joseph staline 12Joseph Staline (Iossip Vissarionovitch Djougachvili, 1879-1953) est un homme politique et dirigeant soviétique qui a dominé à partir de 1924 la vie politique de l’URSS, occupant le pouvoir jusqu'à sa mort en 1953. Par son poids politique et militaire, il fit de l'URSS la seconde puissance mondiale et son action eut une influence déterminante sur l'expansion territoriale du modèle communiste, en particulier en Europe de l'Est. « L'homme de fer » fascine aujourd'hui autant qu'il inspirait hier la peur, le mépris...et l'idolâtrie. Personnage incontournable de l'histoire contemporaine, les erreurs et les excès du « tyran rouge » ont largement contribué au discrédit ultérieur du modèle communiste.

 

Joseph Staline, du séminariste au révolutionnaire

Joseph Vissarionovitch Djougachvili est né le 21 décembre 1878 à Gori en Géorgie. Une controverse a toutefois pris forme autour de la date de naissance de Joseph Staline lorsque fut découvert un extrait de naissance indiquant la date du 18 Décembre 1878. Originaires d'Ossétie et de religion orthodoxe, les parents du jeune joseph sont d'anciens serfs ayant bénéficié de l'abolition du servage en 1861. Tandis que son père sombre dans l'alcoolisme, la mère de Staline, Ekaterina Gavrilovna Gueladzé, décide seule de l'avenir de son enfant et l'encourage vivement à devenir prêtre.

lenine staline 1922Il entre au séminaire de Tiflis en 1894. Mais il est renvoyé cinq ans plus tard pour absentéisme, le jeune géorgien aimant en effet fréquenter des militants marxistes et socialistes. Il puise de cette adolescence un fervent sentiment athée. Baptême politique, l'inscription de Staline en 1898 à une branche locale du Parti ouvrier social-démocrate de Russie lui vaut une première arrestation politique quatre ans plus tard, en 1902. Condamné à l'exil en Sibérie pour trois ans, il parvient à s'échapper en 1904.

Organisant ensuite la grève de Bakou durant la révolution de 1905, le jeune Staline acquière peu à peu une expérience politique en tant que marxiste révolutionnaire. La même année, il rencontre pour la première fois Lenine et en devient un fervent partisan. C'est enfin en 1912, au cours de la VIème conférence du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, que Staline entre au Comité central bolchevique.

L'acension politique de Staline

Le camarade Staline construit progressivement son réseau au sein du Parti bolchévique à la veille de la Révolution d'octobre. Il est en effet élu en avril 1917 au Comité central du parti mais est également depuis mars secrétaire de rédaction au journal de propagande « La Pravda ». Il intègre dès sa création en mars 1919 le Politburo, principal organe décisionnel dans les institutions soviétiques. Staline participa activement à la guerre civile, en inspectant les fronts et en organisant en 1918 la défense de Tsaritsyne.

Apogée de son ascension au sein du Parti communiste, Staline est enfin élu secrétaire général au XIe congrès du parti à Moscou le 3 avril 1922. Dès 1922, Lénine, très affaibli par une attaque, se préoccupa d'assurer sa succession. Inquiet du poids pris par la bureaucratie dans l'ensemble du système soviétique, et du pouvoir concentré entre les mains de Staline, secrétaire du parti, il rédigea le 24 décembre 1922 une longue lettre au Comité central. Il y faisait valoir que « Staline est trop brutal » et proposait de « déplacer Staline » et de « nommer quelqu'un d'autre qui aurait en toutes choses sur le camarade Staline cet avantage d'être plus tolérant, plus loyal, plus poli, plus attentif envers les camarades et serait d'humeur moins capricieuse ». Les instances dirigeantes du parti, soucieuses de ne pas favoriser l'ascension de Trotski, choisirent d'ignorer ce « testament » après la mort de Lénine.

leon trostki 1917Aussitôt Lénine disparu, une âpre lutte pour le pouvoir s’engagea au sein de la direction communiste. Le chef bolchevik le plus prestigieux était désormais Trotski, organisateur de la révolution d’Octobre et de l’armée rouge, mais Staline, secrétaire général du parti depuis 1922, avait déjà concentré dans ses mains un pouvoir immense. Un peu en arrière-plan, mais lui aussi plein d’ambitions, se trouvait Zinoviev, qui, président du Komintern, se croyait un peu le chef de la révolution mondiale.

L’ascension de Staline fut d’autant plus remarquable que, jusqu’en 1941, il n’occupa aucun poste officiel dans la hiérarchie de l’État soviétique. Mais la situation en U.R.S.S. était telle, dès la mort de Lénine, que le secrétaire général du parti était en fait le maître du régime. C’est en contrôlant l’appareil du parti, en plaçant à tous les échelons des hommes à lui, que Staline, tout en se contentant d’abord d’un rôle en apparence effacé, s’assura en quelques années le pouvoir suprême.

Pas plus que Trotski, Zinoviev ni Kamenev, qui, au début, marchèrent avec le futur dictateur et formèrent avec lui la « troïka » antitrotskiste, ne se rendirent compte à temps de ce patient travail de sape. La controverse entre Trotski et la «troïka» tourna surtout autour de la doctrine trotskiste de la révolution permanente. Trotski gardait la nostalgie d’une révolution mondiale et ne pouvait se résoudre aux sacrifices impliqués par la construction du socialisme dans un seul pays, dont Staline allait se faire le champion. 

