommé chef du commandement général des Canaries. Avec Godet et Queipo de Llano, il entra alors dans un complot animé par le général Sanjurjo. Lors du déclenchement du soulèvement nationaliste, les 17-18 juillet 1936, il arriva en avion au Maroc espagnol, s’en assura le contrôle et prit le commandement des forces insurgées dans le sud de l’Espagne.

Dans la guerre civile espagnole

A la suite de la mort accidentelle de Sanjurjo, il fut nommé généralissime par la junte militaire de Burgos (12 septembre), puis chef de l’État (29 sept. 1936). Dans ce poste, tout en dirigeant personnellement les opérations militaires qui aboutirent, en mars 1939, à la défaite des républicains, le «caudillo» posa les bases du nouvel État en instituant un parti unique (avr. 1937) et une organisation étatique du travail. Soutenu par la droite espagnole, dont les phalanges de Primo de Rivera, il entame une marche victorieuse, semant la terreur jusqu’à Madrid, avec pour cri de guerre le célèbre « Viva la muerte ! ». Il bénéficie du concours militaire de l’Italie fasciste et l’Allemagne hitlérienne,  et obtint avant même la fin de la guerre civile la reconnaissance diplomatique de la France et de la Grande-Bretagne, bientôt suivie de celle des États-Unis. 

En 1939, cumulant la fonction de chef du gouvernement, il se trouvait le maître incontesté de l’Espagne, qu’il entreprit de reconstruire sur la base non point du fascisme, mais d’un État autoritaire, catholique et corporatiste. En dépit de l’aide qu'il avait reçue des Germano-Italiens et de son adhésion au pacte Antikomintem (mars 1939), Franco proclama sa neutralité au début de la Seconde Guerre mondiale, puis, après la défaite de la France, il passa à la «non-belligérance», occupa Tanger (juin 1940) et revendiqua Gibraltar. Cependant, il résista aux pressions de Hitler lors de l’entrevue d'Hendaye (23 oct. 1940). En 1941, il accepta l’envoi de travailleurs en Allemagne et d’un contingent espagnol, la division Azul, en U.R.S.S., où elle combattit aux côtés des Allemands.

A partir de 1942, dans la perspective d’une victoire alliée, il amorça une lente libéralisation de son régime (institution de Cortes, juillet 1942; remplacement de Serrano Sufter par Jordana aux Affaires étrangères, sept 1942), revint à la neutralité (oct 1943) et retira du front de l’Est la division Azul.

Le régime franquiste

Très isolé cependant après l’effondrement des puissances fascistes, condamné par l’O.N.U. (févr. 1946), il sut mobiliser en sa faveur la fierté nationale espagnole. Le développement de la guerre froide lui permit de Bénéficier du plan Marshall (mars 1948) et fit de lui un auxiliaire précieux pour les Américains (accords économico-militaires de septembre 1953). En 1955, il put faire admettre l’Espagne à L’ONU. Bien que la loi de succession de 1947 ait défini l’Espagne comme un royaume et que le prince Juan Carlos ait été officiellement désigné comme futur roi d’Espagne, le «caudillo» conserva le pouvoir comme une sorte de régence à vie.

funerailles francoTandis que l’Espagne entrait à partir de 1955 dans une phase d’essor économique, Franco présidait au remplacement progressif de la vieille garde issue de la guerre civile par un nouveau personnel ministériel de technocrates, souvent proches de l'Opus Dei. Cependant, franco maintint jusqu’au bout les bases fondamentales du régime qu’il avait instauré dès l’époque de la guerre civile, et ses derniers mois au pouvoir furent marqués par une répression féroce contre les menées révolutionnaires et contre l’autonomie basque, répression accentuée par l'assassinat par l'ETA de son second Luis Carrero Blanco en décembre 1973.

Il décède le 20 novembre 1975 après une longue agonie et sera inhumé auprès de Primo de Rivera et des victimes de la guerre civile dans la vallée de Los Caidos dans un monument construit... par des milliers de prisonniers politiques. Comme prévu, Juan Carlos Ier lui succède et entame la transition démocratique de l’Espagne, qui aboutit à l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement socialiste en 1982. 44 ans après le décès du général Franco, son corps est exhumé le 24 octobre 2019 à la suite d’une loi votée en 2017, et sa dépouille transférée au cimetière de Mingorrubio. Les débats houleux et la bataille judiciaire qui ont eu lieu à cette occasion ont prouvé que les plaies laissées par Franco et son régime ne sont toujours pas fermées en Espagne.

Bibliographie

- Francisco Franco : Biographies croisées, de de Paul Preston et Angel Palomino. Grancher, 2005.

Franco, biographie de Bartholome Bennassar. Tempus, 2002.