Joseph Staline au pouvoir

Après avoir évincé tous ses adversaires politiques, dont Trotsky qui sera assassiné en 1940 à Mexico, devient en 1929 le maître incontesté du pouvoir en Union soviétique. Il met fin à la nouvelle politique économique et les prémisses de libération du pays mises en place par Lénine. Il impose jusqu'en 1933 la collectivisation forcée des terres, au dépens de l'ancien système des koulaks paysans. L'épisode de la famine ukrainienne de l'hiver 1933-34 qui fait près de 25 millions de morts et la création de l'archipel du Goulag en 1930 sont autant de manifestations de la nature du régime stalinien.

affiche propagande industrie lourde urssSur le plan économique, Joseph Staline supervise par l'entremise du Gosplan crée en 1928 la réalisation de plans quinquennaux visant à industrialiser l'Union Soviétique à marche forcée. Il crée en 1935 le mythe de l'ouvrier Stakhanov, le culte de la personnalité s'ajoutant à la propagande habituelle du régime. Sur le plan intérieur, Staline décide de purger le parti et l'armée d'éléments qui pourraient potentiellement concurrencer son pouvoir. Les « procès de Moscou » de 1936-38 voient ainsi l'exécution de nombreuses personnalités politiques (Zinoviev, Kamenev, Boukharine) mais également de trois des cinq maréchaux de l'Armée Rouge.

Bien conscient des faiblesses de son armée, Staline décide par ailleurs au milieu des années 1930 de mener une diplomatie plus ouverte à l'endroit des puissances occidentales. C'est ainsi que l'Union Soviétique se rapproche des Etats-Unis (premier pays à reconnaître l'Union Soviétique en 1933), de la France (pacte d'assistance mutuelle de 1935) mais surtout de l'Allemagne (pacte germano soviétique de 1939).

Le "petit père des peuples" et la Grand guerre patriotique

Ces évènements sont le prélude au déclenchement de la « Grande guerre patriotique » telle que théorisée par Staline dans un discours de juillet 1941 suivant l'invasion allemande du pays. Dans un premier temps, Staline est totalement pris au dépourvu par l’attaque allemande de juin 1941. Celle-ci était prévisible mais intervient deux ans seulement après le pacte de non agression de 1939.

Sur le plan militaire, la situation est catastrophique, l’armée allemande effectuant une progression fulgurante, s’emparant de vastes territoires et faisant de très nombreux prisonniers. Staline, Très abattu, Staline disparaît complètement de la scène politique pendant une longue semaine, au grand désarroi de son entourage. Ayant recouvré sa lucidité, il s’adresse à la population à la radio dans un discours aux accents très patriotiques et appelle à la résistance face à l’envahisseur.

chuchill_avec_stalineChurchill" />Staline prend alors personnellement part au déroulement de certaines opérations militaires telles que la contre-offensive devant Moscou à l'hiver 1941-42. Malgré les purges massives des années 30, il peut s’appuyer sur une nouvelle génération d’officiers totalement dévoués et déterminés à gagner la guerre. Après l’emblématique bataille de Stalingrad, le cours de la guerre s’inverse, jusqu’à la victoire finale de mai 1945.

Joseph Staline tire un immense profit de la victoire soviétique en 1945. C'est alors l'apogée d'un régime stalinien qui est admiré et craint comme le vainqueur du nazisme. Le culte de la personnalité est propagé à l'extrême, et toute la sphère d’influence soviétique se couvre de statues et de portraits géants à la gloire du “petit père des peuples”.

La fin de règne de Staline

Le second conflit mondial aura permis à Staline de doter la Révolution d'un empire. Il met en place un glacis protecteur d'États fantoches en Europe de l'est visant à prémunir l'URSS d'une nouvelle invasion étrangère. Dans tous les pays de la sphère d’occupation soviétique, des gouvernements communistes sont peu à peu mis en place, et doivent soutenir sans réserve la ligne définie à Moscou.

La bipolarisation des relations internationales se manifeste notamment lors du blocus de Berlin ouest ordonné par Staline en juin 1948. Celui-ci doit toutefois céder après que les Américains eurent mis en place un pont aérien pour ravitailler la ville. Staline propose ensuite que l'Allemagne soit réunifiée, désarmée et demeure neutre pour tenter d'apaiser les tensions nées de l'occupation du pays. Ayant essuyé un refus des Occidentaux, il incite à la création de la République démocratique d'Allemagne ainsi que d'une monnaie propre en octobre 1949.

staline embaumeAu crépuscule de sa vie mais toujours au faîte de sa puissance, Staline provoque à nouveau des purges politiques avec les procès de 1952 et le complot des blouses blanches au début de l'année 1953. Cette nouvelle phase de radicalisation du régime après la guerre (à laquelle s'ajoute la reprise de pogroms) prend toutefois fin avec la mort de Staline, le 5 mars 1953.

Elle marque la fin d'un régime totalitaire parmi les plus sanglants de l'histoire contemporaine. Dès 1956, son successeur Nikita Khrouchtchev dénoncera les crimes commis sous le régime de Staline et entreprendra une vaste campagne de « déstalinisation ». Le corps du dictateur rouge sera retiré du Mausolée de Lénine en 1961.

Bibliographie

- Staline : La cour du Tsar rouge de Simon Sebag Montefiore. 2005.

- Staline de Jean-Jacques Marie. Biographie, Fayard, 2003.

Staline, d' Oleg Khlevniuk. Folio Histoire, 2019.